Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud, Pierre Jacquemain | 2 mars 2021

Evelyne Sire-Marin : « En soutenant un délinquant financier, Darmanin se décrédibilise comme ministre de l’Intérieur »

Nicolas Sarkozy a été condamné hier à trois ans de prison, dont un ferme, pour l’affaire dite des écoutes. Il a fait appel de cette décision. D’autres procès vont suivre. Que risque réellement l’ancien chef de l’Etat ? Evelyne Sire-Marin, magistrate, est l’invitée de #LaMidinale​.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur le soutien de Darmanin à Sarkozy 
« C’est un soutien direct du ministre de l’Intérieur à l’ancien chef de l’Etat. En apportant son soutien à Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin critique l’institution judiciaire et la justice en général. »
« Sous la Vè République, c’est assez courant que l’exécutif s’immisce dans le fonctionnement de la justice. »
« Sous ce gouvernement il y a une succession d’empiétements terribles de l’exécutif dans les affaires judiciaires. »
« En soutenant un délinquant financier, Gérald Darmanin gêne sa propre crédibilité comme ministre de l’Intérieur. »
« Darmanin fait la démonstration que quand il s’agit de délinquance financière, ça n’est pas vraiment de la délinquance. »

 Sur l’indépendance de la justice 
« On confond sans arrêt les juges indépendants - qui ont condamné Nicolas Sarkozy - et le Parquet National Financier (PNF) - qui en tant que Parquet dépend du Garde des Sceaux. C’est extrêmement facile de faire semblant de mélanger ces magistrats. »
« La justice financière fonctionne même si c’est plus difficile parce que les juges financiers sont beaucoup plus attaqués que les juges en matière de criminalité par exemple. »
« La justice financière a montré son indépendance depuis quelques années : Cahuzac, Fillon, Balkany ou Mélenchon ont été condamnés. Tout l’éventail politique est concerné par cette justice financière. »  
« On voit l’utilité du PNF qui a été créé après l’affaire Cahuzac. Il faut des magistrats spécialisés pour juger les affaires politico-financières. »

 Sur les premières que constitue l’affaire des écoutes 
« Il y a beaucoup de premières dans cette affaire des écoutes : pour M. Sarkozy, c’est la première fois qu’un président de la République est condamné pour corruption (M. Chirac avait pour des emplois fictifs). »
« C’est la première fois qu’un Président de la République est condamné à une peine ferme d’emprisonnement. »
« C’est la première fois sous la Cinquième République qu’un ancien président a quatre affaires judiciaires en cours (…) : l’affaire des écoutes qui va être rejugée en appel, l’affaire Bygmalion jugée le 17 mars prochain, l’affaire libyenne toujours en cours d’instruction et l’enquête russe. »
« Le juge Azibert n’est pas seulement un magistrat de la Cour de Cassation, ça a aussi été le directeur de l’école de la magistrature, le directeur de l’administration pénitentiaire : ça a été un très haut magistrat qui vient d’être condamné à 3 ans de prison dont un ferme. »
« Les liens entre le Garde des Sceaux Dupont-Moretti et l’avocat Herzog sont quand même problématiques. »
« L’imbrication de l’exécutif dans le judiciaire est très problématique. »

 Sur les écoutes 
« Les écoutes et les fadettes sont deux choses très différentes. »
« Les écoutes téléphoniques ont été posées dans l’affaire libyenne et ont amené à la découverte de liens pour le moins sulfureux entre un président de la République, un avocat et un magistrat de la Cour de Cassation puisque M. Sarkozy voulait récupérer ses agendas qui avaient été saisis dans l’affaire Bettencourt. »
« Un juge d’instruction a tout à fait le droit de faire écouter une personne qui a été mise en examen (…) cela se fait très souvent dans les affaires de stupéfiants. »
« Le Code de procédure pénale dit que, dès qu’un avocat est concerné par des écoutes, le Bâtonnier doit en être informé. C’est ce qui s’est passé et c’est complètement légal. »
« Il ne faut pas confondre l’affaire des écoutes et celle des fadettes, qui est une affaire dans l’affaire. Les fadettes sont des factures détaillées. »
« La loi permet l’épluchage des fadettes, en l’occurrence par le PNF. Mais ce serait bien que la loi soit changée mais ça va un peu loin que de regarder les échanges entre un avocat, d’autres avocats et des clients. Cela porte atteinte au droit de la défense. Il faudrait, en l’espèce, que le Bâtonnier soit a minima prévenu. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.