Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 16 octobre 2018

Caroline Mecary : « Il n’y a aucun obstacle éthique à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes »

Le projet de loi pour l’ouverture de la PMA à toutes les femmes est encore en préparation mais le débat dans les médias est déjà bien amorcé, pour le meilleur comme pour le pire. Pour en parler, l’avocate spécialiste des questions familiales et des droits des homosexuel-les, Caroline Mecary, est l’invitée de la Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur le remaniement 
« Pour moi, la présidence Macron, ce sont des paroles qui sont à l’opposé des actes. »
« Marlène Schiappa a un très bon sens de la communication mais un budget ridicule de 30 millions d’euros par an. »

 Sur la PMA dans l’opinion publique 
« L’opinion publique est favorable à la PMA, dans une très large majorité et depuis maintenant plusieurs années. »
« Les autorités indépendantes qui ont travaillé la question de la PMA comme Haut Conseil à l’égalité femme-homme ou le Défenseur des Droits ont émis des avis favorables ainsi que le Comité de Ethique. »
« Le Comité d’Ethique dit très clairement que les techniques médicales de procréation existent maintenant depuis 50 ans et sont utilisées en encadrées en France. »
« Il n’y a aucun obstacle éthique à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. »
« Il ne manque [pour la PMA] que de la volonté politique, c’est-à-dire un projet ou une proposition de loi qui mette enfin en musique le choix de notre société d’ouvrir la PMA à toutes les femmes. »
« Les lesbiennes ou les femmes célibataires qui souhaitent avoir des enfants aujourd’hui, elles vont juste à l’étranger, en Belgique, en Espagne, au Danemark. Il y a quatorze pays en Europe qui ont ouvert la PMA à tous les couples et 26 pays aux femmes célibataires ! »
« Il est temps de mettre en conformité la loi française avec la pratique [de la PMA]. »

 Sur le rapport d’Emmanuel Macron à la PMA 
« Le Président de la République a dit à plusieurs reprises que le fait de réserver la PMA aux couples hétérosexuels était une discrimination. »
« [Le Président de la République] a une volonté d’ouvrir la PMA à toutes les femmes. »
« [Le Président de la République] n’a pas envie de mobiliser les forces réactionnaires contre son gouvernement. »

 Sur les anti-PMA 
« Les anti-PMA appartiennent à une catégorie absolument minoritaire de la société française qui pense que la France est éternelle, que le monde n’a jamais changé, qu’il n’y a jamais aucune évolution et qu’il ne faut pas tenir compte des réalités d’aujourd’hui. »
« En France, un enfant peut depuis 2013 – et la France ne s’est pas écroulée pour autant – avoir pour parents deux mères ou deux pères grâce à la loi sur le mariage pour tous. »
« Le débat existe depuis au moins le début des années 2010 (…). Il a eu lieu, il n’y a plus besoin de débattre maintenant, il faut que la loi soit discutée au Parlement et que ce dernier accepte que l’ouverture se fasse à droits constants, c’est-à-dire que les PMA soit remboursées pour les couples de femmes. »
« Lorsqu’il s’agit de faire le ménage dans les multiples scandales d’abus sexuel des prêtres pédophiles sur les enfants, ils ne bougent pas. »
« Dans le débat, on n’entend pas la voix des personnes concernées : des couples de femmes et des femmes célibataires. »

 Sur le traitement médiatique du débat sur la PMA 
« Un certain nombre de médias refont le match de ce qu’il s’est passé en 2013. »
« [Les médias] ne prennent pas la mesure de la violence qu’a été la libération d’une parole homophobe durant les débats sur le mariage pour tous. »
« Aucune lesbienne, aucun gay, aucun trans n’a envie d’être confronté à la même chose. »
« Lorsque vous donnez la parole aux évêques, à l’archevêque de Paris à la une d’un grand quotidien ou dans la matinale d’une grande radio, vous légitimez leur parole. Or ils n’ont aucune crédibilité sur ces sujets-là. »
« Les femmes ne sont pas très présentes dans les médias et les lesbiennes encore moins. »
« Il y a un refus d’entendre la parole des femmes qui ont eu recours à la PMA et qui savent de quoi elles parlent. »

 Sur la GPA 
« Il faut rappeler que la GPA n’est pas possible pour les couples hétérosexuels comme pour les couples homosexuels. Donc les couples vont à l’étranger en faire dans des pays où elle est légale. »
« Le débat sur la GPA est en train de s’amorcer mais il n’y a pas d’automaticité entre l’ouverture de la PMA qui existe déjà aujourd’hui pour les couples hétérosexuels et une légalisation du recours à la GPA. »
« Il y a au moins dix années devant nous de débat pour la GPA. »
« Les questions de la PMA et de la GPA n’ont pas de rapport direct. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.