Accueil | Par Pierre Jacquemain | 9 janvier 2018

Eric Coquerel : "La situation est plutôt pire qu’il y a un, et pour le monde et pour la France."

Il est présenté par le magazine Capital comme le 2e député le plus bosseur de l’Assemblée nationale. Eric Coquerel, député France Insoumise de la Seine-Saint-Denis, était l’invité de #LaMidinale. L’occasion de revenir sur le climat politique et social de ce début d’année.

Vos réactions (35)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur les 3 ans de Charlie Hebdo 
« La situation est plutôt pire qu’il y a un an pour le monde et pour la France. »
« Etre Charlie, ça doit rester la défense intangible de la liberté d’opinion et d’expression. »
« J’ai été gêné par les espèces de célébration autour de Manuel Valls, par la récupération par des gens qui n’étaient pas du tout proches de Charb. »
« Pour eux, la laïcité est une attaque envers une seule religion, à des fins politiques. »
« La réaction par rapport à ce qu’il s’est passé à Charlie, c’était la volonté de montrer qu’on était unis autour de valeurs universelles. »
« Je rappelle que le blasphème n’existe pas dans ce pays. »

 Sur la faible mobilisation des Français contre la politique du gouvernement 
« Il n’y a pas eu les réactions nécessaires vu l’ampleur des attaques. »
« Le gouvernement a cassé le code du travail et a fait le budget le plus austère et le plus inégal de la Vème République. »
« Il y a des luttes qui gagnent : les salariés d’ONET, des sous-traitants de Vélib… »
« Quand les gens résistent et font grève jusqu’au bout, ça peut marcher. »
« Quand le gouvernement a, face à lui, des gens qui vont jusqu’au bout (…), il cède. »
« Si Macron, en 5 ans, continue ce qu’il est en train de faire au pays, on va retrouver une France défigurée, qui ne sera plus la France de l’Etat social ou la France du Conseil national de la Résistance. »

 Sur le retour relatif de la croissance 
« La croissance revient… on sait malheureusement que c’est une conjoncture, un cycle du capitalisme. »
« Les crises spéculatives sont devant nous. »
« C’est juste une accalmie dans un système qui dérégule tout et qui met la Terre profondément en danger. »
« Il faut décroître dans beaucoup de domaines. »
« Si vous programmez un téléphone, comme vient de le faire Apple, pour qu’il rende l’âme au bout de peu de temps, on voit bien que c’est une croissance inutile. »

 Sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes 
« Ce que je souhaite, c’est que l’aéroport soit bien arrêté. »
« L’idée d’envoyer les forces de police pour montrer ses gros bras, ce n’est pas la bonne méthode. La bonne méthode, c’est la discussion. »

 Sur l’accueil des migrants 
« Très souvent la réalité sur le terrain n’est pas en phase avec les sondages dans lesquels on nous dit que les Français souhaitent toujours plus de répression. »
« J’ai fait une demande d’enquête sur la situation anormale dans les Alpes-Maritimes : non seulement les migrants sont traités hors Etat de droit mais on ne peut pas déposer de demande d’asile sur le département, les mineurs sont renvoyés sans aucune vérification en dehors de tout droit international… »
« La phase de migration actuelle est une phase historique dont on ne commence à percevoir que les premiers effets. »
« Il faut faire en sorte que les gens puissent ne pas partir de chez eux. »
« On ne part pas par plaisir de chez soi quand on a des chances de mourir dans la Méditerranée ou d’être réduit en esclavage (…) en Libye. »
« Nos pays ont des responsabilités fortes dans les causes : démantèlements d’Etats comme la Libye sans avoir apporté une once de démocratie en plus comme l’a fait la France, guerres que nous avons largement suscitées ou que nous avons entretenues, questions de libre-échange (…) ou question climatique… »
« Il faut accepter qu’il y a plus de demandes d’asile et qu’on a de quoi le gérer. »
« Il faut être capable de considérer, au-delà des critères du droit d’asile stricto sensu qui sont ceux de l’ONU, que quelqu’un qui part de chez lui pour des questions économiques mais qui sont vitales, peut aussi être accueilli sur le territoire en tant que migrant. »

