Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 22 avril 2021

Françoise Vergès : « Nous vivons dans un pays impérialiste »

Alors que le gouvernement organise ses États généraux de la laïcité, les « décoloniaux » et autres « indigénistes » – comme les nomment leurs détracteurs – sont la cible de caricatures et d’attaques. Françoise Vergès, politologue et féministe décoloniale, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur l’offensive "anti-décoloniale"
« La violence de l’offensive contre l’antiracisme est à la hauteur de leur panique. Ça bouge en France et dans le monde et c’est irréversible. »
« C’est une position défensive, hargneuse, haineuse et brutale à la hauteur d’un courant fasciste qui existe en France depuis longtemps. Un courant raciste, antisémite qui fait partie de la société française et qui n’est pas exceptionnel au XXIè siècle. »
« Le ‘décolonial’ se raccroche à une longue histoire de toutes les personnes qui s’opposent à la colonisation et au colonialisme. »
« On est dans une longue histoire et on vit une nouvelle étape de la décolonisation. »
« Il y a une forme d’attachement et d’aveuglement à ce qu’est l’héritage du colonialisme. »
« C’est sous la IIIè République qu’il y a le plus de statues coloniales qui se font en l’honneur des généraux de la colonisation. »
« La décolonisation concerne les sociétés décolonisatrices et en particulier la société française qui s’est constituée la colonisation. »
« Les statues coloniales envoient un message : c’est l’esthétique de la domination, l’esthétique de la conquête coloniale. Très masculinisée, viriliste et militaire. Est-ce qu’on veut une ville qui donne à voir ce message ? »

Sur l’antiracisme et la place des personnes racisées
« Dans les années 80, on a écarté les personnes racisées qui étaient présentes dans les marches pour l’égalité. »
« On oublie trop souvent que dans les années 60/70, beaucoup de personnes racisées ont été à la tête de luttes. En 1968, il y a eu énormément d’ouvriers immigrés dans les grandes grèves. »
« Ce que réussissait encore le Parti socialiste dans les années 80, il ne le peut plus aujourd’hui. Il a perdu une position hégémonique. Ça n’est plus lui qui donne le ‘LA’ mais d’autres : des collectifs, des artistes, des universitaires. »
« La capacité de neutralisation du PS n’est plus possible aujourd’hui. »
« Une partie de la classe politique ne voit pas son propre racisme, son propre paternalisme. »
« Certains hommes blancs qui répondent à Rokhaya Diallo ne supportent pas de voir une jeune femme noire leur parler d’égal à égal. C’est un racisme. »

Sur les États généraux de la laïcité
« On voit se renforcer un féminisme étatique en France autour de cette question de la laïcité. »
« On s’appuie sur ce vocabulaire de laïcité pour viser les musulmans et les musulmanes. »
« Les États généraux de la laïcité sont une opération politicienne à visée islamophobe. »
« Autour de la question de l’Islam et des femmes, des femmes musulmanes particulièrement, on cherche à se reconstituer une certaine idée de la nation française. »
« Il y a la volonté de cibler des hommes, des femmes en utilisant un vocabulaire d’extrême droite. »
« Le plus grand nombre de victimes de ces hommes qui font appel à l’Islam sont principalement des musulmans. »
« Caroline Fourest porte un discours qui alimente la haine et qui cible, qui montre des cibles et montre des cibles à la violence. »
« Le pouvoir tente de diaboliser des personnes pour les marginaliser et les mettre de côté. Faire peur a toujours été une tactique du pouvoir. Il faut lutter contre la peur et promouvoir la solidarité. »
« Il y a des personnes comme Caroline Fourest qui estiment qu’il y a des personnes qui peuvent recevoir des menaces et d’autres non. Pour moi, aucune femme ne doit recevoir des menaces de mort. »
« Le pouvoir est en train de mener une contre révolution. »
« L’Etat français reste un Etat colonial. »

Sur l’inculture politique du fait colonial
« Il y a une part d’inculture et d’ignorance qu’une partie de la classe politique entretient. »
« Il y a le maintien d’une ignorance parce qu’elle protège l’innocence. »
« L’histoire de l’esclavage a duré quatre siècles. Ça ne peut qu’avoir un effet sur nos sociétés. »
« Il y a une ignorance maintenue sur le fait colonial pour préserver une forme d’innocence. »
« Une grande partie a été pour la colonisation post-esclavagiste et l’a soutenue. »
« Rachel Kahn se met du côté du pouvoir. Ce n’est pas la première fois qu’on voit des personnes racisées du côté du pouvoir. On sait aussi très bien comment le pouvoir instrumentalise ça. »
« Les personnes ne naissent pas racisées. Elles sont racisées par l’école et des tas d’autres choses et qui font que les personnes racisées n’ont pas le même accès à l’école, au travail, à la santé, au logement que toutes les autres personnes. »

Sur le combat politique et intellectuel
« Il faut renforcer nos argumentaires et nos connaissances. »
« Il faut de plus en plus se poser la question de la prise de pouvoir. Et je pense qu’il le faut. »
« Il faut faire comprendre qu’on vit dans un pays impérialiste. »
« Il faut se battre pour cette conception d’une humanité qui ne se sépare pas entre les vies qui comptent et les vies qui ne comptent pas. »
« Il y a des enfants qui naissent en France qui n’ont pas le droit à l’enfance. »

Sur Macron, l’extrême droite et la gauche
« Il y a une vieille obsession sur la question de la migration. »
« Ce qui me frappe, c’est qu’alors que les jeunes occidentaux ont toujours été encouragés à voyager, à découvrir le monde pour devenir une femme ou un homme, il n’en est pas question pour les jeunes africains, maghrébins ou caribéens qui doivent rester dans leurs pays. »
« Marine Le Pen n’a plus besoin de parler, ses idées sont reprises. »
« Les mots de Marine Le Pen sont repris par la gauche sans aucune honte. »
« Il y a une crise profonde de la gauche en Europe. »

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Dans quel monde vit elle ?

    dan93 Le 22 avril à 21:49
  •  
  • J’aime beaucoup cette personne que j’écoute tjrs avec beaucoup d’intérêt.

    yolande le gallo Le 23 avril à 07:25
  •  
  • Nous sommes tous racisés. Et parmi nous beaucoup sont raciseurs. Parce que nous appartenons tous à une race et qu’il est possible de nous définir essentiellement par rapport à elle.

    Les Noirs sont racisés, et c’est condamnable : les faits montrent qu’ils ont plus de difficulté à trouver un emploi à diplôme égal. Les Blancs sont racisés, et c’est condamnable : on leur attribue l’exclusivité du racisme et l’origine des malheurs du monde. Nous avons tous notre dignité. Les Noirs ont la leur. Les Blancs aussi. Toutes les vies comptent.

    Glycère BENOIT Le 23 avril à 07:43
  •  
  • Voilà le socle d’un débat qui, s’il était mené à son terme, permettrait une saine évolution de la mentalité occidentale en général, de la "mentalité française" en particulier ... Merci de tout coeur, Madame Vergès !!!

    Luc DAVIN Le 23 avril à 20:45
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.