Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 20 avril 2018

Corentin Fila : « La loi Asile et Immigration est une loi de merde »

Qui a dit que les artistes ne s’engageaient plus ? Le jeune comédien, Corentin Fila, à l’affiche en ce moment de Mes Provinciales - film réalisé par Jean-Paul Civeyrac, engagé dans une troupe de théâtre auprès des réfugiés était l’invité de La Midinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 « Est-ce que les films peuvent sauver le monde ? » 
« En toute cas ils ne peuvent pas le détruire. »
« Un film peut faire changer les avis et faire découvrir des vocations. »
« L’art c’est du sensible. »
« Le cinéma peut rendre sensible à des causes alors qu’on ne savait même pas qu’elles existaient. »
« Le cinéma est très important pour dénoncer des choses et sensibiliser. »

 Sur son engagement personnel 
« Je fais du théâtre avec des migrants dans une association, à la porte de La Chapelle. »
« La culture est très importante. »
« Le traitement des migrants - qui font la queue pour manger, pour avoir un test, pour accéder aux démarches administratives -, est très déshumanisant. »
« Dans notre association, on ne les considéraient pas comme des migrants ou des réfugiés, ils étaient des gens. »

 Sur la peur de l’étranger 
« Je suis un enfant d’immigré, un enfant de réfugiés. »
« Ma double culture est une richesse extraordinaire. Le métissage c’est quelque chose de magnifique. »
« Il faut que ceux qui ont peur de l’étranger soient un peu plus curieux. »
« On parle d’invasion alors que les chiffres ne sont pas très flippants. »

 Sur la loi « asile et immigration » 
« C’est une loi de merde qui met des bâtons dans les roues. »
« Il faut s’imaginer les parcours de ceux qui ont fuis leurs pays. »
« J’ai entendu des témoignages, d’abomination de personnes braquées, pendant des semaines on les forçait à ramasser des cadavres soient après avoir été noyés, soit décapités. »
« Ce par quoi ils passent qui est inimaginable pour le commun des mortels et ils sont traités comme des délinquants. »
« On réduit le temps pour faire les demandes d’asile et on augmente les temps de passage en centre de rétention : tout est fait pour décourager les réfugiés. »

 Sur la place des artistes 
« Je pense que les artistes devraient parler plus, surtout ceux qui sont très médiatisés. »
« Quand on est artiste, si on a une conscience politique très forte, on a des concessions à faire. »
« Je veux être en accord avec les projets que j’ai envie de faire donc ma vie est plus importante que ma carrière. Donc mes choix ne me porteront jamais préjudice. »

 Sur la place des femmes dans le cinéma
« Avant de dire qu’il y a eu une révolution il faut voir sur la durée. J’aimerais voir ce qu’il en sera dans dix ans. »
« Si ça doit passer par des exagérations pour faire les choses, ça ne me gêne pas, limite tant mieux. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • et sinon, sur la planification de l’économie, il pense quoi ?
    sur la nécessité de nationaliser les banques ? les moyens de transports ? les terres agricoles ? a-t-il lu Marx ? Que pense-t-il du retour des forces réactionnaires religieuses ?

    On ne saura pas. On ne connaîtra son point de vue que sur les questions idéalistes, sans rapport direct avec l’appareil de production.

    kheymrad Le 20 avril à 13:23
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.