Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud | 15 décembre 2020

Culture : « Nous devons mener des actions de désobéissance civile pour entrer en résistance et gagner »

Ce mardi midi, des rassemblements sont organisés partout en France pour dire non au « sacrifice de la culture ». Samuel Churin, comédien et animateur de la Coordination des Intermittents et des Précaires, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur la fermeture des lieux de culture 
« Ca fait quinze jours que j’ai envie de réagir, depuis que j’ai vu qu’avec les commerces, les églises étaient rouvertes. »
« Jean Castex, en se servant de la peur des attentats et de l’islamisme radical, avance son projet assez monstrueux de loi sur le séparatisme en ne cessant de prononcer le mot de laïcité. Et dès le lendemain, de manière très claire, le même Jean Castex interdit les rassemblements laïcs tout en autorisant les rassemblements religieux. Le symbole est très fort. »
« En tout point, on peut comparer un rassemblement laïc au théâtre et un rassemblement religieux dans une église : il y a distanciation sociale, des masques et on regarde dans le même sens. »

 Sur le référé-liberté sur la question de la réouverture des salles de spectacle et de cinéma 
« Ce qui est intéressant dans l’interpellation du Conseil d’Etat, c’est de se demander en quoi Brad Pitt serait plus dangereux qu’un prêtre ? En quoi assister au récit d’un homme nommé Jésus comme il va y avoir à Noël avec des églises très remplies est moins dangereux qu’assister au récit d’un homme nommé Tartuffe ? »
« Pour le Conseil d’Etat, souvent comparaison vaut raison. L’équité est un principe très retenu. »
« Entre une église et un lieu de spectacle, la seule chose qui diffère, c’est la source. »

 Sur le choix politique de fermer les théâtres 
« Je ne sais pas si c’est aussi volontaire que ça de la part du gouvernement. Mais ce qui est sûr, c’est que nous sommes des lieux de contestation. »
« Il est certain que le gouvernement doit se dire que, dans les choix à faire, il vaut mieux préserver le commerce avant Noël. Pas les théâtres ou les cinémas. »
« Cela démontre une volonté de développer une société mercantile. »
« Le choix de laisser fermer les théâtres et cinémas est un choix politique. »
« Je pense que le gouvernement a délibérément choisi l’arbitrage marchand. »
« Le fait de faire allégeance à l’église et de ne pas faire allégeance aux lieux de culture est un symbole puissant pour un gouvernement qui se revendique héritier des Lumières. »

 Sur le caractère essentiel de la culture 
« La culture, c’est hyper important mais moi, homme de culture, je ne prétends pas que c’est le plus important. »
« J’ai beaucoup de mal avec la question du caractère essentiel de la culture : tout le monde est essentiel. »
« Je pense qu’il n’y a pas assez de solidarité en général : nous ne pouvons pas reprocher aux autres de ne pas être solidaires quand nous autres le sommes si peu avec nos semblables. »
« Par exemple, sur l’assurance-chômage : les intermittents du spectacle sont les seuls à avoir obtenu une année blanche. Et ils sont un peu vite rentrés chez eux après cette victoire en oubliant que d’autres intermittents de l’emploi qui ont exactement la même discontinuité de l’emploi que nous, n’en ont pas bénéficié (ceux de la restauration, de l’hôtellerie, de l’événementiel…). Nous savons nous, gens de spectacle, à quel point l’assurance-chômage est essentielle dans nos vie. Nous pouvons intimement comprendre à quel point il aurait du être important de le défendre pour tous. Je regrette que peu d’entre nous aient défendu ça. »

 Sur la culture et les loisirs 
« Je ne mets pas cela au même niveau mais ce sont des notions très intimes. »
« Je ne place pas l’oeuvre d’art au même niveau qu’un loisir de consommation courante. »
« Aller écouter Hamlet au théâtre, cela peut être un loisir. »
« Ce n’est pas idiot ni fou de laisser les lieux de culture fermés s’il y a nécessité. »
« Je ne considère pas la culture comme au-dessus d’une autre activité. »
« Je pense que c’est une erreur de communication de faire croire que nous serions au-dessus du lot et que nous devrions exister malgré tout. »

 Sur la désobéissance civile 
« Il faut augmenter le rapport de force. »
« Les pétitions et les manifestations ne suffisent pas : toutes les grandes victoires obtenues par les intermittents, ils les ont obtenu par de la désobéissance civile, c’est-à-dire des occupations illégales. »
« Pour moi, l’offensive juridique par le Conseil d’Etat, c’est offensif. »
« Des actions de désobéissance civile doivent être mises en place car nous ne gagnerons pas si nous n’entrons pas en résistance. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.