Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 29 avril 2020

Danielle Simonnet : « Il faut un moratoire sur les loyers comme à Berlin, Lisbonne ou Barcelone »

Pour prendre le contre pied du gouvernement, Danielle Simonnet a proposé 75 mesures pour préparer le déconfinement à Paris dans de bonnes conditions. Elle est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur le discours d’Edouard Philippe 
« L’ensemble de la démarche est consternante parce qu’ils prennent les choses à l’envers. »
« Le gouvernement devrait d’abord organiser le débat démocratique parmi les experts. »
« L’Etat aurait du mettre en place les outils pour atteindre les objectifs sanitaires : réquisition, nationalisation… »
« Le gouvernement gère la pénurie et il prend plein de parapluies parce qu’il se rend compte que ça va être très compliqué. »
« L’objectif, c’est de faire garder les enfants pour envoyer les parents au boulot et satisfaire le Medef. »
« Les collectivités vont devoir prendre en charge beaucoup de responsabilités. »
« Le déconfinement risque nous amener une deuxième vague plus meurtrière que la première. Je suis très inquiète. »

 Sur les contre propositions à Paris  
« Ce qui est vrai, c’est que la Maire de Paris, l’exécutif et l’administration se démènent depuis le début du confinement. Je les crois de bonne foi. »
« La Ville n’assume pas son rôle d’interpellation du gouvernement notamment pour connaitre la liste des activités économiques non essentielles et respecter le confinement. »
« Sur le 11 mai, la Ville aurait dû interpeller le gouvernement. Le conseil scientifique, les parents et les enseignants ne sont pas d’accord avec l’ouverture des écoles. »
« Il fallait assumer que l’activité scolaire était finie et reporter la rentrée scolaire à septembre. »

 Sur les personnes âgées et les Ehpad 
« Ce que me disent les personnels de l’hôpital public, c’est que même sans coronavirus, avant qu’une personne ait besoin de réanimation, il faut regarder le protocole : on ne fait pas de l’acharnement pour de l’acharnement. »
« Notre humanité, c’est de sa battre pour gagner de la vie, sans acharnement. »
« Il y a quelque chose d’inhumain dans ce contexte : du fait de l’austérité, de la casse du service public et de la sursaturation des services de réanimation, une décision a du être prise de prioriser, de hiérarchiser et donc de ne pas accueillir les personnes qui cumulent âge élevé et pathologies. »
« Non seulement les droits au soins des personnes des Ehpad ne sont pas reconnus en termes d’hospitalisation mais, en plus, les moyens des Ehpad sont totalement insuffisants. »

 Sur les quartiers populaires et la pauvreté  
« Les premières mesures qui ont été mises en place très rapidement par la Maire de Paris sont bien. »
« Il faut prendre exemple sur Berlin, Lisbonne ou Barcelone et organiser un moratoire sur les loyers. »
« Il y a une situation de bascule dans la pauvreté de certaines personnes à qui il faut permettre la gratuité des loyers. »
« La faim arrive dans le 93 mais aussi dans certains quartiers de Paris. »

 Sur le premier tour des municipales 
« Ça n’est pas la préoccupation immédiate. »
« Il faut reconnaitre que ce premier tour était une folie. »
« Le Conseil d’Etat a dit qu’entre le premier et le second tour des élections municipales, il y a un délai à respecter. »
« S’il y a des élections urgentes à organiser après la crise, c’est les élections législatives avec une dissolution de l’Assemblée nationale. »

 Sur la place des femmes hier à l’Assemblée 
« La parité homme/femme est une bataille de chaque instant. »
« Chez les insoumis, il y a toujours cette volonté de la parité. Mais il faut imposer cette règle à tous les niveaux. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.