Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 26 novembre 2018

Fabien Roussel : « J’espère que Mélenchon va me respecter et qu’on va travailler ensemble »

Le député du Nord, Fabien Roussel, a été élu secrétaire national du PCF pour succéder à Pierre Laurent. Il parle d’écologie, de rassemblement, de respect des histoires et des sensibilités politiques, de colère sociale. Mais il veut avant tout que le PCF retrouve sa place sur l’espace politique, à gauche. Et s’imposer. Il était l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur ce que peut et doit faire le PCF 
« Le PCF doit porter les colères et les espoirs du peuple de France. »
« J’ai souhaité mettre l’accent à relever le défi de l’urgence climatique. »
« Le pouvoir d’achat pour vivre dignement, le défi écologique et la paix, sont les trois axes qui doivent structurer nos combats. »

 Sur l’affaiblissement du PCF 
« Un contexte politique particulier, un rejet des forces politiques, il y a un mouvement de dégagisme qui grandit. »
« Le PCF a perdu de son influence par des choix que l’on a fait de ne pas présenter de candidat à l’élection présidentielle pendant deux séquences. »
« Faire le choix du rassemblement, avec les forces de gauche, avec le PS quand il tournait le dos aux attentes, ça n’a pas été compris. »
« Je ne comprends pas les critiques sur le ‘repli identitaire’. »
« Il faut que le PCF et sa direction rassemble la diversité des opinions qui peuvent s’exprimer au PCF. »

 Sur les liens avec le PS 
« Je pense aux militants socialistes, aux élus locaux, qui sont sincèrement à gauche et qui sont malheureux de ce qui s’est passé avec le quinquennat de François Hollande. »
« On ne peut pas mettre le PS comme une seule identité, uniforme, comme s’ils étaient tous comptables du bilan de François Hollande. »
« Si on veut redonner un espoir à gauche, il faut qu’on se parle tous : les militants socialistes, les militants insoumis, les militants écologistes, on a besoin de se serrer les coudes. »
« La social-démocratie n’est pas l’avenir. Ça n’est pas la voie pour sortir du capitalisme et c’est bien l’enjeu. »

 Sur le second tour de la législative partielle en Essonne 
« Il y a plus de 80% d’abstention. Il faut être nuancé sur le sens qu’il faut donner à ce vote. »
« Le maire qui a été élu est un élu local, les enjeux locaux ont plus primé que ceux de l’échelle nationale. »

 Sur les européennes de mai 2019 
« Nous avons envie d’atterrir vite parce que les élections ont lieu le 26 mai. »
« Il faut se fixer un calendrier et on doit décider dans les semaines qui viennent du choix que nous allons faire. »
« Je souhaite la liste la plus large possible, avec d’autres forces mais pas que des forces politiques. Et je souhaite que Ian Brossat puisse conduire cette liste. »
« Je pense que Ian Brossat fait la démonstration qu’il peut conduire cette liste en respectant l’ensemble des forces qui accepteraient d’y participer. »
« Nous sommes une force politique, les communistes sont souverains, ils ont aussi exprimé ce souhait là lors de ce congrès. »

 Sur les relations avec la France insoumise 
« On se côtoie beaucoup avec Jean-Luc [Mélenchon] et les députés, à l’assemblée nationale. On discute, on échange. »
« On est des forces politiques différentes, on a des histoires différentes, il faut les accepter. »
« Jean-Luc me disait ‘j’espère que tu seras secrétaire national’. Aujourd’hui c’est fait et moi je lui dis ‘j’espère que tu vas me respecter et qu’on va travailler ensemble’. »

 Sur l’écologie et l’éco-communisme 
« Je ne pense pas qu’il y ait un virage sur la question écologique. »
« L’actualité porte un regard sur ces questions et c’est l’occasion pour nous de mettre en valeur toutes les idées que nous avons produites. »
« Le PCF du 21ème siècle ne passera pas à côté de la question écologique mais plus que ça, nous voulons en faire une priorité et c’est largement partagé par les communistes. »

 Sur les gilets jaunes 
« C’est un mouvement sincère, profond, ancré dans la France, avec ses contradictions et ses excès. »
« Il faut le respecter, entendre ce qu’il se passe et réagir vite. »
« Il faut une augmentation nette du SMIC de 200€ dès le 1er janvier, une augmentation générale des salaires dans le privé comme dans le public. »
« Il faut entendre qu’il y a un rejet des partis politiques. »
« J’invite les gilets jaunes : investissez les partis politiques, venez, rejoignez le PCF, bousculez-nous. »

 Sur l’appel à manifester de la CGT le 1er décembre 
« La CGT porte depuis longtemps a question des salaires et des conditions de travail : c’est au coeur de la revendication des gilets jaunes. »
« Il y a une forme de convergence entre ce que portent les syndicalistes et les gilets jaunes. »
« La cocotte est prête à péter, ça va exploser. »
« La colère, si elle n’est pas nourrie d’espoir, s’il n’y a pas d’alternative derrière c’est le K.O. Et ça, ça nous préoccupe. »

