Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 12 mars 2018

Jacques Boutault : "On ira au bout de nos idées mais s’il y a rupture [avec Hidalgo], on l’assumera."

Alors que de nombreux remous secouent la majorité municipale parisienne, Jacques Boutault, maire EELV du 2e arrondissement de Paris, était l’invité de la Midinale.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur la maire de Paris Anne Hidalgo 
« Nous avons un contrat de mandature avec la maire de Paris. »
« Tant que nous ne sommes pas devant une contraction par rapport aux engagements qui ont été pris devant les Parisiennes et les Parisiens, on reste dans cette majorité. »
« On voit fonctionner, avec toutes ses imperfections, le plan climat, le bio dans les cantines, le budget participatif, la mise en œuvre de places en crèche, de logements sociaux, de réduction de la place de la voiture… »
« On pense qu’on est plus utile dans cette majorité que si on était dans l’opposition, pour faire avancer des idées purement issus de l’écologie politique. »
« L’urbanisme des tours et la spéculation qui va avec, on est parfaitement contre. »
« On est en guerre, entre guillemets, contre la majorité municipale sur la question de la pub. »
« Je regrette que la maire de Paris trouve comme force politique d’appoint la droite pour faire passer des délibérations amenant la ville à accueillir encore plus de pub. »
« Si [Anne Hidalgo] n’est pas contente, elle nous vire et à ce moment-là, on assume. »
« On va jusqu’au bout pour faire triompher nos idées mais s’il y a rupture, il y a rupture et on l’assumera complètement. »

 Sur les prochaines élections municipales 
« Les écologistes ont toujours été autonomes au premier tour contrairement à nos alliés du Parti communiste. »
« En 2020, on ne pourra pas avoir sur une même liste des représentants qui, au national, détruisent le code du travail, refusent de sortir du nucléaire (…) [et nous]. »

 Sur l’écologie politique 
« Le projet de l’écologie politique, il peut être partagé. »
« Le parti politique EELV, il faut le reconstruire, le refonder et passer à autre chose. »
« La France insoumise a intégré les problématiques de l’écologie politique. Malheureusement, elle ne les partage pas comme nous les partageons : nous sommes pour le principe de subsidiarité, nous sommes régionalistes, nous sommes contre la décision centralisée et nous sommes pour des instances délibératives qui gèrent les problèmes depuis là où ils se posent. Cette culture d’autogestionnaire versus une culture plus centralisatrice autour de l’homme providentiel crée une identité de l’écologie politique qui n’est pas la même. »

 Sur la fusion des 4 arrondissements centraux de Paris 
« Les arrondissements centraux qui sont les moins peuplés, ne sont plus suffisamment bien configurés pour peser dans la politique globale parisienne et avoir une influence réelle sur des problématiques qui concernent le centre de Paris. »
« La parcellisation nuit à une certaine efficacité. »
« Cela risque d’induire un éloignement de l’élu des habitants. »

 Sur la laïcité 
« Je n’ai pas de problème avec la laïcité. »
« Ma conception de la laïcité, c’est qu’il n’y a aucun favoritisme entre les religions : elles sont traitées à égales. »

 Sur les prochaines élections européennes 
« On peut aussi faire d’alliance avec personne. »
« Je serai favorable au parti qui défende des listes transnationales. »

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Concernant l’écologie politique n’y a t-il pas contradiction à se prétendre régionaliste et favorable à la subsidiarité ? Boutault ne se contredit t-il pas plus loin affirmant être pour des instances délibératives actant des décisions au plus près où les problèmes se posent ?....La notion de subsidiarité doit d’abord s’appliquer au premier chef au niveau de la commune . Déclarer que la FI adopte une posture centralisatrice même si le personnage JLMéléchon doit l’agacer ne reflète pas la réalité du terrain. A t-il seulement lu l’avenir en commun , programme toujours en cours d’évolution , réalisé à partir de contributions citoyennes et sur la base de celui de 2012 ....?Enfin affirmer être dans le camp de l’autogestion ne me semble pas compatible avec sa position ou du moins celle d’EELV sur l’Europe ....ou alors je n’ai plein compris ...Un exercice d’éclaircissement s’impose compte tenu du fonctionnement actuel de la commission européenne ...

    jaime Le 12 mars à 19:02
  •  
  • Je réitère mon post car je ne le vois pas apparaître et qu’il me semble être au cœur du sujet de l’écologie... il y a une votation citoyenne en cours sur le nucléaire et qui se termine le 18 mars.
    Pour en savoir plus, rendez-vous par exemple sur yetiblog.org à l’article "votation-citoyenne-etes-vous-favorable-a-la-sortie-du-nucleaire"... Beaucoup d’associations écologistes craignant plus d’être récupérées politiquement par la France Insoumise que de faire avancer leur lutte préférant majoritairement ne pas appuyer cette démarche.

    carlos Le 13 mars à 10:43
  •  
  • Aller jusqu’au bout des idées d’EELV....c’est aller de la mairie du 2e à l’Hotel de Ville.

    Dominique FILIPPI Le 13 mars à 12:21
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.