Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 13 mai 2020

Fleur Bidon : « On ne fait pas d’école, on fait de la garderie améliorée »

Lendemain de reprise scolaire : école ou garderie ? Fleur Bidon, professeure et directrice d’école à Saint-Sylvestre dans la Haute-Vienne (87), membre du SNUipp-FSU, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur la reprise scolaire 
« Les enseignants sont plutôt amenés à travailler avec de l’humain, avec des enfants qui bougent ou qui échangent entre eux et là, on se retrouve à devoir accueillir des enfants à qui on demande sans arrêt de se séparer et de ne pas échanger. Donc en termes d’éthique, ça nous interroge forcément. »
« Je n’ai pas envie de me transformer en dragon de cour d’école parce que ça n’est pas le coeur de notre métier. »
« L’école, c’est d’abord un lieu de socialisation. »

 Sur les écoles à 10 élèves par classe 
« J’ai commencé l’année avec mes 26 CE2 donc c’est vrai qu’ils étaient trop nombreux mais on vit ensemble depuis septembre... C’est ce qu’on appelle un groupe classe et c’est très important de maintenir ce groupe. »
« Aujourd’hui, on pourrait penser que c’est super parce qu’on est que 10 élèves par classe sauf que non, il manque tous les autres. »
« Les élèves que j’ai devant moi ne sont pas tous mes élèves et j’ai plusieurs niveaux. »

 Sur les objectifs du ministère de l’Education nationale  
« Les enfants viennent sur la base du volontariat des parents. »
« On peut se poser la question de l’utilité pour un enfant de revenir pour une unique journée d’ici la fin du mois [objectif fixé par Jean-Michel Blanquer]. Ça n’a pas de sens si ce n’est la nécessité pour le ministre de l’Education nationale d’occuper les médias. »

 Sur l’enseignement à distance 
« L’enseignement à distance n’est pas de l’enseignement. »
« En primaire en particulier, les parents ne peuvent pas se substituer aux enseignants. »
« Il y a beaucoup de familles pour qui ça c’est mal passé. Certains parents n’ont pas le niveau pour y arriver et c’est bien normal. »

 Sur le choix des élèves à accueillir 
« On a fait le choix de n’accueillir que 10 enfants par classe. On a deux groupes de dix élèves avec deux maitresses présentes. »
« On était sensé voir une liste d’enfants prioritaires qu’on n’a jamais reçue. Elle n’existe pas. Il n’y a pas de cadrage. »
« Nous, à Saint-Sylvestre [Haute-Vienne], on a la chance de bien connaitre les familles et les enfants donc on essaie de faire du bricolage mais le plus dur, c’est d’annoncer aux familles - qui sont pourtant très compréhensives - qu’on ne peut pas prendre en charge leurs enfants. »
« Mes deux collègues qui sont chez elles continuent à faire classe avec leurs élèves à distance. »
« Si on lit à la lettre la circulaire du ministère, sur mes 26 élèves de CE2, je ne devrais m’occuper que des six élèves qui sont revenus hier à l’école et laisser les 20 autres de côté. C’est pas possible. On ne peut pas laisser tomber nos élèves. »

 Sur la réaction des élèves 
« Le confinement pour certains a été très dur. »
« Les enfants, surtout à cet âge, sont des êtres sociaux et ils ont besoin d’être avec des enfants de leur âge. »
« Les enfants ont compris qu’ils allaient retrouver une école sans leurs copains et qu’ils n’auront pas le droit de jouer au foot pendant les récréations. »
« Au début, on arrive à tenir les gestes barrières mais dans le temps, ça va devenir très compliqué. Ils font finir par se toucher. »

 Sur les aménagements dans l’école 
« Nos élèves ont un peu de chance d’être dans petites structures. »
« On a vidé nos classes. »
« On a fait des carrés d’attente pour que les enfants puissent aller aux toilettes un par un. On a condamné le toboggan et l’araignée pour qu’ils n’y touchent plus. De même que les ballons. »
« On a essayé de faire des jeux avec des ronds et des lignes brisées pour rendre les parcours plus amusants. »
« L’ambiance est étonnante. Mieux vaut en rire mais on est quand même inquiets. »

 Sur le choix du retour le 11 mai 
« Au SNUipp-FSU, on était pour une reprise en septembre. »
« Il ne faut pas dire que l’école rouvre. On peut penser que l’école va fonctionner. Mais on ne fait pas d’école, on fait de la garderie améliorée. »
« J’ai plusieurs niveaux dans ma classe. Je ne peux pas faire classe à mes élèves pendant que les autres sont à la maison. Déjà que l’écart des inégalités se creuse, ça serait pire. »
« On ne pourra pas avancer dans les programmes et surtout, je ne peux pas laisser au bord de la route mes autres élèves. »
« Qu’il y ait des enfants en danger, c’est certain. Mais est-ce que c’est à l’Education nationale de tout gérer ? Je ne suis pas sûre car on ne le peut pas. »

 Sur l’académie de Limoges 
« En Haute-Vienne, il n’y a pas eu de droit de retrait pour le moment. Ça viendra peut-être. »
« On a vu des enseignants qui se sont mis en retrait pour garder leurs enfants. C’est une forme de résistance. »
« On voit beaucoup d’enseignants qui reprennent en étant très angoissés. Je n’ai jamais vu ça. »
« Avec les mairies, ça ne s’est pas toujours très bien passé. Il y a eu des crispations entre certains collègues. Les conditions ne sont pas simples et humainement, ça peut être difficile parfois. »

 Sur les leçons de la crise  
« Ce que montre cette crise, c’est qu’on a besoin des enseignants. Comme les soignants et les hôpitaux, on a besoin des profs et des écoles. »
« Enseigner, c’est un métier : beaucoup de parents nous l’ont dit. »
« Comme dans les hôpitaux, la crise a aussi montré qu’il y avait trop d’enfants par classe et qu’il n’y a pas assez d’adultes. Bref, qu’il n’y a pas assez de moyens et qu’on est mal payés. »
« Cette crise va montrer qu’on a vraiment besoin des services publics. »
« On voit aussi que ceux qui ont travaillé pendant la crise, c’est tous les petits métiers mal payés. Ces gens qu’on oublie d’habitude et qui étaient au coeur de la crise. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • 0751457517

    Dianka Le 18 mai à 16:55
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.