Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 25 octobre 2018

Jacques Weber : « Macron est grand escroc, un mensonge permanent »

A l’affiche du Théâtre de la Porte Saint-Martin dans Le Tartuffe de Molière avec Pierre Arditi, Jacques Weber était l’invité de la Midinale. Politique migratoire, ultralibéralisme ravageur, France insoumise : le comédien pose un regard critique sur la société actuelle et réaffirme ses engagements.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur l’importance de la soirée du 104 et de la mobilisation en faveur des migrants 
« Il s’agit de sauver des vies humaines. »
« Fermer une porte n’a jamais été une solution dans quelque situation que ce soit. »
« Quand on nous dit qu’on en a besoin d’un point de vue économique, c’est tout aussi scandaleux de dire qu’il faut les refuser. »
« On est loin du compte quant à la réflexion nécessairement humaine qu’il faut porter sur la question. »

 Sur les dangers auxquels est confrontée notre société 
« Il faut que plus rien ne soit dicté par cette économie ravageuse qui ne sert que très peu de gens et en tuent des millions d’autres. »
« On est en train d’assister au grand naufrage de la démocratie. »
« L’ultralibéralisme triomphe : des milliardaires disent carrément “oui, nous avons gagné la guerre”. »
« Oui, les peuples se réveillent mais hélas, avec une urgence qui n’a pas le temps de réfléchir : le premier réflexe est donc de préservation. »
« Tout ce qui a été construit en Europe pendant la première moitié du XXè siècle et même pendant la seconde malgré les grandes crises économiques, est en train d’être complètement chamboulé. »
« Il faut rester coûte que coûte humain : on ne peut pas laisser dériver des bateaux avec des enfants qui sont en train de crever. »
« La compétition est l’un des choses les plus connes qui aient été inventées dans le monde. »

 Sur la notion de frontière 
« Tout le monde nous casse les oreilles avec les grandes valeurs de la République : la fraternité, c’est quoi ? La fraternité n’a pas de frontières. »
« Oui, les flux migratoires vont augmenter, oui, il va y avoir des dépeuplements d’un côté dus à l’écologie, dus à l’économie, dus aux guerres effroyables qui perdurent donc il va falloir agir. »
« Vous pourrez mettre 150.000 policiers de plus, 50.000 km de barbelés de plus, à un moment, ça crève et ça explose. »

 Sur l’engagement des artistes 
« C’est la moindre des choses que les artistes s’engagent : ce sont des hommes et ce sont des citoyens, comme nous tous. »
« Laissons le cœur hurler. »

 Sur Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise 
« Je ne comprends pas la décision de Jean-Luc Mélenchon de ne pas s’associer au Manifeste. »
« Il y a pas mal d’endroits où la France insoumise me pose des questions. »
« Je suis très interloqué et je m’interroge sur les positions souvent prises par France insoumise : ça me pose problème. »

 Sur les réponses à apporter aux questions sur les migrations 
« Quand les gens disent qu’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde, se sont-ils poser la question que l’on n’est pas toujours du côté du privilège… »
« La grande invention, c’est trier [les migrants] : mais de quels droits ? Qui est-on pour dire “je trie” ? On va trier des enfants ? »

 Sur Emmanuel Macron et la politique du gouvernement actuel 
« Macron est un grand escroc, un mensonge permanent, une dichotomie entre le discours et les actes. »
« Macron est ultralibéral au service de la grande droite et des grandes finances. »
« On dit au Français de se serrer la ceinture mais moi, si on m’augmente de 5 euros ma facture de gaz ou d’électricité, ça ne change pas ma vie : je vivrai toujours comme un privilégié et bourgeoisement. Donc moi, on ne me serre pas la ceinture ; par contre, il y a des infirmières qui continuent de faire 20 heures par jour. »
« Comment se serrent la ceinture Arnault, Pinault et toutes les grosses fortunes ? Quand est-ce que eux, dans leur vie privée et personnelle, font un effort qui leur coûte ? »

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Je crois que poser la question de l’absence de mot d’ordre à la FI pour la signature de ce manifeste (puisque ceux qui l’ont signé ne l’ont pas fait en désobéissant à une consigne) un peu à la manière de ce qui a été fait lorsqu’il fallait ABSOLUMENT dénoncer ceux qui refusaient de choisir entre M. Lepen et E. Macron à la dernière présidentielle, en le traduisant abusivement comme un aval à l’extrême droite, c’est une fois de plus préférer l’inquisition à la raison...

    Il y a un choix qui a été fait par certains à la FI (dont une majorité de députés et le chef du groupe à l’Assemblée) d’éviter de porter le débat politique sur l’immigration, notamment mais pas uniquement, compte tenue de la tentative du président de la République pour saboter tout autre débat que celui de son plan de communication, à savoir, entériner sa position aux yeux du plus grand nombre de seul rempart raisonnable face à l’extrême droite pour les élections européennes. Bien sûr, à condition de s’en donner la peine, on trouvera au détour d’un article de presse écrite ou d’une vidéo, les différentes raisons pour lesquelles ceux-ci ont choisi de ne pas le faire. La moindre des choses est de constater que ces motivations, bien que diverses, n’ont rien à voir avec celles que pourraient avancer l’extrême droite...