 Sur les rapports de la France insoumise avec le Parti communiste 
« Il y a des communistes chez France insoumise. »
« Avec la direction du Parti communiste, ça va être difficile. »
« On a l’impression d’avoir été plus la cible que nos adversaires de la part de la direction du Parti communiste. »
« La confiance est rompue. »
« J’ai de très bons rapports avec les députés communistes. »
« Ce qui n’a pas marché, c’est le cartel de partis. La reconstitution d’une espèce de gauche plurielle, ça ne fonctionnera pas non plus. »
« Avec la France insoumise, un mouvement du camp de l’émancipation est passé devant le Parti socialiste et a vocation à pouvoir installer un leadership autour duquel construire des choses. »
« Il faut qu’on arrive à s’unir avec ceux qui sont encore capables de mobilisation dans le pays : syndicats, associations… C’est ça qui m’occupe plutôt que la petite reconstruction d’une alliance partidaire qui a montré ses limites. »

Vos réactions (35)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Synthèse brillante ! Merci Eric Coquerel.

    Vassiviere Le 9 janvier à 13:07
  •  
  • Encore une fois Mr Jacquemain vous semblez avoir du mal à comprendre que la victoire d’un mouvement de changement radical ne passe pas par des accords au sommet entre partis et mouvements.

    Comme me le dit très justement JLM, en admettant qu’un tel accord soit signé, en comptant large cela représente 35% de ceux qui votent . Or pour gagner il faut plus de 50% des voix. Qui peut croire un seul instant qu’un accord avec EELV ou le PCF, des partis qui ont perdu tout crédit auprès des électeurs, va convaincre les abstentionnistes, ou les électeurs de gauche partis au FN , de voter pour une réelle force de changement ? Au contraire ce serait les dégoûter à nouveau de la politique.

    Gege Le 9 janvier à 13:45
       
    • Cher Gege,
      Qu’est-ce que vous connaissez de mes opinions sur le sujet ? Pourquoi aurais-je du mal à comprendre ? Pourquoi ce mépris surtout ? Vous aurez sans doute noté que je suis là pour interroger, questionner et donc permettre aux invités de s’expliquer et de convaincre. Si mes questions vous fâchent, chaque jour, je vous donne la possibilité d’adresser une question à l’invité via Facebook et Twitter. À l’arrogance je préfère le débat. La curiosité. Et depuis plus d’un an que j’anime #LaMidinale, je ne pense pas que vous puissiez m’accuser de malveillance à l’égard de qui que se soit. Regards, par ses origines, sa culture, son positionnement éditorial, ne cherche qu’une chose : faire dialoguer l’ensemble des traditions et sensibilités de la gauche critique - d’où qu’elles viennent. C’est ce à quoi je m’emploie chaque jour. Avec parfois des erreurs mais du mieux qu’il est possible de faire - malgré nos petits moyens. Bonne journée et meilleurs voeux. Amicalement, Pierre Jacquemain

      Pierre Jacquemain Le 9 janvier à 13:54
    •  
    • Mr Jacquemain

      Je ne tiens pas à polémiquer avec vous . Mais où avez vous lu dans mes propos du mépris, que je « vous accuse de malveillance » . À quel moment je vous attribue une quelconque opinion ? .Vous me faite un mauvais procès .

      A chaque interview de représentants de la FI vous reprenez avec insistance cette question de « l’union », et à chaque fois vous obtenez la même réponse. Je vous fait donc remarquer qu’une signature d’un accord au sommet , ne ferait que repousser davantage les abstentionnistes et les électeurs de gauche passés au FN , sans qui aucune victoire n’est possible, Je note que sur cette question vous ne répondez rien, vous préférez m’accuse de mépris à votre égard, ce qui est faux .. Vous m’accusez de vous prêter je ne sait quelles opinions ce qui est faut. Quel mouche vous a piqué ?

