Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 9 novembre 2020

Clément Pairot : « Le camp Sanders prépare déjà 2024 »

Lendemain d’élection aux États-Unis. La victoire de Joe Biden va-t-elle changer la vie des Américains ? Quelle place pour la gauche des démocrates dans le dispositif Biden ? Qui est la nouvelle vice-présidente, Kamala Harris ? Clément Pairot, auteur de Democrazies : un Frenchie dans la campagne de Bernie Sanders, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur les relations Biden/Sanders 
« Il y a une ambivalence dans la relation Biden/Sanders. »
« Il y a trois composantes dans la relation Biden/Sanders : il y a d’abord une amitié entre deux hommes. Ils se connaissent de longue date. Il y a une vraie complicité humaine entre eux. L’autre aspect c’est que Biden a été le favori de la primaire contre qui s’est battu farouchement Sanders (…). Dès l’abandon de Sanders dans les primaires démocrates, on est entré dans une troisième phase de leur relation : une phase où Sanders a fait en sorte d’être extrêmement soutenant dans la victoire de Biden - ainsi que d’autres progressistes comme Ocasio-Cortez qui ont retenu leurs coups et leurs critiques contre Biden. »
« Les centristes ont toujours l’impression que les gens plus à gauche qu’eux sont toujours une épine dans leur pied même quand ça amène à des résultats qui ne sont pas une défaite. »
« La gauche du parti incarnée par AOC, Sanders ou moindrement Elisabeth Warren, mais aussi les élues de la squad, considère que Joe Biden avait annoncé dès le début un programme peu ambitieux, pas à la hauteur de la situation et pas apte à gagner. »
« Il y a eu des groupes de travail croisé entre les différentes équipes, ils ont travaillé main dans la main et il y a eu un gros travail de mobilisation de terrain - notamment du côté des plus progressistes. »
« Il n’est pas très compliqué d’être plus progressiste que Joe Biden. »

 Sur la place du camp Sanders dans le dispositif Biden 
« Le camp Sanders ne pourra pas être simplement frondeur. »
« Avec Joe Biden - même si son programme est plus progressiste qu’au début - ses intentions sont claires. »
« Le camp Sanders prépare déjà l’après 2022, c’est à dire 2024. Leur but c’est de faire basculer progressivement le parti démocrate vers un progressisme. »
« Le programme de Joe Biden est plus ambitieux qu’au début de sa campagne mais il n’a rien de contraignant. »
« Les démocrates ont gagné la Maison Blanche et ils ont conservé - avec moins de sièges - la chambre des représentants. En revanche, ils sont pour le moment au coude à coude avec les Républicains au Sénat où ils risquent de rester minoritaires. »
« La victoire de Joe Biden est politiquement en demie-teinte. »
« Il y a une tension à composer un cabinet qui soit validé par le Sénat. C’est un jeu de ligne rouge. »
« Biden serait prêt à donner des postes à des Républicains mais pas forcément à le compenser avec des postes plus progressistes. »
« Sanders a réussi à faire passer des lois avec des Républicains en cosignataires. »

 Sur le rôle de Kamala Harris 
« La place de Kamala Harris dans le ticket avec Joe Biden n’a pas eu un effet significatif sur le vote des minorités. »
« Les démocrates ont cru que le vote des minorités leur été acquis. Ils n’ont pas eu de stratégie de conquête de cet électorat. »
« Le rôle de Kamala Harris va être probablement significativement différent des précédents vice-président. Joe Biden est le président le plus vieux jamais élu aux Etats-Unis et il est très probable qu’elle soit beaucoup plus impliquée sur les dossiers, quasi en décisionnaire. »
« Il est très probable que si la santé de Joe Biden s’affaiblit en cours de mandat, il passe la main. »
« On peut imaginer un scénario où Joe Biden se retire de ses fonctions un an avant l’élection pour donner carte blanche à Kamala Harris en tant que présidente. Et qu’elle incarne la fonction pour assurer une réélection. »
« Kamala Harris est un personnage complexe. Elle a une proximité forte avec les GAFA - elle est loin d’avoir les mêmes critiques qu’Elisabeth Warren. »
« Kamala Harris a un rapport à la loi assez étrange et ambivalent de fort avec les faibles et faible avec les puissants. »
« Kamala Harris est beaucoup plus progressiste que Joe Biden. »

 Sur le programme de Joe Biden 
« Joe Biden a annoncé un abaissement de l’âge d’accès au Medicare. C’est un abaissement assez faible. On est loin de l’accès à tous comme le proposait Bernie Sanders. »
« Sur la question du climat il a un propos qui est beaucoup plus fort qu’il y a quatre ans avec Hillary Clinton et même qu’au début de sa campagne. »
« Il a affirmé que le climat était un danger existentiel. Et même s’il n’est pas aligné sur le green new deal [que proposait Sanders], il est beaucoup plus ambitieux. »
« Les démocrates sont aussi très rassemblés notamment autour de la fin des prisons privées. »
« Il y a une réforme de l’immigration pour s’assurer qu’on ne soit plus sur des cas humanitaires aussi déchirants que ce qu’on a pu voir sous la mandature Trump qui a géré ça avec une grande violence. »

 Sur le climat post électoral tendu aux Etats-Unis 
« Le rôle de Trump et de son entourage sera décisif de même que l’attitude de l’establishment des Républicains sera décisive. Enfin, les médias conservateurs, et notamment Fox News, ont fait un travail qu’il faut saluer, d’intégrité journalistique. Ils cherchent à accompagner l’opinion publique républicaine vers une acceptation de la défaite de Donald Trump. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.