Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 1er avril 2022

« C’est la 1ère fois que les écologistes comptent et sont pris au sérieux lors d’une présidentielle »

A J-9 du premier tour, la candidature du candidat écologiste Yannick Jadot ne semble pas vouloir décoller dans les sondages. On en parle dans la Midinale avec Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’Europe-Ecologie-Les Verts.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur la dernière semaine de campagne
« On va continuer à analyser la situation, expliquer pourquoi ça ne va pas et à porter nos solutions qui sont spécifiquement écologistes. »
« Il reste très peu de place dans le paysage politique habituel droite/gauche pour arriver à porter un autre champ qui est celui de l’écologie. »
« C’est la première fois pour une présidentielle que les écologistes comptent et sont pris au sérieux. »
« L’écologie s’ancre dans les territoires ruraux et urbains. »
« Je suis assez sereine. »

Sur le plaisir de voter
« Depuis que le vote utile est sollicité à chaque élection, j’ai l’impression que l’on va vers toujours plus de casse sociale, de progression de l’extrême droite et de plus en plus d’abstention. »
« C’est compliqué de se motiver à aller voter pour ce en quoi on croit quand on final, c’est à chaque fois Koh-Lanta, à la fin il ne reste qu’un gagnant qui décide tout seul pendant cinq de l’avenir de la nation et de nos vies. »
« Peut-être qu’il serait temps d’accepter une démocratie vivante. »
« On a besoin de changements institutionnels et notamment de proportionnelle. C’était une grande promesse du candidat Emmanuel Macron en 2017 qu’il n’a pas respecté. »

La tentation du vote utile
« Il y a un tapage médiatique qui met la pression sur les électeurs, comme c’était le cas lors des élections précédentes. »
« Je comprends que les gens se posent la question du vote utile mais on peut aussi se poser la question de ce que ça veut dire de n’avoir que le choix d’un vote contraint. »
« Mélenchon a été le premier à décrier le vote utile. »
« Je n’ai jamais eu d’affect pour le vote utile qui est qu’un vote stratège. »
« Il n’est pas normal que dans une grande démocratie comme la France, on en soit réduit à choisir le moins pire. »

Sur le danger de l’extrême droite et les attaques contre Mélenchon
« On ne tape à bras raccourcis contre Mélenchon. »
« On a des divergences politiques et ça n’est pas nouveau. Elles ont toujours été assumées. »
« Nous sommes non-alignés, on mise sur l’Europe pour ne dépendre ni sur les Etats-Unis ni sur la Russie, la Chine ou d’autres. »
« Nous n’avons jamais été alignés sur les Etats-Unis. »
« Mélenchon, Roussel et Hidalgo nous sommes de se joindre à l’unité. Quelle unité ? Qui tape sur qui ? »
« Avec le recours aux armes en Ukraine, nous avons fait un pas de côté par rapport à ce qu’était notre ligne pacifiste. »
« Poutine a franchi la ligne rouge. »
« Mélenchon, Roussel et Hidalgo font partie d’une famille politique - socialiste - dans laquelle l’hégémonie est le fil rouge. »
« L’hégémonie politique n’est pas notre fil rouge. Nous sommes prêts à discuter avec tout le monde. »

Sur l’urgence écologique
« On confond souvent écologie et environnement. L’écologie, c’est le combat pour la justice sociale et environnementale - ça englobe tous les secteurs de la vie de la nation. Et l’environnement, ça concerne la protection de la nature. »
« Tout le monde se dit écologistes mais beaucoup de partis ne se posent que quelques questions liées à l’environnement. »
« Aujourd’hui, personne n’arrive à se figurer ce que pourrait être une gouvernance écolo : c’est un frein réel et normal au développement de l’écologie politique. Mais on progresse quand même malgré ça ! »
« L’être humain a du mal à se figurer ce qu’il va être demain… Et de fait, demain, avec le réchauffement climatique, nos existences vont devenir difficiles. Aujourd’hui, on en vit les premiers effets. »
« Tous ces effets dévastateurs deviennent malheureusement très concrets mais rien ne change… »
« Ce n’est pas aux gens de devoir changer leur mode de vie pour que l’écologie progresse mais aux gouvernements et aux politiques de leur donner les moyens pour qu’on ait une société dans laquelle on puisse lutter naturellement et globalement. »

Sur le nucléaire
« Yannick Jadot propose une loi de séparation des lobbies et de l’Etat. »
« On voit aujourd’hui les effets des lobbies pro-nucléaires sur la population française. »
« Beaucoup d’argent a été mis sur une autre mythologie pro-nucléaire et le nucléaire est devenu le meilleur allié de ceux qui sont sensibles au climat. »
« Des campagnes pro-nucléaires sont sorties, notamment au niveau des écoles d’ingénieur pour que, dès l’origine, il y ait une assurance que les gens soient bien pro-nucléaires. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.