Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud | 1er juillet 2021

Denis Gravouil : « La réforme de l’assurance chômage voulue par le gouvernement est absurde »

Ce jeudi 1er juillet, alors que le Conseil d’État a rejeté une partie des dispositions de la réforme du chômage, entre en vigueur une partie de la réforme de l’assurance chômage et notamment la dégressivité des allocations pour les hauts revenus. Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Culture, chargé des négociations de l’assurance chômage, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

...ET A LIRE

 Sur la grève des cheminots 
« Les cheminots ont raison de se mettre en grève. »
« On est en train de voir tous les effets de la réforme ferroviaire. »
« La réorganisation interne de la SNCF se fait au détriment des cheminots et donc du service public. »
« Si certains pensent que ça n’est pas bien de faire grève, on peut aussi considérer que ça n’est pas bien de faire passer des réformes en se servant du Covid et du soi-disant retour à la normale. »

 Sur la réforme de l’assurance chômage 
« On fait semblant que c’est une réforme équilibrée alors qu’on tape très fort sur les chômeurs en faisant comme s’ils étaient responsables d’accepter des contrats courts parce qu’ils n’ont pas le choix que de les accepter alors qu’en fait c’est les recruteurs sur lesquels il faut regarder. »
« La tartufferie se révèle entière quand on voit que ce qui a permis la recrudescence des contrats courts, c’est la dérégulation du code du travail, les différents aménagements de la loi travail qui ont favorisé les recours aux CDD. La vraie pression devrait se faire par un renforcement du code du travail et un malus sur les recours à tous les contrats précaires. »

 Sur la dégressivité des allocations 
« On pourrait se dire que la dégressivité ne concerne que les hauts salaires et que c’est déjà pas si mal. »
« La dégressivité touche aussi des gens qui vont avoir du mal à retrouver du travail - comme si c’était de leur faute. Les gens recherchent du boulot à la hauteur de leurs qualifications. La dégressivité est absurde parce que ça ne crée pas d’emploi et ça ne fait que pousser des gens à accepter des emplois en dessous de leur qualification. Ils prennent le travail de quelqu’un de moins qualifié et ainsi de suite en cascade ce qui fait que c’est les moins qualifiés qui se retrouvent à avoir plus de difficultés à trouver un emploi. » 

 Sur le nouveau mode de calcul des indemnités et son entrée en vigueur 
« Le mode de calcul des indemnités chômage a été suspendu par référé de suspension du Conseil d’Etat. »
« La décision du Conseil d’Etat est une vraie baffe infligée au gouvernement. Et c’est surtout une bonne nouvelle pour 1,15 millions de personnes. »
« L’argumentaire du ministère du travail consiste à dire qu’on va baisser les allocations des chômeurs pour les inciter à prendre un CDI. C’est absurde et il suffit de regarder les 3,5 millions de chômeurs qui n’ont pas d’allocation. »

 Sur la fin du quoiqu’il en coûte 
« L’activité partielle n’a pas couvert les contrats en CDD : ils étaient donc précarisés, à Pôle Emploi sans indemnités ou très faibles. »
« Il y a un risque de baisse de salaire, différenciée selon les secteurs : on maintient les emplois avec les aides de l’Etat et de l’Unédic qui paie un tiers de l’activité partielle mais on ne garantit pas des niveaux de revenus. On utilise donc la crise pour baisser les rémunérations et faire des économies sur le dos des salariés en faisant du chantage à l’emploi. »
« Des dizaines de milliers de personnes vont se retrouver en fin de droits d’un seul coup en juillet comme si tout était retourné à la normale alors que l’on sait très bien que c’est plus dur de retrouver du boulot quand on était chômeur et pas d’en trouver un autre quand on était en CDI. »

 Sur la réouverture des théâtres et le début des festivals estivaux 
« Tout le monde est content que cela rouvre… même si tout n’a pas rouvert : beaucoup de gros événements et de concerts sont annulés par des préfets. »
« Le gouvernement a prétendu que tout était réglé pour la reprise or il n’y a pas de plan de reprise pour le spectacle vivant. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.