Accueil | Par Pierre Jacquemain | 12 mars 2021

Élisa Da Silva et Arthur Vacher : « Le combat pour Adama Traoré est en train de changer la société »

Après dix épisodes, le podcast « Projet Adama » prend fin ce vendredi 12 mars. Mais la lutte continue pour Élisa Da Silva et Arthur Vacher qui restent au côté d’Assa Traoré pour que la vérité et la justice soient rendues à Adama Traoré. Ils sont les invités de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ÉCOUTEZ LE PODCAST SUR REGARDS.FR
>>
Projet Adama, épisode 10 : Assa Traoré

 

ET À LIRE...

 Sur l’acharnement judiciaire et la stigmatisation politique 
« Ce qui se joue c’est plus que la réalité, c’est la représentation de la réalité. »
« On lutte contre l’oubli et c’est ce qu’on essaie de partager à travers notre documentaire. »
« Dans ce combat-là, il y a la volonté de revenir à quelque chose de plus juste. »
« Ceux qui étaient stigmatisés sans avoir leur place dans l’espace public sont en train de prendre leur place et ça engendre nécessairement des réactions violentes de la part des dominants. »
« C’est important de nommer les gens parce que ça les humanise. Dans l’affaire Michel Zecler, on parlait du producteur de musique sans jamais lui donner un nom. Comme s’il n’existait pas. »

 Sur ce qu’a apporté le combat d’Assa Traoré dans la société  
« Le combat pour Adama Traoré est en train de changer la société. »
« Le combat pour Adama Traoré a eu des répercussions dans différents champs : le cinéma, le monde universitaire, la littérature. »
« Cette lutte est en train de se faire. »
« On interroge de plus en plus l’imaginaire des policiers qui consiste à identifier des personnes non pas comme des personnes mais comme des corps noirs. »
« Le racisme découle de la colonisation et de l’esclavage : c’est une histoire mondiale. »
« Tant qu’on ne prendra pas en compte que nous sommes le fruit d’une histoire et qu’il y a eu l’histoire de l’esclavage et de la colonisation - qui a impliqué plusieurs pays dont la France a eu une place centrale - on ne pourra pas se confronter aux problèmes actuels et auxquels la France doit faire face. »

 Sur la perception du combat d’Assa Traoré  
« Les médias se font ailleurs qu’à la télévision. »
« Les médias mainstream sont institutionnalisés et ne sont pas au plus près de la réalité. C’est pour ça qu’on a choisi le format podcast. »
« Il y a eu à gauche un gros changement sur le combat porté par Assa Traoré. »
« Il y a aujourd’hui une prise de conscience et dans le cadre de la prochaine présidentielle, l’enjeu des violences policières et du racisme deviendra central. Ça fera partie des débats. »

 Sur l’avenir du Projet Adama 
« On réfléchit à poursuivre ce projet parce qu’on sait qu’à travers le podcast, les artistes, les intellectuels et d’autres permettent de constituer une communauté d’actions efficaces en politique. »
« On en a pas fini. »
« Il faut toujours faire preuve d’imagination pour trouver des formes de luttes plus efficaces et qu’elles soient les plus accessibles et innovantes possible. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.