Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 5 avril 2022

« Fabien Roussel a apporté de la fraîcheur et de l’authenticité à la campagne présidentielle »

J-5 avant le premier tour de l’élection présidentielle : le sénateur communiste, Pierre Ouzoulias, soutien de Fabien Roussel, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur la campagne de Fabien Roussel
« Dans cette campagne, Fabien Roussel a apporté de la visibilité, de la fraîcheur, de la sincérité et de l’authenticité. »
« Pour les plus anciens, les gens sont heureux de retrouver le Parti communiste tel qu’ils l’avaient connu. Pour les plus jeunes, c’est un sujet d’interrogation. »
« Ce qui intéresse les jeunes - et que Roussel a montré pendant la campagne - c’est que le Parti communiste est le parti des communs. »
« Il était très utile que, dans cette campagne, les thèmes qui sont historiquement portés par le PCF mais aussi les thèmes nouveaux, apparaissent et Fabien Roussel l’a très bien fait. »
« Il y a une fierté communiste. »
« J’aurais eu un immense malheur de voir que notre génération aurait été incapable de continuer à perpétuer la fierté communiste et ce qu’on a apporté à la France et à son histoire. »
« Beaucoup de personnes, y compris à droite - je le vois au Sénat -, sont contentes de retrouver un Parti communiste. »
« Pour que la droite aille mieux, il faut que le PCF aille mieux. »
« Le combat politique, c’est avant tout de la lisibilité. »

Sur la gauche
« Les sondages reflètent ce qu’est aujourd’hui la proportion de la gauche dans notre pays, c’est-à-dire par grand chose. »
« On a besoin d’une conscience de classe et c’est ce qui manque. »
« Les formes de la domination économique ont changé. »
« Les formes sociales de l’exploitation ont changé et nos discours doivent s’adapter. »
« Quand la gauche a été au pouvoir, même à l’époque de la gauche plurielle, elle n’a pas mené les politiques de rupture par rapport au néolibéralisme. »
« L’exemple chilien est merveilleux. D’abord, il y a deux ministres communistes au gouvernement. Et en plus, l’alliance de la gauche s’est faite sur une base idéologique très simple et très claire qui est la rupture avec le néolibéralisme qui a été importé avec Pinochet. »
« Le programme économique de l’extrême droite, que ça soit de Pinochet ou de Le Pen, est un programme économique néolibéral - ce qui est un changement par rapport à ce qu’a été le fascisme italien ou hitlérien. »
« Il faut refonder la gauche sur la base d’un rejet total du néolibéralisme. »
« La gauche a besoin de se reparler mais elle a besoin de mieux diffuser ses idées dans la société. »
« Il y a un affaiblissement des partis mais aussi des syndicats - notamment chez les étudiants. »

Sur les polémiques
« J’ai l’habitude de regarder les campagnes électorales, quelles qu’elles soient, depuis le village de ma famille en Haute-Corrèze sur le plateau de Millevaches. Et là, ce que m’ont dit mes voisins c’est que cette campagne était parisienne. »
« Quand vous êtes paysans sur le plateau de Millevaches et que vous entendez dire que manger de la viande c’est pas bien ou que la chasse c’est mal, qu’il faut baisser le chauffage, ça leur paraît complètement lunaire. »
« Si la gauche continue de s’adresser aux bobos des centres villes ou des grandes métropoles, on va continuer à descendre. »
« Ce qui a manqué dans cette campagne, c’est un discours qui s’adresse à l’ensemble de la population. »
« Bien manger, c’est la culture communiste. »
« Ce que me disent les journalistes qui suivent cette campagne c’est qu’autour et avec Fabien Roussel c’est la Fête de l’Huma permanente : une forme de bonne humeur, de joie de vivre, des apéros bien charpentés. Mais ça, c’est notre culture et on ne va pas tricher. »

Sur les clivages à gauche
« Il nous manque un espace où il pourrait y avoir une confrontation mais pas des idées simples, des idées complexes. »
« Si j’étais face à madame Rousseau, en tant qu’historien et archéologue qui s’est beaucoup intéressé à l’alimentation, je lui dirais que la révolution néolithique s’est fondée sur les céréales et l’élevage. Peut-on penser une agriculture sans élevage au XXIè siècle ? Je pense que non. »
« En Haute-Corrèze, le revenu des paysans, c’est 100% de l’élevage. »
« Il faut trouver des espaces pour discuter et les médias n’offrent plus ces espaces pour une pensée complexe. »

Sur le vote utile à gauche face au risque Le Pen
« Le Pen est la seule candidate qui a une progression continue depuis un mois et on ne sait pas où ça va s’arrêter. »
« Je crains, et c’est une forte probabilité, qu’elle soit devant Macron au premier tour. »
« Le fait historique de cette élection c’est que pour la première fois Le Pen a un réservoir de voix. Elle peut récupérer les voix de Zemmour, de Pécresse et malheureusement aussi une partie de l’électorat de Mélenchon. »
« Il est très important qu’à gauche on ait un discours clair sur ce que nous ferions au second tour pour écarter l’extrême droite du pouvoir. »

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Je croyais que la culture du Parti communiste français c’était le marxisme-léninisme, la lutte des classes, le centralisme démocratique et le régime socialiste préparant l’avènement du régime communiste. J’apprends maintenant que sa culture c’est le bien manger, la bonne humeur et les apéros bien charpentés. Que ça ? C’est un peu court. Quoi d’autre qui n’appartienne qu’à lui ?

    Glycère BENOIT Le 5 avril à 23:01
  •  
  • Fabien Roussel a pu redonner de la fierté aux membres du PCF.
    Le passé du Pari communiste peut encore faire rêver et faire revenir d’anciens électeurs-trices. Tout cela sent bon la nostalgie, mais demeure improductif. La gauche ne se refondera pas principalement sur un rejet du néolibéralisme mais sur un projet post-capitaliste.

    Daniel Davoust Le 6 avril à 13:33
  •  
  • @Daniel Davoust. Le passé du PCF nous est dit par les historiens. Ils n’ont rien à nous donner pour alimenter nos rêves, en admettant que ce soit là le but recherché en politique. Telle n’est pas leur vocation. Les faits que leurs travaux nous relatent n’incitent pas spécialement à s’enthousiasmer pour le communisme après en avoir tiré un bilan d’ensemble.

    Glycère BENOIT Le 6 avril à 15:19
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.