Accueil | Par Pierre Jacquemain | 20 février 2018

Didier Le Reste : "Le rapport Spinetta, c’est la fin de la SNCF et du service public."

La SNCF est dans le viseur du gouvernement. Statut des cheminots, suppressions de lignes "non rentables" en région, privatisation du fret, etc. La CGT appelle à la mobilisation le 22 mars prochain. Didier Le Reste, l’ancien secrétaire général de la CGT cheminots, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur la « concertation » à la SNCF 
« Quand on est syndicaliste à la SNCF et qu’on a à cœur de défendre le service public, on ne doit pas être rassuré ni par les rapports ni par la pseudo-concertation qui est engagée. »
« J’ai toujours privilégié la négociation, c’est-à-dire l’échange et la confrontation entre le syndicat et l’employeur. »
« La concertation, c’est de la communication, c’est la séance-photo autour de la table pour dire à l’opinion publique qu’on a reçu les partenaires sociaux. »

 Sur le rapport Spinetta 
« Il ne faut pas avoir fait des écoles centrales du syndicalisme pour comprendre que lorsqu’on lit le rapport Spinetta, c’est la fin de la SNCF, c’est la fin du service public et surtout c’est le démantèlement du statut des cheminots. »

Sur le rapport à l’opinion publique 
« Souvent, on est mal compris par l’opinion publique. »
« Il ne faut pas défendre la SNCF que par le prisme des revendications catégorielles du simple statut du cheminot. Même s’il est inhérent au service public. »

 Sur les discours politiques versus la réalité 
« Il y a une dichotomie entre les discours lénifiants, dithyrambiques sur la place publique autour de la COP21, autour de la loi de transition énergétique, le plan Hulot qui portent à croire qu’il faut lutter contre les gaz à effet de serre et qu’il faut privilégier les modes alternatifs à la route que sont le rail et la voie navigable. Or, les politiques qui sont menées sont contraires. »
« En région Ile-de-France, le rail ne capte que 3% du transport de marchandise, le navigable 7% et donc 90% la route. »

 Sur Guillaume Pépy, PDG de la SNCF 
« Je savais la mission dont été porteur [Guillaume Pépy] à savoir de casser les conditions sociales des cheminots et notamment d’affaiblir la CGT des cheminots. »
« Quand on fait le bilan [de Guillaume Pépy] à la tête du groupe SNCF, c’est un bilan qui est négatif parce qu’il s’est évertué à atrophier le service public SNCF et à développer la route. »
« Guillaume Pépy l’a reconnu à la presse anglaise : il n’a jamais aimé le train. »
« Si [Guillaume Pépy] est aussi durable dans sa fonction, c’est parce qu’il est compatible avec tous les politiques qui passent dans la mesure où il faut le sale boulot à la place des autres. »

 Sur le coût de la SNCF 
« On dit que le chemin de fer coûte trop cher mais jamais on pose la question de l’efficacité sociale et économique. »
« Les 46 milliards de dette du système ferroviaire, c’est une dette d’Etat. »

 Sur le rapport au politique et à Jean-Luc Mélenchon 
« Il nous manque au plan national et au plan interprofessionnel des luttes gagnantes. »
« La gauche de transformation n’a pas intérêt à cliver, à s’opposer voire à insulter le mouvement syndical. »
« Les syndicats, et notamment la CGT, n’ont pas attendu [Jean-Luc Mélenchon] pour savoir ce qu’elle avait à faire. »
« Jean-Luc Mélenchon pourrait être le dirigeant politique qui écoute, qui rassemble, qui fédère les forces progressistes, qu’elles soient politiques, syndicales ou associatives mais je vois qu’il prend le chemin du clivage, de l’opposition, de la division et c’est mortifère. »

 Sur le PCF 
« A la sortie de la séquence électorale de 2017, on aurait du tirer d’autres enseignements de l’affaiblissement, de l’échec. »
« On a besoin d’une véritable évaluation politique de ce qu’on a fait. »
« Je suis pour qu’il y ait du changement et une nouvelle direction qui porte un autre projet et un parti communiste plus révolutionnaire. »
« [Concernant Pierre Laurent,] il faut savoir passer la main. »

