Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 25 janvier 2023

Congrès du PCF : le débat

Deux textes de « base commune » en vue du prochaine congrès du PCF doivent être départagés ce week-end par les membres du parti. Deux membres du bureau national en discutent dans #LaMidinale : Julia Castanier – qui défend l’option de la direction actuelle validée par le Conseil national en décembre dernier – et Isabelle Lorand – qui a signé le texte alternatif « Urgence de communisme ».

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Fabien a redonné une meilleure visibilité du pcf !
    Que les communistes débattent sereinement et que le parti réaffirme une identité du 21 ème siècle et soit rassembleur humblement !
    Dans ce cadre ! Je vote pour la motion du cn !

    Jean pierre Dropsit Le 26 janvier à 22:21
  •  
  • Juste un petit vécu qui en dit long à mon avis. Mon voisin et ami qui connait mes idées communistes et n’est pas un benêt , au détour d’un évènement, me dit innocemment : Je savais pas que MGB n’était plus secrétaire nationale et que le nouveau "chef" c’est Pierre Laurent - alors que ça faisait déjà des années qu’il l’était. Je me moque gentiment de lui....
    Plus récemment , toujours dans le même village de 800 âmes et on était en début de campagne électorale présidentielle, des amis qui faisaient leur marche, s’arrêtent pour parler et me parlent spontanément de Fabien Roussel (positivement) ce qu’ils ne faisaient pas avant.
    En fait pendant des années le PCF était sorti de l’horizon. Aujourd’hui avec Fabien Roussel sont de retour des mots qui avaient disparus du langage comme communiste... des noms comme Georges MARCHAIS. Je ne sais plus quelle célébrité des Etats Unis avait dit il y a déjà longtemps : j’adore la France car on peut dire des mots comme socialiste qui sont des injures aux Etats Unis.
    S’affirmer ce n’est donc pas uniquement une question de langage. Aujourd’hui ce parti a retrouvé une visibilité qui ne sera pas uniquement compté à son seul bénéfice mais aux idées de gauche et surtout du peuple, de gauche ou pas.

    Autre sujet qu’on pointe régulièrement c’est la traduction au niveau électoral. Il y a une vraie fourberie, pour ne pas dire malhonnêteté à reprocher les 2% à son candidat alors qu’on a voté pour un autre en s’engageant dans un vote utile tout en étant du PCF ou proche et qui plus est dire que le vote utile n’était pas significatif.
    Comme Isabelle LORANT l’a rappelé à juste titre : l’union est un combat. mais encore faut-il qu’il soit aussi celui du partenaire qui pratique l’invective à tout moment sauf en cas de besoin.

    José Le 27 janvier à 10:29
  •  
  • Je partage complètement l’avis de Julia ! ce débat est tres utile et très intéressant. Je souhaite que Fabien Roussel continue à incarner notre parti et nos ambitions ; il a redonné de belles couleurs aux idées du parti !
    Nous avons vraiment besoin d’être présents aux cotés de tous les salariés , employés pour faire vivre nos idées et notre projet.
    Nous sommes très éloignés des gens et de leurs préoccupations !
    Nous vivons dans un monde divisé et émietté qui ne favorise pas l’action collective. Soyons aussi honnête sur le bilan de la candidature de MGB et des pertes de villes communistes dont celle de Saint Denis ! Que chacune et chacun assume ses responsabilités et dépasse les concepts qui sont audibles que par certains !! Unissons tous et toutes nos forces pour changer cette société et la rendre humaine !!

    pillot beatrice Le 27 janvier à 14:19
  •  
  • Les arguments de Julia Castanier sur la "valeur travail" sont claqués au sol. Elle n’a pas entendu parler de l’élargissement de l’assiette des cotisations et de la contribution indispensable du Capital (entendu comme travail mort confisqué par les possédants) à la protection sociale ? Les recettes de la Sécu (toutes branches comprises) ne peuvent plus dépendre des cotisations basée sur la seule masse salariale. Comment ne pas faire le lien entre les besoins d’un financement de la retraite à 60 ans et la confiscation des richesses des producteurs (y compris artisans, commerçants et le plupart des professions libérales) par les actionnaires et fonds de pensions ?

    La vulgate marxiste , même avec le sens du buzz, ne fait que perpétuer le prêt à penser déconnecté des réalités.

    Comme le souligne Isabelle Lorand, qui. elle, en parle en connaissance, la question centrale est de s’emanciper du "marché" du travail pour en définir, au futur, les contenus émancipateurs (incluant, entre autres les questions de l’IA, de l’uberisation, de l’égalité salariale et du salaire domestique qui a déjà trouvé un début de reconnaissance par les allocations)

    Espérons que les communistes fassent le choix de rompre avec le populisme de la direction actuelle pour s’inventer une raison, non pas d’exister pour exister, mais d’être utiles au rassemblement d’un gauche libérée de la pensée néolibérale.

    Ce serait triste de rater encore une fois le coche alors que la Nupes représente (avec ses limites mais aussi ses atouts) le seul outil en France et peut-être en Europe à même de contester la transformation inéluctable de l’ultra libéralisme en cauchemar nationaliste et guerrier.

    Marc Le 27 janvier à 14:37
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.