Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 19 octobre 2021

François Cocq : « Arnaud Montebourg est un homme de gauche qui s’est tourné vers la France »

Arnaud Montebourg a placé sa campagne présidentielle sous le signe de la « remontada ». Pour l’heure, il est crédité de 2 à 4% des intentions de vote. De quoi cette candidature est-elle le nom ? François Cocq, porte-parole d’Arnaud Montebourg, ex-compagnon de route de la France insoumise, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur le débat public et la campagne présidentielle
« La scène politique est figée, presque cryogénisée d’une certaine façon depuis 2017. »
« Il n’y a plus les ressources au sein même de la scène politique pour la faire bouger et empêcher ce qui apparaît inéluctable, c’est-à-dire un duel Macron / extrême droite. »
« Il n’y a aucune dynamique dans le champ institutionnel. »
« Cinq ans ont passé et il n’y a plus de dynamique possible au sein du champ électoral existant. »
« Les seules dynamiques qui ont eu lieu ont eu lieu hors du champ institutionnel à l’instar des gilets jaunes et d’autres mobilisations populaires qui se sont accélérées au cours des dernières années. »
« La scène politique n’a pas les ressources pour arriver à se révolutionner. »
« Il faut faire entrer une dynamique hors institutionnelle dans le champ institutionnel. Zemmour apporte malheureusement une forme de réponse. »
« Zemmour a fait irruption et est arrivé à renforcer le pôle d’extrême droite. »
« Il faut faire émerger un candidat, une candidate ou une idée qui viendrait bouleverser le champ électoral. »
« La société attend des ruptures ordonnées avec le système. »
« Les gens ne sont pas prêts à partir à l’aventure. »
« On est rentré dans une ère que Charlotte Girard appelle ‘l’ère des solidarités repliées’. »
« Les deux piliers importants c’est 1- la reconstruction de la France et 2- la refondation populaire de ce pays. »

Sur le clivage droite/gauche
« Le clivage gauche/droite n’a absolument pas disparu mais il n’est plus suffisant pour décrire l’ensemble champ politique. »
« Arnaud Montebourg est un homme de gauche qui s’est tourné vers la France. »
« La gauche doit mettre en mouvement l’ensemble du pays, pas de se regarder le nombril. »

Sur la souveraineté nationale
« La souveraineté nationale n’est pas un objet en tant que tel. La souveraineté nationale est reliée chez nous en France, depuis Rousseau, à la souveraineté populaire, c’est-à-dire à la capacité des gens à reprendre en main leurs destins. »
« Je me refuse à laisser à la droite et à l’extrême droite le terme de souveraineté nationale. Je ne suis pas pour abandonner les concepts et les combats. »
« Les lois nationales doivent s’imposer sur les décisions européennes sur ce que nous jugeons utile et stratégique. Il faut changer le rapport de force et reprendre le contrôle. »

Sur la réduction du temps de travail
« Arnaud Montebourg ne renonce pas à ce qui a été un combat historique de la gauche et la réduction du temps de travail, au final, est une visée que nous poursuivons tous et qu’Arnaud Montebourg continue à poursuivre. »
« Il faut avancer sur la réduction du temps de travail mais en l’état de la société on a surtout besoin de pouvoir rehausser les salaires et redonner du pouvoir d’achat aux Français pour pouvoir vivre dignement. »
« Aujourd’hui, ce dont on a besoin c’est de relever le niveau des salaires. »
« La réduction du temps de travail est une démarche pour créer de l’emploi. Encore faut-il qu’on tire exactement le bilan de ce qu’ont été les 35 heures. On voit ce qu’est le temps de travail aujourd’hui et on n’est pas encore aux 35 heures. Les 35 heures, c’est un peu théorique aujourd’hui. »

Sur la réforme des retraites et de l’assurance chômage
« Nous ferons des propositions le moment venu. »
« Il est hors de question pour nous que Macron remette ça sur la table d’ici la fin du quinquennat. »
« Les gens se tuent à la tâche : ça suffit et il faut leur donner les moyens de vivre dignement. »
« La réforme de l’assurance chômage est une réforme catastrophique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. »
« Les gens ont besoin de protections. »
« Les réformes de Macron ne visent qu’à accroître la concurrence entre salariés. »

Sur le nucléaire
« La méthode Montebourg c’est de s’adresser aux Français en tant que citoyens adultes responsables et citoyens actifs. Les Français ont un débat à trancher sur la question du nucléaire. »
« Il faut évidemment aller vers la sortie du nucléaire mais est-ce que c’est la priorité aujourd’hui c’est de sortir du nucléaire ou de sortir des énergies carbonées et du pétrole ? Faire les deux, à l’échelle de temps que nous promettent les scientifiques, n’est pas possible. Et pourtant les deux positions s’entendent. Aujourd’hui, à mon sens, et c’est le choix d’Arnaud Montebourg, la priorité est de sortir des énergies carbonées et de sortir du pétrole. Pour faire ça, on ne peut pas se passer du nucléaire. Ça ne veut pas dire qu’on mise tout sur le nucléaire. On mise sur un mixe entre le nucléaire et les énergies renouvelables. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.