Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 3 décembre 2018

Clémentine Autain : « Mon obsession, c’est qu’on ait une issue émancipatrice, de progrès humains »

Après un weekend marqué par de fortes mobilisations dans tous le pays, quelle(s) réponse(s) politique(s) apporter ? La députée de la France Insoumise, Clémentine Autain, était l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur les gilets jaunes 
« C’est le nom d’une grande colère qui était sourde et invisible jusque-là et qui est remontée à la surface. »
« Ces gilets jaunes nous disent à quel point il y a un décalage entre un si petit monde si arrogant, dogmatique, qui applique depuis des décennies la même politique, et le grand nombre, qui décroche complètement vis-à-vis de ce cadre institutionnel. »
« Il y a le sentiment d’être méprisés, incompris et de sans cesse devoir tirer la langue pendant que là-haut, ça se passe bien et même de mieux en mieux. »

 Sur la mobilisation à Paris 
« On est dans un mouvement qui frise un cadre insurrectionnel, c’est une révolte d’ampleur. »
« Pour basculer dans la révolution, il faudrait beaucoup plus de monde. »

 Sur la responsabilité à gauche 
« Notre responsabilité, c’est d’offrir des solutions politiques et une cohérence de solutions politiques. »
« On ressent le rejet des politiques, de la politique. Il y a une grande déception. »
« Comme on est devant une crise politique, l’issue sera de nature politique. »
« C’est la colère qui domine la révolte mais il va bien falloir choisir un chemin si on met Macron dehors. »
« Notre responsabilité, c’est la clarté dans les cohérences de projets qui s’opposent. »

 Sur le risque que le mouvement des gilets jaunes bénéficie à l’extrême droite 
« Ce qu’ils ont pour eux, c’est d’avoir une vague internationale qui leur est plutôt favorable. »
« À travers les gilets jaunes, ça peut être l’occasion de vérifier une cohérence politique alternative qui est opposée en tout point à ce projet d’extrême droite. »
« Au démarrage du mouvement, je trouve que ça partait sur des termes qui nous étaient extrêmement défavorables et là, ce qu’on voit poindre, c’est des slogans très forts qui sont plutôt de notre côté : l’abolition des privilèges, l’injustice fiscale. »

 Sur l’issue de la crise 
« Le gouvernement ne comprend pas ce qu’il se passe. »
« Le minimum, aujourd’hui, c’est de dire qu’on enlève cette taxe et qu’on donne un coup de pouce au SMIC. »
« J’ai l’optimisme de la volonté : il y a des potentialités nouvelles qui s’ouvrent et une accélération de l’histoire. »
« Mon obsession c’est qu’on ait une issue émancipatrice, de progrès humains, démocratiques, écologiques et sociales dans cette séquence historique. »

 Sur la France insoumise et les européennes 
« Je ne sais pas quel est exactement le chemin que va emprunter la France insoumise pour les élections européennes. »
« On a besoin d’améliorer le fonctionnement de la France insoumise. »
« On est dans un moment charnière pour la France insoumise et il y a besoin d’un sursaut. J’espère qu’il va arriver. »
« Je suis toujours du côté du rassemblement plutôt que de la division mais je ne crois pas que le problème majeur que nous rencontrions aujourd’hui soit celui de la dispersion. »
« Aujourd’hui, on est dans une phase de reconstruction (…). Et il faut la faire sur des bases rassembleuses dans le pays. »

 Sur l’initiative politique avec Elsa Faucillon 
« On s’organise nous-mêmes avec des gens qui ont envie d’agir politiquement et d’infléchir, du point de vue de l’orientation, ce qui se produit. »
« On travaille avec Elsa Faucillon pour peser dans le débat pour agir sur le plan des idées et aussi très concrètement par des initiatives. »
« Il y a eu des moments, notamment avec le Manifeste pour l’accueil des migrants, où j’ai pu vivre des moments difficiles. »
« Je pense que la France insoumise est un mouvement politique dans lequel vous avez de très nombreux militants qui peuvent se retrouver dans des choses que je porte ou qu’Elsa Faucillon porte. »
« L’état d’esprit, ça n’est pas de faire un microparti de plus, mais au contraire de porter des contributions dans la refondation politique qui s’annonce. »

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Je ne sais pas quel est exactement le chemin que va emprunter la France insoumise pour les élections européennes. »
    Eh bé. Elle ne doit pas souvent aller sur le site de la Fi. Les choses sont claires et les Insoumis sont en train de voter sur le texte programmatique de la Fi pour l’élection européenne.
    C’est un peu n’importe quoi, Clémentine.

    choucroute Le 3 décembre à 13:56
  •  
  • Ce qui est un peu n’importe quoi, c’est votre propos moutonnier, "choucroute".

    Aubert Sikirdji Le 3 décembre à 15:13
       
    • Je dirai que je comprends un peu choucroute parce que la finalisation du texte arrêté au 20 novembre pour lequel nous devions voter jusqu’à aujourd’hui annonce, disons le, clairement l’angle d’attaque de cette campagne européenne :

      2019 sera un référendum contre Macron, contre son Europe, celle du fric, de l’austérité, de Merkel. Mais également un plébiscite pour une réelle alternative.

      En l’occurrence, j’ai un peu de mal à ressentir cette fluctuation de la ligne de la France Insoumise dont parle C. Autain... Je pense bien sûr qu’il y a évidemment des discussions auxquelles elle a pu contribuer mais dont les sympathisants n’ont jamais eu vent ; cependant, si celles-ci avaient abouti à une "torsion" ou "distorsion" de l’esprit du programme "l’avenir en commun", il s’en serait suivi très rapidement un effondrement de la galaxie France Insoumise sur elle-même. Nous verrons donc bien s’il y a une différence entre le texte issu des différentes synthèses et celui qui sera choisi... Pour l’instant, les 5 grands points du programme européen me paraissent plutôt bien coller à celui du programme d’origine.

      Sinon, oui, je me reconnais autant dans la nécessité d’inscrire la FI dans une dynamique et une capacité à se réinventer évoquée par C. Autain, que dans l’obligation d’entretenir un projet radical populaire clair et cohérent, ces deux ambitions répondant toutes deux à l’exigence de s’inscrire au plus près des préoccupations de nos concitoyens...

      carlos Le 3 décembre à 16:50
  •  
  • ...D’accord pour éviter toutes sortes d’« analyses de courte vue ». Pas question de simplement faire un rassemblement de "gauche radicale plurielle" avec les « organisations existantes » et « des états-majors autour d’une table » !...
    Donc qu’il faut, dans l’action et le mouvement, encore « chercher » transversalement pour innover... Car personne ne peut prétendre qu’il est "arrivé", ...comme la formule en a été utilisée par Pierre Laurent au congrès du PCF, en matière de : « démocratisation de la démocratie » !...

    Aubert Sikirdji Le 3 décembre à 15:47
  •  
  • Au risque de me tromper, les paroles s’apparentent au langage de bois.
    Ceux qu’on avait accusé d’être des dictateurs lors de la révolution d’octobre 1917 m’apparaissent comme étant de vrais révolutionnaires et d’une vraie gauche. Je m’excuse d’avance car
    je vis toujours en Algérie et connais très peu la réalité politique et sociale de la France.

    Jalal Ben Le 5 décembre à 12:45
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.