Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 30 avril 2020

Dominique Vidal : « A l’hôpital, on fait le tri entre les personnes âgées et les autres : c’est quasi eugéniste »

Habituellement, on invite l’historien et journaliste Dominique Vidal pour nous parler de géopolitique au Moyen-Orient. Mais aujourd’hui, c’est parce qu’il s’est fait le défenseur de la cause des personnes âgées qu’il est dans la Midinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Retour en chiffres sur les personnes âgées face à la pandémie 
« Comme disait le camarade Lénine : “les chiffres sont têtus”. Nous avons actuellement 15.000 personnes mortes à l’hôpital dont 90% de plus de 70 ans ; 9.000 dans les EHPAD. Et plus 9 à 10.000 mortes chez elles dont on ne sait encore rien. »
« C’est une hécatombe de personnes âgées – bien plus que pour la canicule de 2003. »
« Une des raisons de l’hécatombe, c’est l’irresponsabilité des autorités : depuis 20 ans, on a détruit le système hospitalier. »
« Au début de l’épidémie, on a 5.000 lits équipés de respirateurs quand les Allemands en ont 30.000. »
« On a détruit, notamment en 2012, tous les moyens de défense contre une épidémie. »
« Il y a aussi une espèce de pensée quasi eugéniste qui monte qui entraîne des pratiques quasi eugénistes : à l’hôpital, le “tri” entre les personnes âgées et les autres. »
« On a laissé 700.000 personnes dans les EHPAD sans aucun moyen de défense : ni masque, ni gel, ni rien du tout. »

 Sur la circulaire du 19 mars de l’ARS d’Ile-de-France 
« Il y a deux euthanasies : l’une volontaire, c’est-à-dire le droit au suicide qui est, à mon avis, une liberté fondamentale pas encore établie en France alors qu’en Belgique, elle l’est. Et l’autre, l’euthanasie forcée, qui est un crime. »
« Il y a une différence entre la situation d’un médecin qui se trouve face à son patient dans des circonstances exceptionnelles (afflux de malades graves, pénuries de moyens…) et qui décide en son âme et conscience du sort de ce patient après concertation avec la famille. Si la décision est jugée fausse, libre aux proches de porter plainte. Et puis, il y a une situation qui n’a rien à voir : un groupe de médecins, au nom d’un organisme d’Etat, appelle à ce que le docteur Raybaud appelle un triage systématique et organisé au terme duquel on exclue de la réanimation les personnes dites fragiles parce qu’on ne peut pas dire vieilles parce que ce serait politiquement incorrect. C’est cela qui s’est passé avec la circulaire de la honte (du 19 mars 2020) de l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France, reprise comme référence par le Ministère de la Santé. »
« En quelques jours après la rédaction de la circulaire du 19 mars, la proportion de patients de plus de 75 ans en réanimation est passée de 19% à 7% et celle de plus de 80 ans de 9 à 2%. »
« Quand on lit la circulaire du 19 mars, on a envie de vomir. Ces gens vont jusqu’à écrire, à propos des personnes non-admises en réanimation “les soins ne sont pas interrompus mais s’intégrent dans un accompagnement en collaboration avec les spécialistes d’une prise en charge palliative afin d’assurer une absence de souffrance et une fin de vie digne et apaisée”. On croirait du Alexis Carrel, du Karl Brandt ou des opérations eugénistes et euthanasistes. »
« Sur presque tous les médias à l’exception du Média, de Médiapart et du Canard enchaîné, on nie l’existence de cette circulaire de la honte du 19 mars ou on essaie d’en diminuer son importance. »
« Il y aura un procès et je pense que cette circulaire sera une pièce à conviction lorsque le procureur demandera des condamnations pour toute une série de responsables de l’Etat, du gouvernement et ceux qui ont écrit ce texte. »
« L’eugénisme n’a pas commencé en 1939 dans l’Allemagne nazie avec comme conséquence l’extermination de 100.000 malades mentaux, dont une bonne partie par le gaz. »
« Dans l’histoire de nos pays, l’eugénisme a été pratiqué : aux Etats-Unis, en Finlande, au Danemark, dans certains cantons de Suisse et en Suède où on a continué à pratiquer l’eugénisme jusqu’en 1976 (63.000 femmes suédoises ont été stérilisées de force parce qu’elles n’étaient pas dans les critères retenus). »
« Il y a un engrenage auquel il faut réfléchir parce qu’il s’est produit à plusieurs reprises dans l’histoire de nos pays – et pas uniquement de l’Allemagne nazie : si on commence avec les vieux, on peut continuer avec les malades mentaux et physiques et on peut ajouter au choix, les juifs, les tsiganes, les musulmans, les homosexuels… »
« Les gens qui tiennent des propos eugénistes comme André Comte-Sponville - que j’ai connu plus inspiré quand il faisait partie de l’Union des Etudiants communistes de la Sorbonne – ou Valérie Fournier – qui se présente comme fondatrice d’un centre d’études cliniques -, ils mettent le doigt dans un engrenage dont on ne sait pas où il peut nous mener. »