      Cordialement

      Gege Le 9 janvier à 14:54
    •  
    • Cher Gege,
      Vous dites, je vous cite : « à chaque interview de représentants de la FI vous reprenez avec insistance cette question de l’union ». Vous pouvez ne pas être d’accord avec ceux et celles qui défendent l’union et le rassemblement. Mon avis sur ce sujet n’est précisément pas le sujet. En revanche, il est de ma responsabilité d’interroger l’invité du jour compte tenu du fait qu’ils sont nombreux, parmi les militants - y compris de la FI d’ailleurs -, à se poser la question. J’aurais d’ailleurs sans doute eu des remarques et commentaires de leur part si je n’avais pas interrogé Eric Coquerel là dessus. Notez par ailleurs, qu’on ne s’y est pas non plus attardé et que sa réponse est on n’en peut plus claire. Au moins pour ce qui est de la direction du PCF.

      Pierre Jacquemain Le 9 janvier à 15:28
    •  
    • Mr Jacquemain

      Je veux dissiper un malentendu, j’apprécie beaucoup votre travail. C’est pour cette raison que je regarde régulièrement et attentivement la Midinale , elle me permet de découvrir des personnalités que je ne connais pas toutes forcément.

      Mais cela ne m’empèche pas de garder un œil critique, ce que je fais, j’imagine que vous acceptez la critique. Mes propos étaient peut être brutaux, mais ils n’en sont pas moins fondés. Vous le démontrez à nouveau par votre réponse.

      « Vous pouvez ne pas être d’accord avec ceux et celles qui défendent l’union et le rassemblement » Vous me prêtez des positions politiques que je n’ai pas . Je ne sais si cette incompréhension de votre part à mon égard est volontaire ou non. Je n’aime pas le terme « union » , il me fait penser au virage libéral de 1983 , je préfère celui de rassemblement, contre lequel contrairement à ce que vous écrivez, je ne suis pas contre , mais je suis tout contre . Pour moi en effet et pour la FI ce rassemblement ne passe , nécessairement, pas par des accords au sommet.

      Une fois de plus je ne crois pas que la préoccupation des abstentionnistes et des électeurs de gauche passés au FN , les « fâchés mais pas fachos », soit l’union au sommet car le discrédit est profond . Ils attendent avant tout, qu’on prennent en compte ce qu’ils ont à dire, eux qui se prennent la mondialisation en pleine gueule. Et sans eux pas victoire possible.

      Gege Le 10 janvier à 07:43
  •  
  • "Encore une fois Mr Jacquemain vous semblez avoir du mal à comprendre que ..."
    Oui, c’est méprisant.
    Si on veut respecter le journaliste, on écrit :
    "Je ne partage pas votre point de vue, et voici mes arguments."
    Quant à la stratégie de JLM, on peut la discuter.
    17 députés, quelle victoire ...

    pierre93 Le 9 janvier à 15:12
       
    • @Pierre93

      Je vous remercie de l’interet que vous portez à mes propos, dont vous ne retenez que la forme et ignorez totalement le fond.

      « Encore une fois Mr Jacquemain vous semblez avoir du mal à comprendre que ..."
      Oui, c’est méprisant. »
       C’est votre avis , c’est votre jugement ,que vous avez certe le droit d’exprimer , mais souffrez que je ne le partage pas . Dire à quelqu’un qui pose toujours la même question , et qui obtient toujours la même réponse de tous les représentants de la FI , qu’il SEMBLE avoir du mal à comprendre ET NON PAS QU’IL NE COMPREND PAS , une nuance qui SEMBLE vous échappez , n’a à mon avis rien de méprisant, c’est un fait , et mon avis vaux bien le votre. Tout comme Mr Jacquemain vous restez sur la forme et vous ne dites rien du fond.

      Quand à votre volonté de discuter de la stratégie de JLM , qui est de fait , que vous le vouliez ou non , la stratégie de la FI , il est tout à fait possible d’en discuter, on peut discuter de tout , on peut même passer son temps à discuter.

