Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 6 novembre 2020

Frédérique Rolet : « La répression des lycéens est complètement disproportionnée »

Une première semaine difficile pour les enseignants. Après les hommages à Samuel Paty ce lundi dernier, ils doivent désormais faire face à la crise sanitaire. On fait le point avec Frédérique Rolet, professeur de lettres et secrétaire générale du SNES-FSU, invitée de #LaMidinale

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur les incidents relatifs aux hommages à Samuel Paty  
« Le chiffre sur les incidents m’étonne. »
« Au niveau des professeurs, on n’a pas eu de montées particulières. »
« Je comprends qu’il y ait des jeunes qui puissent être choqués à titre personnel : dans leur foi, dans leur croyance. Ce qu’on a essayé à l’école c’est de mettre de la distance. »
« À l’école, on doit montrer que tout le monde peut vivre ensemble. »


 Sur l’enseignement de l’éducation civique  
« Le problème de l’enseignement moral et civique au lycée c’est qu’il n’a pas d’horaire dédié. C’est essentiellement ls professeurs d’histoire/géographie qui l’assument mais avec leurs programmes très lourds, ça peut passer à la trappe. »
« On demande un horaire dédié qui ne soit pas pris sur celui d’autres disciplines. »
« Tout ce qui à avoir avec la transmission des valeurs de la République doit traverser l’ensemble des disciplines et il faut renforcer la formation des enseignants. »
« On a des collègues qui ne sont pas à l’aise pour faire une séance sur les valeurs de la République et de la laïcité. C’est un problème de formation ds enseignants. »
« Ce qu’il faut éviter - et c’est ce qui pollue le débat en ce moment - c’est que chacun à sa version de la laïcité. »


 Sur la situation de l’enseignement en ces temps de crise sanitaire 
« Comme on l’avait dit au mois de juin, on souhaitait que les établissements soient ouverts le plus longtemps possible. Mais pour cela, il fallait anticiper et instaurer un certain nombre de mesures. »
« On reproche au ministre Jean-Michel Blanquer de ne se réveiller que maintenant où l’on est en alerte avec une deuxième vague dont on nous dit qu’elle sera encore plus meurtrière que la première. On a pris beaucoup de retard ! »
« Il vaut mieux avoir des horaires d’enseignement réduits et un lien pédagogique maintenu (du travail personnel à faire qui est ensuite corrigé en classe) que ce qui s’est passé au moment du confinement. »
« La FSU a fait une enquête sur le numérique et l’on a vu que, du côté des professeurs, cela a beaucoup augmenté leur charge de travail, qu’il n’y avait plus de séparation entre la vie privée et la vie professionnelle mais qu’aussi, du côté des élèves, cela a profondément dégradé leur relation aux enseignants. »
« Lors du premier confinement, beaucoup d’élèves, même s’ils avaient réussi à se connecter, n’ont pas retenu grand chose de ce qui a pu être fait et ce, quelque soit la conscience professionnelle et l’investissement des collègues. »

 Sur le baccalauréat dont les épreuves communes seront remplacées par un contrôle continu 
« Il ne faut pas parler de bac au rabais : aucune génération ne doit être déconsidérée et délégitimée. »
« La réforme du baccalauréat pose beaucoup de problèmes parce que l’on a mis des temps d’évaluation tout au long de l’année et cela se relève impossible à mettre en oeuvre. »
« Jean-Michel Blanquer n’a rien dit sur les programmes. Or beaucoup d’enseignants mettent en avant le fait qu’avec les effets de l’année dernière ajoutés à la situation sanitaire d’aujourd’hui, on ne peut pas faire comme si on allait étudier tous les programmes comme en situation ordinaire. »
 
 Sur les mobilisations lycéennes 
« Des organisations lycéennes avaient alerté sur le fait qu’ils étaient entassés dans les classes, qu’ils étaient trop nombreux à la cantine… Rien n’a été fait. »
« Il est sain que des élèves revendiquent le fait de pouvoir étudier dans de bonnes conditions. »
« Ce qui est scandaleux, c’est qu’on les ai verbalisés en leur demandant de payer 135 euros d’amende. »
« Certains ont même été placés en garde-à-vue : cette répression est complètement disproportionnée par rapport à ce qu’ont pu faire les lycéens. »

 Sur la grève du 10 novembre prochain 
« Beaucoup de parents comprennent bien que l’on souhaite garder les établissements ouverts le plus longtemps possible - mais si on ne fait rien, ça ne sera pas possible. »
« Le ministre Blanquer aura la responsabilité de fermer les établissements scolaires parce qu’il ne nous aura pas écoutés. »
« On demande aussi à avoir plus d’agents territoriaux pour pouvoir mieux désinfecter les salles et le matériel ainsi qu’un échelonnement des services dans la restauration scolaire. »

Sur les sanctions à l’encontre de 4 enseignants pour s’être mobilisés contre la réforme du baccalauréat en début d’année
« Cela nous inquiète beaucoup parce que l’on a le sentiment que le ministre veut museler toute contestation de ses réformes et de sa parole. »
« Si des enseignants contestent une reforme du ministre, c’est parce qu’ils ont une certaine vision de leur métier. »
« Il y a une volonté de frapper fort pour dissuader de toute contestation ultérieure mais cela ne marchera pas - au contraire, ça énerve dans la profession. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.