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Jean-Luc me disait ‘j’espère que tu seras secrétaire national’. Aujourd’hui c’est fait et moi je lui dis ‘j’espère que tu vas me respecter et qu’on va travailler ensemble’. »

    Heureusement que j’ai regardé la video car je ne comprenais pas l’extrait choisi rapportant le propos entendu de JLM et son interprétation manifestement négative qui en a été faite par le principal intéressé, puisque devant nécessiter une mise au point sur le respect dû à chacun...
    Ce n’est qu’à l’écoute de l’affirmation de Pierre J. dans la question initiale, selon laquelle c’est "Mélenchon qui donne le LA", affirmation sonnant pour quiconque comme un injonction à s’affirmer, que le secrétaire du PCF s’est senti obligé de montrer les dents.
    Comme quoi, pour avoir le titre qu’il veut, l’interviewer doit le mériter...

    carlos Le 26 novembre 2018 à 13:54
  •  
  • Petit croquis humoristique :
    D’où parle-t-il, le camarade ? Fabien vous parle depuis Fabien. Et il ne voit pas ce que quelques-un-e-s veulent dire, qui ont en bouche cette énigmatique expression : « repli identitaire » !...

    Au demeurant, ...ce n’est pas une affaire de lieu. Le bien sympathique « nouveau patron » du PCF reste porteur de bonne culture coco. Je relève en passant cette perle : « franchise est mère de fraternité ». Bigre ! Elle est mignonne celle-là !... Surtout dans une optique viriliste. Il faudrait la sortir en badges !...

    Mais non ! (Je ne parle pas pour toi camarade...) La « franchise » n’a certainement jamais empêché, pour commencer,... la fumisterie intellectuelle. Elle n’a jamais empêché de sortir des énormités hors-sujet !... Elle n’a jamais empêché toutes les maldonnes, toutes les perversions, toutes les erreurs sur les personnes du monde... Elle n’a jamais empêché de DÉPLACER les problèmes, faute de pouvoir déplacer des montagnes !... De se refuser à regarder ceux-ci en face, avec la profondeur et la précision de vue requise ! « La franchise » n’a jamais évité de se réfugier derrière les dernières généralités de circonstances, plutôt que d’analyser « concrètement » des situations historiques « concrètes » !...

    Voici un dernier exemple de diversion intellectuelle : à écouter Fabien Roussel, ...l’effacement du PCF serait en particulier imputable, comme pour toutes les formations politiques,... au « dégagisme » !!... Sans blague ? Faut-il comprendre que pour « conjurer » l’effacement total de son Parti, il faut désormais impérativement résister... à Mélenchon ? Et, pour commencer, lui demander, en toute « franchise », de « respecter » le PCF ?

    Mais ça veut dire quoi le respect ? Cela fait deux décennies que c’est devenu un maître-mot, dans ce Parti !... Un mot magique, à usage interne comme à usage externe,... qui ne lui a certes pas permis de surmonter toutes ses inhibitions ni ses ambiguïtés !... Ah ça oui, c’est un signifiant qui lui a permis d’opérer un RELATIF (et bien trop tardif) « progrès démocratique »...

    Mais était-ce suffisant pour « DÉMOCRATISER LA DÉMOCRATIE », selon l’heureuse expression utilisée par Pierre Laurent ? Et, surtout, DEPUIS QUAND cette question s’est-elle posée ? Ne se posait-elle pas déjà du temps de... Paul Laurent ?!?... « Le communisme » français ne reste-il pas comptable de ...SON 20ème siècle ? L’ère Marchais n’a-t-elle été qu’une parenthèse aux « tâtonnements », somme toute, excusables ? Et, pour « assumer » le Passé, suffit-il de dire... « franchement »... qu’on l’assume ? (Genre... Avec ses parts d’ombre et de lumière ?!?...) Après quoi, si les gens n’ont pas tout à fait une bonne image de vous, il suffira de dire qu’il suffirait... que ceux-ci « vous respectent » ?!?...

    Pour rebondir, il faut s’expliquer en profondeur les phénomènes politiques. Et non, aucun bilan proprement historique ne sera, apparemment, jamais « officiellement » dressé !... « Affaire d’historiens » ? ... Les pauvres !... Que se passera-t-il pour le centenaire de ce Parti, en 2020 ? Une véritable analyse ? Ce n’est pas parti pour...

    Aubert Sikirdji Le 26 novembre 2018 à 16:29
  •  
  • J’ajoute ceci : peu importe que ce soit pour savoir qui donnerait "le la, le si ou le do"..., je n’accepte pas de respecter éternellement... la « partition » = la séparation obligée et perpétuelle des forces de transformation sociale !...
    Fabien Roussel ayant précisé, si j’ai bien compris, que le PCF a acté, pour les Européennes, une orientation de remise en cause des traités... Mais tout en précisant que Ian Brossat doit être tête de liste..., et que cette décision devra être « respectée »..., dès lors que les communistes en ont ainsi décidé, ...il est « clair »... que rien n’est résolu !...

    Aubert Sikirdji Le 26 novembre 2018 à 17:32
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.