      Cette stratégie a permis de rassembler au 1er tour de la présidentielle 19% des voix, et de faire élire aux législatives 17 députés . Ces derniers auraient pu être plus nombreux , si dans de nombreuses circonscriptions, le PCF n’avait pas présenté de candidatures de témoignages, qui ayant récolté 2 ou 3 % des voix ou un peu plus, ont empêché les candidats FI d’etre présent au second tour . Un peu comme B Hamon à la présidentielle.

      Il me SEMBLE que pour un mouvement qui vient de naître c’est un bon résultat. Mais si vous avez des propositions à faire pour améliorer ce résultat, n’hésitez pas la FI est preneuse.

      Gege Le 10 janvier à 06:58
  •  
  • Merci a P Jacquemain qui non seulement fait bien son boulot ,lors des midinales , mais également ds les debats TV

    a Propos d E Coquerel, si Capital le juge le plus bosseur, une chose est sur il est le meilleur debatteur lors des diferentes emissions TV, je suis fiere quand il parle pour FI je m’y retrouve

    je tenais a vs encourager car ce n’est facile pour personne et sur le terrain ns avons besoin de ces échanges là
    lla FI a laquelle j’appartiens commence une année 2018 chaude

    luda Le 9 janvier à 16:59
       
    • Merci a P Jacquemain qui non seulement fait bien son boulot ,lors des midinales , mais également ds les debats TV

      Ah oui, excellent sur les plateaux TV !

      Durruti Le 10 janvier à 18:37
  •  
  • je pense qu il faut garder raison, Mr Jacquemain et Gégé ont plus eu une divergence sur la forme que sur le fond

    Car enfin quoi dans cet interview assez complet comme peut le permettre un format d une heure il ressort quoi sur le dernier paragraphe ?

    hé bien il ressort clairement ce que beaucoup de militants et de sympathisants attendaient : il n y aura pas d’accord de parti, de sommet, d intérêt et la démarche initié par Jean Luc Mélenchon continue.

    Ce qui est rassurant devant les demandes parfois larmoyantes ou accusatrices des unionistes bêlants " unité bléée unité bléée !

    Cette démarche de "mouvement" ne marcherait pas d’après les tenants du Front de Gauche , enfin pas les tenants, les élus du PCF et d’ailleurs, qui voient la manne des strapontins "aumônés " par le PS se tarir.

    Et bien si ca marche ! un exemple ?

    Des candidats issus de la société civile élus ? ou ?
    Des ministres , jeunes, nouveaux , hors partis ? qui ?

    Et bien tout simplement ce qui a plagié avec succès la démarche de la FI : La république en Marche.

    A nous a gauche, débarrassée des vielles lunes de la politique alimentaire de créer les conditions de battre LREM et de mettre en place un programme de gauche débarrassé des scories des accords de partis.

    buenaventura Le 10 janvier à 13:26
       
    • Avec le populisme dit de gauche, le rassemblement ne peut pas porter bien haut le combat émancipateur. Le populisme reste un produit bas de gamme de la pensée politique, à moins de d’ouvrir le débat largement.
      Mais dans ce cas le populisme s’éloigne des raccourcis qui font son succès.
      Avec les Européennes de 2019, je crains le retour du "i want my money back" de Mme Thatcher en 1979.

      BERTHIER gilbert Le 11 janvier à 17:34
  •  
  • Il est resté aveugler par le score de Mélenchon au 1er tour de la présidentielle, la prétention à vouloir représenter l’unique opposition à gauche de la politique de macron, très condescendant vis-à-vis des militants communistes et fortement critiques sur leur direction à la différence de la FI, les directions du Pcf sont élu et non désigné ou coopté par le leader , pas de leçon à donner, libre à eux d’accepter ou de refuser cette méthode gazeuse pas de leçon a donner aux communistes.

    leon Le 10 janvier à 18:16
       
    • Nous ne donnons de leçons a personne et surtout pas aux communistes .