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Je savais la mission dont été porteur [Guillaume Pépy] à savoir de casser les conditions sociales des cheminots et notamment d’affaiblir la CGT des cheminots. »
    été.....vraiment ?

    choucroute Le 20 février à 13:50
  •  
  • Didier Reste n’a pas été en reste quand il s’agissait de combattre la FI et JL Mélenchon. Ceci étant dit, il n’y a aucune insulte de la part de JL Mélenchon, il y a juste une constatation que le mouvement syndical actuel (mis à part SUD) ne correspond pas à l’urgence de la situation. Mais ceux qui en ont fait partie savent bien de quoi l’on parle. Le mouvement syndical comme le mouvement politique issus de la classe ouvrière est complètement perverti par les appareils permanents. Et ça ne date pas d’aujourd’hui. Après reste que ceux qui ont vécu de ce système ne sont pas les mieux placés pour en faire l’analyse critique.

    choucroute Le 20 février à 13:58
  •  
  • « [Concernant Pierre Laurent,] il faut savoir passer la main. »
    Concernant D. Reste peut-être également. Mais, passer la main n’a aucune signification si la ligne reste la même. Comme disait G. Brassens, le temps ne fait rien à l’affaire.......

    choucroute Le 20 février à 14:03
       
    • hé ! Choucroute et autre Bouillabaisse , y a du rififi chez les Mélenchonistes !
      C’était l’une des promesses du "Média" : mettre les "socios" (qui ont investi dans le projet) au cœur de dispositif, au bénéfice d’une information "participative" qui appartient à ses spectateurs. La promotion d’une contre-culture citoyenne qui s’accommode mal avec la "brutalité" que décrit l’ex-rédactrice en chef, Aude Rossigneux, dans la lettre qui acte son départ.

      Ce qui ne manque pas de diviser lesdits "socios", dont beaucoup semblent sonnés par cette nouvelle, que d’autres peinent à croire. Sur le site du "Media" d’abord. Dans l’espace d’expression de ces petits propriétaires du pure-player, les commentaires indignés fusent depuis samedi soir. Parmi les griefs de ces parties prenantes du "Media", le fait qu’il n’aient pas été consultés. "C’est ça l’avenir en commun ?"

      buda Le 26 février à 11:28
  •  
  • Didier Le Reste veut un PCF plus révolutionnaire, mais il ne veut pas cliver . Il est pour rassembler et fédérer les « forces progressistes » . Au passage il s’empresse d’éviter de nous dire ce qu’il entend par « forces progressistes ». Utiliser des concepts sans les définir c’est parler pour ne rien dire , c’est la principale caractéristique de la langue de bois . Il est dans l’incapacité de nous expliquer comment un parti qui est « plus révolutionnaire »ne serait pas clivant . Il ne nous dit pas non plus , ce qu’est un Parti communiste plus « révolutionnaire ».

    Parler du démantèlement du service public, de la SNCF, sans parler de l’UE qui est l’instigatrice de cette casse sociale , c’est complètement irréel , c’est s’interdire de comprendre, et d’apporter de solution . C’est cette position politique qui est « mortifère » et JL Melenchon n’y est pour rien .

    Gege Le 20 février à 18:22
  •  
  • Didier Le Reste veut un PCF plus révolutionnaire, mais il ne veut pas cliver . Il est pour rassembler et fédérer les « forces progressistes » . Au passage il s’empresse d’éviter de nous dire ce qu’il entend par « forces progressistes ». Utiliser des concepts sans les définir c’est parler pour ne rien dire , c’est la principale caractéristique de la langue de bois . Il est dans l’incapacité de nous expliquer comment un parti qui est « plus révolutionnaire »ne serait pas clivant . Il ne nous dit pas non ce qu’est un Parti communiste plus « révolutionnaire ».

    Parler du démantèlement du service public, de la SNCF, sans parler de l’UE qui est l’instigateur de cette casse sociale , c’est complètement irréel , c’est s’interdire de comprendre, et d’apporter de solution . C’est cette position politique qui est « mortifère » et JL Melenchon n’y est pour rien .

    Gege Le 20 février à 18:24
  •  
  • le reste c’est un vieux stal

    buenaventura Le 23 février à 21:55
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.