Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 7 décembre 2018

Christophe Aguiton (ATTAC) : « Il y a panique au sommet de l’Etat »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

Sur la peur du peuple
« Je pense qu’il y a panique au sommet de l’Etat. »
« Je suis frappé par le fait que ce qu’a annoncé Edouard Philippe en début de semaine c’est trop tard et trop peu. »
« Ce qui est certain, c’est que la façon dont communique l’équipe gouvernementale, c’est une espèce d’appel à l’union sacrée, c’est la peur du loup. »

Sur la tribune d’Attac et Copernic dans Libé
« Cette tribune appelle à des convergences entre les mouvements pour la justice climatique et ceux qui se battent pour la justice sociale dont font partie les gilets jaunes. »
« Cet appel a été signé bien au-delà de ce que nous pensions (…). Ça montre qu’il y a une vraie compréhension que la justice sociale et la justice climatique sont inséparables. »

Sur les manifestations samedi
« Tout ne se limite pas à Paris. »
« Il y a beaucoup de convergences en province entre gilets jaunes et gilets verts. »
« Le problème de Paris c’est que les gilets jaunes n’existent pas en tant que tels. On sait tous que Paris moins d’un tiers de la population roule en voiture. Ça n’est pas la situation des petites villes. Donc c’est beaucoup plus compliqué d’organiser des convergences au niveau national. »

Sur les gilets jaunes
« Ce qu’on voit dans la structure des gilets jaunes c’est quelque chose que l’on voit depuis longtemps. Nuit Debout avait fonctionné de la même façon et les marches pour le climat aussi. »
« Je ne suis pas un fan de l’idée que sans organisation rien n’est possible. »

Sur la sortie de crise
« Il n’y a pas de miracle, le seul responsable c’est le gouvernement. C’est lui qui a la clef. »
« On voit bien que les revendications qui cristallisent le mouvement, c’est la hausse du SMIC, la fin de la désindexation des retraites sur l’inflation et l’ISF comme symbole des injustices. »

Sur la question écologique
« Les gilets jaunes sont conscients que la question climatique est importante. »
« Ce que disent les gilets jaunes c’est que ça n’est pas à eux d’être les premières victimes (de la question écologique). »

Sur la COP24
 « Les mécanismes de discussions dans le cadre des Nations Unies dans lequel a lieu la COP24 aujourd’hui ont changé depuis l’accord de Kyoto : tout est maintenant basé sur des déclarations d’intention volontaire des Etats. »
« Si un Etat comme l’Arabie saoudite dit : “moi, je vais brûler du pétrole autant que j’en veux” pas de problème, il suffit qu’ils annoncent seulement ce qu’ils veulent faire. »
« Les COP restent des moments de polarisation médiatique, de rendu des conclusions du GIEC. »
« Les Etats, même ceux qui qui se prétendent les meilleurs sur le climat comme la France, ne respectent même pas ce qu’ils avaient dit : on est sorti de la trajectoire annoncée en 2015 ! »
« Il y a une réaugmentation des émissions de gaz à effets de serre. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Super Pierre , j’ai beaucoup de plaisir à t’entendre et à écouter ton émission . J’espere que ce soir les gillets jaunes aurons satisfaction mais j’ai peu d’illusion , la haine de classe est très forte , autant que le mépris des petits . Gilles Martin

    Martin Le 10 décembre à 19:00
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.