      Vos directions sont " élues", oui c’est bien connu que la démocratie interne a toujours été une marque de fabrique PCF

      D’ailleurs votre démocratie interne est une référence pour le monde entier .

      buenaventura Le 10 janvier à 18:46
  •  
  • D’ailleurs votre démocratie interne est une référence pour le monde entier .

    buenaventura

    Peut-être pas, je n’aurai cette prétention,
    Pour la FI la démocratie c’est "cause toujours tu m’intéresses"
    Le chef qui n’est pas vraiment chef mais qui est quand même chef décide de sa grandeur de balancer un scud contre ses propres amis pour cause de "tambouille" et par un retournement a 360 degrés soutient la droite nationaliste corse contre la seule liste de gauche. cela manque de classe

    leon Le 10 janvier à 22:21
       
    • T’as pas compris, Léon : vivez votre vie dans votre cher parti parfait et oubliez nous !!!

      René-Michel Le 12 janvier à 09:42
  •  
  • Il ressort de cet entretien qu’en dehors des déclarations convenues sur la France défigurée par le macronisme en marche, un anti-communisme avéré et pitoyable qui ne s’embarrasse pas de nuance quand il s’agit de faire endosser bizarrement à la direction honnie du PCF la responsabilité ??? de l’échec des mobilisations de l’automne dernier contre les ordonnances Macron, le second couteau de JLM a du mal à reconnaître que son mouvement est en perte de vitesse et de crédibilité dans l’opinion publique.Tout cela manque à la fois de sérieux et d’honnêteté intellectuelle.

    Robert D Le 11 janvier à 10:37
       
    • Acceptez-vous le simple fait qu’on s’oppose au communisme ?

      Glycère Benoît Le 11 janvier à 12:42
    •  
    • Primo, de quel "communisme" parlez-vous ? Je doute fort que vous l’ayez connu autrement que dans les livres et qu’il vous ait contraint à s’opposer à lui ; secundo, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Karl Marx, vous devriez mettre à l’écart un certain nombre d’idées reçues que vous partagez avec bien d’autres sur le marxisme et le communisme.

      Ainsi la fable que Marx ne s’intéressait qu’aux ouvriers et que , aujourd’hui, du fait de la désindustrialisation galopante depuis la fin du XX° siècle sa pensée socio économique serait condamnée définitivement ; que la finalité de la pensée marxiste ne vise pas à un collectivisme de caserne mais à l’épanouissement des hommes désaliénés dans leur individualité ; que le communisme n’est pas un idéal, une utopie, mais le mouvement qui abolit l’état des choses existant" - ce que vous ne souhaitez pas à l’évidence !

      Enfin, la France a eu un référent marxiste à une échelle de masse et du coup un anti marxisme et un anti communisme virulents qui aujourd’hui déterminent une permanence des comportements et des pratiques politiques d’exclusion , voire d’interdits divers à l’égard de ceux qui se réclament de ce courant philosophique politique et idéologique...De ce point de vue les leaders de la FI ne font pas exception, et je vous renvoie la question ; "a-t-on le droit d’être anti capitaliste dans votre démocratie qui établit des listes noires , criminalise ceux qui veulent concrètement changer la société ?

      Robert D Le 11 janvier à 19:07
    •  
    • Je parle du régime communiste. C’est une réalité qu’en France nous n’avons pas subie. Cela ne nous interdit pas de nous interroger sur lui et de recueillir le témoignage de ceux qui en ont souffert comme de nous incliner sur la mémoire des morts qui lui sont imputables.

      Ce que je ne souhaite pas c’est de voir le parti communiste accéder au pouvoir. Il n’y a rien de virulent là-dedans mais tout de réfléchi. Ce n’est pas là refuser toute évolution de la société, au contraire, la démocratie accepte toutes les opinions et leur permet de se confronter, ce que le socialisme refuse. Lorsque votre esprit aura conçu que vos adversaires politiques puissent être autre chose que des virus, des adeptes d’idées reçues, des praticiens de l’exclusion et de l’interdit, alors vous aurez compris que s’opposer à vous est un combat honorable.

