Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 21 janvier 2022

Fabien André : « Au-delà des beaux discours, le monde de la culture n’est pas entendu »

Depuis le début de la pandémie, les théâtres vivent des situations compliquées : entre la fermeture administrative, un public qui rechigne encore à revenir dans les salles et des annulations de spectacle à cause de tests positifs, quel avenir pour le secteur ? On en parle dans #LaMidinale avec Fabien André, administrateur du Grand R, scène nationale de La Roche-sur-Yon.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur le théâtre en période de Covid
« On a la chance d’avoir un taux de fréquentation qui n’a pas considérablement chuté même si on a eu une baisse de 15 à 20%. »
« On vit une deuxième période depuis mi-décembre et surtout depuis janvier, avec une difficulté : malgré le retour du public, les artistes ne sont pas en dehors du monde et le variant Omicron les touche. On a deux spectacles qui ont été annulés. »
« Le pass sanitaire avait déjà éloigné une partie du public des lieux de culture. Pas les plus fidèles qui sont là et sont au rendez-vous depuis le début de l’année. Le pass vaccinal franchit une étape supplémentaire qui risque d’éloigner plus encore notre public. »
« Le pass sanitaire nous a permis de retrouver le théâtre avec des jauges pleines. De retrouver le public scolaire aussi. On avance au fur et à mesure et on s’adapte aux mesures qui s’imposent à nous. Le pass vaccinal en revanche ne laisse plus le choix. »
« On est dans une société où il faut avancer tous ensemble pour sortir de cette conjoncture sanitaire. »
« Il faut préserver le public et les artistes. »

Sur la culture en période de Covid
« Le gouvernement a mis du temps à nous écouter. »
« Nous avons bénéficié d’aides de droit commun. Nous n’avons pas été soutenus spécifiquement, ce qui a été le cas pour le privé qui dépend des recettes de billetterie. »
« Au-delà des beaux discours, le monde de la culture n’est pas toujours entendu. La réalité du terrain n’est pas toujours reconnue. »
« On ne peut pas dire que depuis deux ans, la culture soit prioritaire alors que ça aurait pu être le cas au même titre qu’on a laissé ouvertes les écoles. »
« On a eu des aides à l’emploi (…). Sur l’annulation des spectacles, la billetterie, on n’a pas eu d’aide spécifique. »

Sur la place du théâtre
« Il est plus important que jamais d’aller au théâtre. »
« Les lieux culturels, les théâtres en particulier, sont des lieux de rencontres, de croisement des sensibilités, d’échange, d’agora. Ce sont des lieux citoyens. »
« Plus que jamais, les missions de service public que nous remplissons, sont plus importantes que jamais. »
« Le théâtre pose des questions, il ne cherche pas à y répondre. C’est le rôle du politique. »
« La culture ne devrait pas être réduite à une identité - qu’elle soit nationale, ethnique ou sexuelle - ça serait la pire des choses que de vouloir enfermer les citoyens. »

Sur la panthéonisation de Molière
« Ça peut être l’année de célébrer ce grand homme. »
« Molière est un précurseur de ce qui a été concrétisé au XXème siècle qui est cette décentralisation culturelle particulièrement forte en France et qu’on nous envie. Il n’y a pas une commune où il n’y a pas d’activité culturelle. »
« Molière a été à l’origine de cet idéal de rayonnement de la culture à travers tous les territoires de la France avec une exigence artistique qui fait tout l’honneur de notre pays. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.