Accueil | Par Pierre Jacquemain | 31 janvier 2018

Eric Benzekri : "La gauche, c’est une zone de frottement entre l’idéal et le réel."

La première saison de Baron noir, sortie en 2016, avait auguré avec justesse nombre d’évènements et de retournements politiques qui sont survenus par la suite. A l’occasion de la sortie de la saison 2, rencontre passionnante avec son coscénariste, Eric Benzekri qui nous parle de la gauche, de Jean-Luc Mélenchon et d’Emmanuel Macron.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur la fiction et la réalité de Baron Noir 
« Toute la fiction de Baron Noir est élaborée à partir de la réalité. »
« Dans Baron Noir, on essaie de développer quelque chose de plus enviable que le monde dans lequel on vit. »
« Je ne crois pas qu’il y ait de caricature dans Baron Noir. »
« S’il y a des gens qui veulent reprendre des idées qu’il y a dans Baron Noir, ils sont les bienvenus. »

 Sur l’état de la société et de la politique aujourd’hui 
« J’ai été élevé avec le sentiment que tout allait aller mieux (…). En réalité, non. Et ça m’afflige. »
« La société du spectacle est partout et elle est aussi en politique. »
« Comme scénariste, Trump nous libère parce que tout est possible. »
« Emmanuel Macron, c’est un profil politique, une ligne politique, qui existait avant à l’intérieur du Parti socialiste et chez François Bayrou. »
« Macron, c’est d’abord la fin d’un monde. »

 Sur la gauche 
« La gauche, c’est une zone de frottement entre l’idéal et le réel. »
« Je me mets dans la peau, même pas d’un militant, mais d’un votant, d’un citoyen de gauche lambda. »

 Sur l’élaboration d’une série politique 
« Il fallait mettre en scène la difficulté à vivre dans le monde actuel quand on est de gauche. »
« La tactique, c’est simplement le moyen de parler de convictions. »
« S’il n’y a pas de tactique, il n’y a pas de thriller. »
« On ne se sert pas d’un instrument culturel pour faire de la politique mais la culture reste politique. »
« C’est intéressant de voir à quel point se juxtaposent les pires instincts manoeuvriés et les convictions. »

 Sur Jean-Luc Mélenchon 
« Je suis un bon connaisseur des connaissances historiques et politiques de Jean-Luc Mélenchon même s’il perfectionne son appareil conceptuel à vitesse grand V. »
« On avait vu ce retour au conventionnel de la révolution française, c’est-à-dire de la fédération du peuple pour arriver à reconstituer une masse critique citoyenne à gauche. »
« Dupont-Aignan a, d’un certain point de vue, le même positionnement sur son spectre politique à droite, que Mélenchon à gauche. »
« Grâce à Baron Noir, on peut mieux comprendre le monde politique dans lequel on vit. »

 Sur la promesse de campagne d’Emmanuel Macron du casier judiciaire vierge pour être élu 
« C’est très grave d’annoncer des choses surtout sur le terrain de la morale et de reculer dessus. C’est catastrophique de faire ça, vaut mieux ne rien dire au début. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Sans intérêt, si ne n’est de décrire complaisamment les jeux d e rôles d’une "classe politique" que vomissent jusqu’à l’abstention des millions de citoyens -électeurs. Il n’ est pas un peu maso Benzekri ?

    Daniel P. Le 31 janvier à 19:54
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.