      Glycère Benoît Le 11 janvier à 23:38
    •  
    • @ Robert. Pour qu’il y ait "anticommunisme" encore faudrait-il qu’il y ait des communistes hors les Insoumis. Hormis ces derniers je ne vois que des imposteurs en voie d’extinction imminente .

      René-Michel Le 12 janvier à 09:50
  •  
  • Le "régime communiste"(sic) dont vous parlez sans l’avoir connu est sans doute celui qui est né il y a un siècle en Russie. On sait qu’au bout de trois quarts d e siècle d’épreuves et de réussites, mais aussi d’échecs et crimes, il s’est effondré de lui-même sans gloire dans les dernières années du XXe siècle. Il a laissé le champ libre à un capitalisme sauvage qui n’a rien à envier au capitalisme néo- libéral globalisé et destructeur qui triomphe pour l’instant chez nous sous le couvert d’une pseudo "démocratie" qui assure en réalité le pouvoir des riches sur tous c eux qui ne le sont pas. Alors qu’il menace de rendre toute vie sociale invivable et notre planète inhabitable sy opposer et le combattre me paraît être plus honorable que de le défendre comme vous le faites ici.
    Si l’on peut recevoir le témoignage des victimes et s’incliner sur les morts, il faut n’en oublier aucunes ni aucuns dans aucun des" régimes " quels qu’ils soient. Et, si on peut écrire le " livre noir du communisme", on doit aussi écrire celui du capitalisme et des régimes démocratiques ou totalitaires qui l’ont défendu et qu’il a soutenu ( lisez donc "L’ordre du jour", le dernier Goncourt, particulièrement éclairant sur l’Allemagne ou "le choix de la défaite" d’Annie Lacroix-Riz qui montre la responsabilité écrasante des " démocraties" anglaises et françaises dans le déclenchement du second conflit mondial du XXe siècle dont les victimes se comptent par dizaines de millions ).
    Je constate enfin que vous entrez en transe à l’idée saugrenue d’un accès au pouvoir en France d’un parti communiste. Outre que cette attitude rappelle étrangement celles qui avaient cours pendant la "guerre froide", elle confirme que l’anticommunisme peut rendre bêtes ou aveugles ceux qui s’y abandonnent.

    Robert D Le 12 janvier à 10:48
       
    • En effet pas de quoi "entrer en transes" .

      l’idée saugrenue d’un accès au pouvoir en France d’un parti communiste.

      les Français et plus généralement les européens ne souhaiteraient gouter aux bienfaits qui étaient la réalité des " démocraties Populaires" .

      Plus que l’anticommunisme des "vainqueurs" c’est en fin de compte un simple bon sens populaire qui écarte cette option.

      Le sigle PCF n’ est il pas une madeleine de Proust un peu périmée ?

      buenaventura Le 12 janvier à 13:51
    •  
    • @Robert D. Le régime communiste dont vous parlez abondamment l’avez-vous connu vous-même ? D’où vient votre expertise ? Auriez-vous la science infuse ? Mais au vrai je m’avance sans trop de prudence : vous avez peut-être vécu dans un pays socialiste après tout.

      Être opposé au communisme ne signifie pas qu’on chérisse les horreurs que vous promettez à la planète depuis qu’il a disparu. La vision binaire que sa propagande martelait au temps de la guerre froide, le camp du bien contre le camp du mal, est révolue effectivement. Le mouvement communiste et la plupart des États communistes ne lui survécurent pas, ce qui nous a évité le pire, en attendant l’avènement d’un monde idéal, indéterminé.

      Je n’entre pas en transe face à une éventuelle prise du pouvoir en France par le parti communiste. La probabilité, infime, n’y invite pas. Mais il n’y a rien de saugrenu à ne pas voter pour ce parti, puisqu’il existe encore, afin de ne pas le conforter. Votre remarque sur cette histoire de transe est tout sauf un constat. Elle montre que le communisme est une passion qui peut rendre bêtes ou aveugles ceux qui s’y abandonnent, comme toute passion.