 Sur le confinement, un temps envisagé, pour les personnes âgées 
« Je n’ai pas de problèmes avec la volonté de protéger les personnes âgées et j’appelle toutes celles que je connais à ne pas sortir à partir du 11 mai si elles n’en ont pas vraiment besoin. »
« Le problème, c’est que c’est Jupiter, père de la nation, qui nous a annoncé que l’on allait confiner les vieux jusqu’à la Saint Glinglin de manière obligatoire. Mais ça a été un tel scandale qu’on ne parle plus aujourd’hui de confinement obligatoire mais de précautions à prendre sur la base du volontariat. »
« Il faut que nous préservions nos libertés : nous sommes dans un contexte où les menaces sur nos libertés, des vieux comme des jeunes, sont importantes. »

 Sur l’oubli des personnes âgées dans le débat public 
« Je crois que la fracture générationnelle n’a rien à voir avec le problème auquel nous sommes confrontés aujourd’hui mais tout à voir avec la dégénérescence des médias : aujourd’hui, quand tu regardes le journal télévisé de TF1 ou de France 2, tu as l’impression d’une suite d’élément de propagande. Dès que la moindre critique est émise ici ou là contre la politique du pouvoir, des gens viennent non pas donner des éléments pour comprendre ou alimenter le débat mais pour défendre Emmanuel Macron, Edouard Philippe ou Olivier Véran. »
« Les gens qui mènent la bataille de la propagande au service du pouvoir, ils ne sont pas tous jeunes ! Je n’ai pas l’impression qu’Alain Duhamel soit un perdreau de l’année. »
« Il y a une conscience de la part de beaucoup de responsables médiatiques du caractère extrêmement sensible de cette question et notamment de la circulaire de la honte du 19 mars qui fait frémir des millions de personnes âgées. »
« Il y a une phrase, dans la circulaire du 19 mars, qui dit que, même s’il y a de la place en réanimation, il ne faut pas prendre des personnes fragiles. Qu’est-ce que cela veut dire de l’état de dégénérescence mental des médecins qui ont écrit cette phrase ? »

 Sur la question des personnes âgées dans notre société 
« Il y a deux mois, les vieux, c’était des gens à qui on demandait de travailler jusqu’à 68 ans. »
« On sait très bien que les personnes âgées aident à l’éducation des enfants et qu’ils constituent aussi les forces vives de la plupart des associations de notre pays. Sans les vieux, le tissu associatif français s’effondrerait. »
« Je crois qu’on peut juger une société à la manière dont elle traite ses enfants et ses personnes âgées. »
« Nous qui avons une telle conscience de la supériorité de la civilisation occidentale, on ne voit pas que, dans la plupart des pays dits anciennement du tiers-monde, notamment en Asie, la question des personnes âgées est traitée de manière totalement différente. »
« Je vis dans le 13ème arrondissement de Paris, dans le quartier chinois, et les habitants du quartier ne savent pas ce que c’est qu’un EHPAD : les personnes âgées vivent avec les personnes plus jeunes, pas seulement par empathie mais parce qu’il y a un deal – elles font les courses, elles amènent les enfants à l’école, elles font le ménage… Elles sont intégrées dans la vie sociale. Je pense que c’est une solution bien meilleure. »
« La conception que nous avons en Occident et en France, très individuelle, autour d’un noyau avec l’homme, la femme et les enfants sans le reste, ne prête pas de grandes possibilités d’envisager autrement la place des personnes âgées dans la société. »

 Intervention de Ziad Medoukh, professeur de français à Gaza 
« Le Moyen-Orient est une des régions où le virus a eu une pénétration très limitée sauf en Iran, en Turquie et dans la population ultraothodoxe d’Israël. »
« En Cisjordanie et à Gaza, il y a moins de 500 malades et 4 morts. C’est presqu’un miracle ! »
« A Gaza, il y a un centre pour les personnes âgées où il y a seulement 37 personnes. La solidarité familiale est très importante dans la bande de Gaza. »
« Ce qui est écrit dans la circulaire du 19 mars est impensable dans une société arabe. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Je suis tres emue par votre ecrit. J’ai 72 ans et pas le sentiment d’être un poids, un coût, inutile à notre société. Enfin, J’AVAIS CE SENTIMENT,mais depuis cette circulaire que j’ai lu dans le Canard Enchaîné, je me suis peu à peu RESIGNEE ,la pression est telle...oui, il vaut mieux laisser une chance à nos enfants, petits enfants....et là, de nouveau, vous nous rendez notre humanite notre dignite, notre existence...

    Marie Dominique Frigout Le 30 avril à 19:45
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.