Accueil | Par Pierre Jacquemain | 20 janvier 2020

Elsa Faucillon (PCF) : « 2022 se prépare maintenant : il faut mettre une claque à Macron et Le Pen »

Quelle issue à la crise sociale et politique ? Ségolène Royal et Marine Le Pen ont déjà fait un pas pour la présidentielle de 2022 : une stratégie pour s’imposer comme alternative à Emmanuel Macron. Que faire à gauche ? Que peut la gauche ? Elsa Faucillon, députée communiste des Hauts-de-Seine, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

À ÉCOUTER...

>> sur Spotify
>> sur Apple

 

ET À LIRE...

 Sur le #BigBang  
« Emmanuel Macron est droit dans ses bottes et poursuit sa construction du duo Macron/Le Pen. »
« Marine Le Pen déclare sa candidature avec l’idée qu’elle veut s’installer pour être celle qui permet de prendre sa revanche sur Emmanuel Macron. »
« L’idée du #BigBang, c’est que si l’on ne veut pas que 2022 soit de nouveau le choix au second tour d’un Macron/Le Pen, il y a besoin que la gauche se rassemble. »
« La gauche doit se parler, se disputer mais elle a besoin de se refonder sur un pôle social et écologique. »

 Sur le mouvement social  
« Il y a une violence extrêmement forte qui s’abat sur le mouvement social. Donc merci à ceux et celles qui se mobilisent parce qu’ils se battent pout nous, pour nos enfants, parce qu’ils se battent contre un monde dans lequel Emmanuel Macron tente de nous enfermer. »
« Emmanuel Macron incarne la domination de classe. »
« Comme le dit le psychanalyste Roland Gori, Emmanuel Macron ne gouverne pas, il soumet un peuple. »
« Cette colère n’est pas terminée, elle est extrêmement présente. »

 Sur les perspectives politiques 
« Il y a un pouvoir qui cherche à soumettre. Ça doit nous interroger sur la manière de faire mais ça rend plus fort le besoin de prise de pouvoir et de perspective politique. »
« Il y a un besoin de perspectives politiques. »
« Dans un moment de mobilisations comme c’est le cas aujourd’hui, avec des gens qui nous intiment de nous unir, de réfléchir, d’être innovants, de ne pas s’institutionnaliser, nous devons construire ensemble cette alternative. »
« Marine Le Pen se dit à la fois qu’il faut figer ce moment de colère et que face à l’absence d’alternative de progrès, elle a une carte forte à jouer. »

 Sur la présidentielle de 2022 
« Il est à noter devoir de mettre une claque à Marine Le Pen et Emmanuel Macron en 2022. »
« En 2022, il faut mettre une claque au duo Macron/Le Pen et ça se prépare maintenant. »
« Face aux urgences écologiques, face aux catastrophes annoncées et face à l’effondrement démocratique, plutôt que de rechercher qui va au sein des formations politiques être celui ou celle qui sera le/la mieux à même de la présenter, regardons ensemble comment on travaille à cette reconstruction. »
« Les primaires sont une machine à perdre. »
« La question qui nous est posée, c’est la question de la prise de pouvoir. »

 Sur cette gauche qui est contre tout et la question du projet  
« Je suis pour le temps libre, la liberté ; je suis pour qu’on décide démocratiquement de nos besoins. »
« Il faut écrire un récit en positif. »
« Pour prendre le pouvoir en 2022, ça nécessite qu’on y croit nous-même. »

 Sur l’appel du JDD pour la justice sociale et le climat 
« Les responsabilités politiques de gauche ont du mal à entendre le message qui nous est envoyé. »
« La CGT fait beaucoup mieux sa mue que l’ensemble des forces politiques de gauche. »
« Il y a de l’innovation sur les formes et le fond. »
« Ces responsables [qui ont signé l’appel du JDD] diraient on est prêt à travailler avec vous et nous on dirait “on va d’abord sauver nos appareils ?” »
« J’espère que les appareils politiques vont entendre leur appel. »

 Sur la CGT de Philippe Martinez  
« Il est dans le coup, Philippe Martinez. »
« Philippe Martinez est à l’écoute de ce qui bouge dans la société. »
« Il tente de faire converger les colères et les oppressions. »
« J’avais été impressionnée par la tribune de Laurent Berger et de Nicolas Hulot et quelque part, je me disais que le défi c’était de réussir à faire la même chose sur un pôle social/écolo qui permet d’être sur les aspirations sociale, écologiques, démocratiques (…) et ce que disent les signataires de l’appel. Martinez et d’autres responsables associatifs sont prêts. »
« On doit être en capacité de répondre à cette tribune pour construire le projet politique ensemble. »

 Sur l’arrestation de Taha Bouhafs  
« Taha Bouhafs est un journaliste. »
« Cette affaire est l’illustration d’une démocratie autoritaire. »
« Le soutien des journalistes devrait être plus large encore. »
« Quand un journaliste donne une information qui ne plait pas au pouvoir se retrouve à être emprisonné, ça doit nous alerter sur la mise en danger de notre démocratie. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.