      Glycère Benoît Le 12 janvier à 17:59
    •  
    • @ Robert. Pour y avoir milité en pure perte vingt ans de rang, je me permets d’affirmer qu’il n’y a jamais eu de marxiste dans la nomenklatura du communisme français et international depuis la mort de Lénine. Ils ont tous été éliminés ou exclus par les staliniens à qui le capitalisme doit aujourd’hui encore de prospérer, d’exploiter et de détruire la planète. Malgré vous, le marxisme n’est pas mort, il bouge encore et tôt ou tard, le monde va changer de base et ce sera sans vous !

      René-Michel Le 12 janvier à 18:14
    •  
    • Il ne vous est jamais venu à l’esprit de vous intéresser à l’histoire véritable des "démocraties populaires", de leur naissance au forceps sur les ruines du fascisme et du nazisme , Avez-vous jamais douté que la lutte des classes se poursuivait dans ces pays où, sous la houlette du vainqueur soviétique et stalinien, des petits partis communistes dont les militants et dirigeants étaient pour la plupart des survivants des combats de la résistance (dure école !) s’efforçaient de faire émerger une société nouvelle en s’appuyant sur le peuple et pour le peuple. Leur bilan socio-économique ne fut pas aussi négatif que le présentait la propagande de "Free Europa" au temps de la guerre froide . La meilleure preuve étant qu’il a permis à une "nomenclatura" soi disant communiste ou socialiste, de devenir sans coup férir une oligarchie capitaliste prospère au début des années 1990. qui essaie aujourd’hui de singer la nôtre dans le cadre européen.

      jean benoit TIEN Le 12 janvier à 18:37
    •  
    • @ Tien . Je ne comprends pas de quoi vous parlez...

      René-Michel Le 12 janvier à 18:47
    •  
    • On peut donc en conclure qu’ Il sera bientôt plus agréable aux européens de goûter aux délices du néo fascisme qu’à l’affreux totalitarisme communiste. Les succès électoraux que l’extrême droite rencontre un peu partout en Europe , y compris en France ( gardons-nous d’oublier la deuxième place du FN (ter repetita) à l’élection présidentielle de 2017 ! rend l’ hypothèse fasciste bien plus plausible que "l’hypothèse communiste" d’Alain Badiou.

      Jean Benoit Tien Le 12 janvier à 18:48
  •  
  • RMICHEL confirme sans le vouloir que LFI n’est qu’une nébuleuse sans horizon crédible composée de zozos bobos et de déçus de la "gauche traditionnelle" - comme lui - qui passent leur temps à cracher leur bile sur la tombe vide d’un Pcf qui continue de gâcher leur plaisir de ratiociner sur un problématique changement de base de notre société d’où seraient exclus évidemment les rouges dont il fut. Il n’est pas le premier à avoir brûlé ce qu’il a adoré. Ne lui en déplaise , cette année 2018 marquera pour moi les cinquante ans de mon engagement communiste et j’ai toujours les mêmes raisons d’être au PCF qu’au premier jour.

    Robert D. Le 12 janvier à 19:08
       
    • @ Robert. Il n’y a que les thons qui ne changent pas d’avis et qui de surcroît en sont fiers .

      René-Michel Le 12 janvier à 20:34
  •  
  • Glycere, encore un point d’histoire : le "camp du bien et du mal" - comme d’ailleurs la formule" le rideau de fer" n’est nullement une invention de la propagande communiste , mais bien de la propagande anglo - américaine dès la sortie du deuxième conflit mondial : pour vous en convaincre relisez le discours de Churchill à Fulton (5 mai 1946) et à la doctrine Truman... Par ailleurs , je ne promets aucune horreur à la planète. je me contente simplement d’ en constater la réalité et de mettre en évidence leur cause principale : les logiques capitalistes aujourd’hui à l’oeuvre.

    tout votre discours démontre que vous les préférez à toute tentative de les combattre pour leur substituer d’autres logiques économiques sociales et politiques rompant avec la domination de l’argent-roi et la lutte d e tous contre tous.

