Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 24 mai 2018

Erri De Luca : « La désobéissance à des lois injustes est obligatoire »

Trois jeunes militants, surnommés "les 3 de Briançon" sont poursuivis pour avoir secouru des réfugiés. Leur procès se tiendra le 31 mai prochain. L’écrivain italien, Erri De Luca, a pris la plume pour les soutenir. Son appel a recueilli plusieurs milliers de signature en quelques heures. Il est l’invité de La Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

Sur le procès des 3 de Briançon
« Ce procès inculpe des personnes qui ont secouru des voyageurs, de passage, en montagne. »
« Il n’y a pas de droit à parler de clandestin, ni de clandestinité. »
« Il n’existe pas de clandestin dans le monde. »
« Le terme clandestin est une notion moderne qui pourrait s’appliquer à quelqu’un qui monte sur un moyen de transport sans payer le billet. Ce n’est pas le cas des réfugiés. »
« Les réfugiés ont payé très cher tout kilomètre, tout mètre de leur voyage. Donc ils ont très payé leur droit de passage. »

Sur l’Italie
« En Italie, il y a une loi qui empêche aux pêcheurs de sauver des naufrages, des vies en train de se noyer. »
« Il y a une différence entre la légalité - les lois votées au Parlement - et le sentiment de justice. »
« Il y a souvent un choc entre la légalité prétendue - qui est toujours de passage - et la justice qui n’est pas de passage. »
« Dans la mer, il faut faire des sauvetage sinon il y a omission de porter secours. »
« La loi Italienne - mais aussi la loi française - incite à l’omission de porter secours. »
« Cette loi est injuste est va contre la fraternité et c’est pour ça que je soutiens le droit à continuer de sauver des gens. »

Sur la faible mobilisation contre la loi « asile et immigration »
« Il y a une perte de sensibilité périphérique dans le corps de la société mais il y a heureusement des personnes qui ont cette sensibilité périphérique sur la peau, ils sont des bénévoles. »
« On prend les bénévoles pour des criminels. »

Sur l’Europe
« La sécurité des frontières est une notion militaire. Une nation, une communauté se défend de l’invasion militaire. Mais nous ne sommes pas envahis. »
« L’invasion c’est une armée qui franchit une frontière pour envahir un pays et le conquérir. »
« On ne peut pas appliquer le mot invasion à des gens qui désarmés, passent à travers nos territoires. »

Sur la Méditerranée
« La Méditerranée est mon lieu d’enfance, de bonheur et en même temps mon lieu de malheur principal. »
« Je ressens la souffrance de la mer Méditerranée qui est devenue une fosse commune de vies de jeunes gens qui ont la malchance de la traverser dans les pires conditions de transport de l’histoire de l’humanité. »

Sur la place des écrivains
« La littérature incite à lire, à tenir compagnie et à faire des rencontres avec des histoires qui nous regardent et qui peuvent ajouter des choses à nous-mêmes. »
« La littérature incite au bonheur. »
« À travers mon statut d’écrivain je peux donner un peu plus de voix à des personnes qui ont des raisons mais pas la voix pour se faire écouter. »
« Je suis un amplificateur, un mégaphone, un outil de certaines luttes qui prétendent à être écoutées. »
« Nous sommes des complices des tueries produites par des conditions contre lesquelles nous ne faisons rien. »

Sur la désobéissance
« La désobéissance a des lois injustes est obligatoire. »
« Si les 3 jeunes de Briançon incriminés ont commis un crime, je suis leur complice. »

Sur la gauche et l’accueil des réfugiés
« Il y a des voyageurs qui arrivent chez nous. C’est pas une question d’accueil, c’est une question d’absorption. »

Sur les liens entre accueil des réfugiés et extrême droite
« L’extrême droite exploite les pires sentiments de l’être humain. »

Sur l’accord de gouvernement entre La Ligue et le Mouvement 5 étoiles
« Cet accord me produit un sentiment politique nouveau : le dégout politique. Je suis dégouté politiquement. »
« Cet accord entre des groupes complètement différents, réunis par l’enthousiasme de gouverner quelque chose ne tiendra pas. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.