    Ce qui est intéressant ici, c’est qu’une fois de plus, il s’agit de trouver des sujets de discorde là ou il n’y a que des divergences "cosmétiques" comme le souligne l’entrée en matière du futur pseudo débat entre R. Martelli et le président de France Terre d’Asile qui, de façon totalement incompréhensible pour tous ceux qui l’ont signé ( mais qui s’en étonnera), n’a pas souhaité apposer non plus sa signature sur ce manifeste...

    Le fait qu’on puisse choisir de ne pas le signer implique seulement que les grilles de lecture de ce texte peuvent être multiples mais pas forcément totalement divergentes sur le fond. Autant l’activité quotidienne de FTDA que la simple lecture du livret thématique reprenant les propositions de la France Insoumise par exemple suffit à s’en convaincre : OUI IL FAUT FAIRE RESPECTER LES DROITS DES POPULATIONS LES PLUS FRAGILES ET REDONNER DES DROITS A CEUX A QUI ON LES REFUSE INJUSTEMENT ET DE FACON INHUMAINE SOUS PRETEXTE QU’ILS SONT DES "MIGRANTS" !

    Si c’est alors cosmétique, pourquoi ne pas signer ? Je suis impatient de lire les raisons "profondes" du président de FTDA mais sans avoir réellement besoin de creuser la question, je dirai que ce qu’on peut se permettre lorsqu’on a peu de responsabilités s’avère problématique lorsqu’on en a ! En effet, il est évident que celui qui tente de diffuser un message clair mais nuancé (d’autant plus si celui-ci est politique pour la FI par exemple), peut se trouver face à des incohérences lorsqu’on prend le manifeste, non dans sa globalité (en gros), mais dans son intégralité (dans les détails) !

    Comme déjà dit à maintes reprises, il n’y a pas de pensée unique dans le mouvement de la France Insoumise, ni de culte du chef. Il y a cependant une tendance à préférer la discussion de groupe avant de prendre une décision qui engage tout le monde (différents partis et/ou les non encartés). Le ciment de cette "galaxie" en formation repose sur une force d’attraction particulière : le programme élaboré collectivement que constitue "l’avenir en commun" qui n’évacue pas la question des "migrants" mais bien au contraire la traite humainement. S’il est tout à fait évident que chacun peut avoir un chemin de réflexion propre pour en arriver à une adhésion commune aux propositions qui ont ainsi émergées, la diversité des avis personnels ne peut pas constituer un motif pour douter du fait que ceux qui se réclament de la France Insoumise puissent ainsi être déterminés à le défendre et fassent tous bloc contre l’oligarchie néolibérale et donc contre son champion du jour, E. Macron !

    carlos Le 25 octobre à 14:58
       
    • Merci Carlos pour cette réponse . J’ajouterai que Pierre dans son entretien aurait pu préciser les réponses du refus de JLM de ne pas signer le MANIFESTE consultables sur son site (blog et video .)
      Dommage que J Weber ne s’explique pas sur les positions qui le gêne dans la FI et dans le programme l’AVENIR EN COMMUN .Même Politis avec D Sieffert dans son dernier " éditorial " alors que les réponses sont en ligne s’y met aussi s’étonnant que son journal ne soit pas l’objet d’une attention soutenue par la FI , mettant de côté ses propres prises de position pas très à l’avantage de la FI lors des dernières élections présidentielles ...favorable qu’il était à cette soi-disante union de la gauche ...Bref j’attends un peu plus de hauteur de vue de la part des journaux de gauche , surtout en ce moment de chaos que nous allons traverser économiquement financièrement socialement ....Solidarité et fraternité ....une pratique quotidienne à mettre en oeuvre .Cordialement

      jaime Le 25 octobre à 18:46
  •  
  • Jacques Weber est un grand acteur mais je ne partage pas du tout son avis quand il dit qu’Emmanuel Macron est un " Grand Escroc ", un " Mensonge permanent ". Ce sont des propos extrêmes ! L’extrémisme est toujours dangereux, pas seulement dans le domaine terroriste !

    Dumon Philippe Le 27 octobre à 10:15
       
    • Dans "mensonge permanent", j’imagine que c’est le "permanent" qui vous gêne peut-être ? Car à priori, il y a bien factuellement, sur bon nombre de sujets précis, un écart notoire entre la parole et les actes d’E. Macron... De fait, il ne serait pas déraisonnable d’utiliser le terme de "mensonge" pour qualifier la raison de cette dissonance évidente !

      Par contre, qualifier d’"extrémisme" l’opinion de J. Weber, c’est manifestement la confondre avec la radicalité dont en vérité il fait état ! Une radicalité engagée et révoltée qui se veut l’expression d’un retour aux racines, celle des valeurs humaines et universelles dans leur absolue honnêteté et simplicité. Et ça, ça se sent clairement par contre...

      carlos Le 27 octobre à 22:53
  •  
  • Je suis entièrement d’accord avec Monsieur Jacques Weber, nous ne sommes pas la région la plus pauvre d’Afrique, nous sommes la France ! 6e puissance mondiale !
    Que lira-t-on dans les livres d’histoire dans cinquante ans ?

    Il y a 2 seules priorités actuellement, l’humanité (tous les humains) et la pollution (protection de la planète)
    Le fric, les héritages, les grosses bagnoles, les peoples, la hausse du pain, du gaz, de la confiture... Rien à foutre, il faut sauver tout le monde, parce que nous sommes des humains ! Seule la vie à de l’importance, tout le reste est dérisoire.

    Martine Maçon Le 28 octobre à 03:39
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.