    Quoi que vous en disiez, Vous vous rangez donc dans le camp de la réaction sous un vernis "démocratique" dont l’histoire nous a appris qu’il craquait vite au plus fort de la lutte des classes et révélait le visage hideux du versaillais et du fusilleur de communards.

    Robert D. Le 12 janvier à 20:12
       
    • @Robert D. Le combat pour la préservation des équilibres naturels et de la biodiversité n’est l’apanage exclusif ni du parti communiste ni d’aucun autre parti ni même d’aucune tendance de l’opinion publique. Chaque parti participe au débat dont ils sont l’enjeu. Ce débat est possible dans la démocratie, c’est-à-dire le régime parlementaire, qui est celui que je défends. Le condamnez-vous ? Logiquement oui, puisque vous en tenez pour le socialisme, qui repose sur des bases politiques radicalement différentes. Votre action en tant que militant communiste vous place sur une ligne politique dont il vous incombe de défendre au moins le principe, qui se trouve être à lui seul incompatible avec la mienne. On remarque au passage que c’est l’État de droit qui vous le permet comme à moi alors que dans le régime qui a votre faveur depuis cinquante ans cela me serait interdit.

      Cette militance d’un demi-siècle dont vous vous être prévalu dans un autre message a-t-elle au moins été formatrice ? Cela suffirait à ne pas vous la faire regretter .A ce titre vous avez du particulièrement étudier l’histoire du PCF puisqu’elle vous concerne de l’intérieur si je puis dire. Et qu’elle engage votre responsabilité. La mienne n’est pas engagée dans la répression versaillaise que vous me l’imputez à tort. Je ne l’approuve pas, alors que les communistes ont beaucoup fusillé.

      Eh bien l’histoire. Vous m’en rappelez un épisode, le discours de Fulton. Il marque une prise de conscience des occidentaux et l’apparition d’une formule fameuse. Elle n’est pas abusive en elle-même, sachant que par ailleurs occidentaux comme soviétiques ont fait assaut de propagande. Il y en eut des deux côté mais la conception binaire, totalitaire, était bien dans le bloc de l’Est alors que le pluralisme prévalait à l’ouest. Les soviétiques furent offensifs, dans la logique du marxisme-léninisme, tandis que les Américains de leur côté furent âpres à défendre leurs intérêts économiques et politiques. Plus intelligents – relativement – ils finirent par gagner, effaçant la bipolarité du monde.

      Je vous renvoie pour illustrer cette vision binaire typiquement marxiste à deux exemples impliquant le PCF. Ils sont éloignés dans le temps mais liés par l‘idéologie : la conférence de Szklarska-Poreba constitutive du Kominform en septembre 1947 et l’intervention de Marchais à la télévision soviétique, retransmise en France, le 11 janvier 1980. On y voit le camp où se range le PCF, que nous apprend l’histoire et qui révèle le visage hideux du bolchevik massacreur de millions d’hommes.

      Glycère Benoît Le 13 janvier à 09:11
  •  
  • @Gyclère."" le visage hideux du bolchevik massacreur de millions d’hommes." L’onanisme doit être réservé à la sphère privée, de plus il est vivement déconseillé par les fabricants de claviers du fait des projections incontrôlées voire intempestives .

    René-Michel Le 13 janvier à 10:01
       
    • Depuis quand un régime parlementaire est une caractéristique spécifique de la démocratie ? Vous devez savoir qu’il n’en est rien puisque, par exemple, les formules de "parlement croupion" ou de "chambre d’enregistrement" , et même de "république bananière"... Il en est d’autres sans doute ont été souvent employées pour désigner et caractériser des démocraties pourvues de parlement.

      Yvon p Le 13 janvier à 12:44
  •  
  • Allo, Yvon tu vas où ?

    René-Michel Le 13 janvier à 17:30
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.