Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 15 avril 2020

Clémentine Autain : « C’est un carnage social qui est devant nous »

Quartiers populaires, incohérences et contradictions gouvernementales, recomposition(s) et initiative(s) politique(s) : Clémentine Autain, députée LFI de la Seine-Saint-Denis, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur les inégalités et l’aide du gouvernement aux plus modestes 
« L’aide du gouvernement aux foyers les plus modestes ne va pas suffire. »
« En Seine-Saint-Denis, les gens respectent les règles dictées de la même manière que sur le reste du territoire, contrairement à la stigmatisation. »
« L’aide du gouvernement ne va pas suffire et nous alertons depuis longtemps sur les inégalités structurelles dans nos territoires. »
« En Seine-Saint-Denis, on a un système de santé qui est beaucoup moins performant qu’ailleurs. »
« Nous avons 37 villes sur 40 qui sont des déserts médicaux et une population qui est fragilisée. »
« Il faut mobiliser les élus-e, toutes tendances politiques confondues, pour interpeller le gouvernement. »

 Sur le discours d’Emmanuel Macron face aux contradictions du gouvernement 
« On se demande s’il y a un pilote dans l’avion. On a un sentiment de flottement avec des discours contradictoires. Ça joue en défaveur de l’exécutif et les Français sont défiants à l’égard de la politique gouvernementale. »
« Le gouvernement navigue à vue. »

 Sur la réouverture des écoles 
« On ne comprend pas très bien comment ou peut rouvrir les écoles, mais pas les restaurants. »
« On a le sentiment d’une immense forfaiture : comme si l’Etat n’était pas capable d’avoir une maitrise de sa production sans que la souveraineté ne soit pas assurée. »

 Sur les dépistages et les asymptomatiques 
« Le discours du président est pétri d’incohérences et ça génère de l’inquiétude. »
« Les asymptomatiques transmettent le virus et donc la maladie. »
« Dire qu’on ne teste que les malades et pas les autres, est d’une immense incohérence et ça génère du stress et de la peur dans la population. »

 Sur la tribune du Monde de Berger, Borne, Jadot et des entreprises du CAC40 
« Les bras m’en sont tombés. »
« C’est un élément de clarification de voir les signatures de Jadot, Rivasi, Berger aux côtés de ministres avec plus de 30 patrons de grosses entreprises. »
« Le texte salue les gouvernements des pays européens : c’est quand même un exercice très étrange. Le texte dit aussi que la relance doit être verte mais en faisant confiance à ceux qui nous gouvernent aujourd’hui. »

 Sur la tribune de Clémentine Autain du Monde d’aujourd’hui 
« On doit se poser la question des besoins : de quoi a-t-on besoin ? »
« Les premiers de cordée, c’est pas les traiders, c’est les infirmières, les caissières. »
« Il faut remettre en cause nos systèmes consuméristes. »
« On doit se poser la question des activités que l’on peut redémarrer et celles dont on peut se passer. »
« Il faut relocaliser l’économie, mettre un coup de frein à la finance et développer les biens communs. »

***

 La dernière question est posée aujourd’hui par Eva Vocz, travailleuse du sexe, coordinatrice des parapluies rouges et trésorière du Strass 
« Je ne partage pas avec le Strass le fait de réglementer le travail des travailleuses sexuelles. »
« Je suis profondément abolitionniste mais on ne peut pas faire comme si il n’y avait pas un problème aujourd’hui et je partage la nécessité d’intervenir. »
« Il faut sonner l’alerte et il y a beaucoup de professions où ça va être un carnage. »
« C’est un carnage social qui est devant nous. »
« Je suis pour la démarchandisation du corps et avancer dans une logique de toutes les formes d’exploitation. »
« Je remercie Eva Vocz de sa question et je vais interpeler le gouvernement. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.