Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 1er avril 2019

Jean-Baptiste Eyraud (DAL) : « L’Etat viole la loi impunément en matière d’hébergement »

Hier, s’est terminée la trêve hivernale des expulsions locatives. Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association Droit Au Logement, est l’invité de la Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur la fin de la trêve hivernale 
« C’est le printemps des expulsions et des coupures d’énergie. »
« 125.000 personnes ont été expulsées en 2017, sûrement plus en 2018. »
« Les gens sont expulsés puis laissés dans la rue. »
« Les structures d’hébergement sont saturées parce qu’il y a de plus en plus de sans-abris et que le gouvernement mène une politique anti-sociale. »

 Sur la sociologie des expulsés 
« Ce que tous les expulsés ont en commun, c’est qu’ils ont des petits revenus. »
« En 1973, le taux d’effort, c’est-à-dire la part que les gens consacraient au logement, tournait autour de 10-12%. Aujourd’hui, on est en moyenne à 27%. Dans les zones urbaines et pour les moins riches des ménages, on est entre 40 et 50%. »
« On travaille la moitié du mois pour payer son logement. »
« On met à la rue des personnes vulnérables et fragiles, des personnes âgées, des femmes seules avec enfants, des handicapés… sans état d’âme ! »
« Notre société est de plus en plus dure et viole le droit au logement de manière constante. »

 Sur la proposition du ministre du logement Denormandie de péréniser les 6.000 hébergements d’urgence ouverts pour l’hiver 
« Tant mieux pour les 6.000 mais c’est une goutte d’eau dans l’océan de la crise du logement. »
« On a recensé 140.000 sans-abris mais en réalité, il y a en a beaucoup plus – autour de 200.000 voire 250.000. »
« Les moyens en matière d’hébergement qui sont mis en œuvre par le gouvernement ne suffisent pas. »
« Aujourd’hui 1er avril, c’est le début de la fermeture de dizaines de milliers de logements d’hébergement d’urgence qui avait été ouverts pour l’hiver. »
« L’Etat viole la loi impunément en matière d’hébergement. »

 Sur les solutions alternatives aux expulsions 
« La moitié des jugements d’expulsions sont rendus dans les logements sociaux, là où précisément sont logés des ménages aux revenus modestes et qui ne peuvent plus payer à la fin du mois parce que les APL ont baissé et que les loyers, même en HLM, ont augmenté. »
« Les gros propriétaires doivent mettre en place des solutions de relogement ou maintenir les locataires dans les lieux. »
« Il y a 3 millions de logements vacants, soient 1 million de plus d’il y a 15 ans. »
« Ce serait une bonne idée que l’Etat réquisitionne des immeubles vides appartenant à des grands propriétaires ou des institutions, à ceux qui, aujourd’hui, gagnent de l’argent en dormant. »
« La vacance est plutôt forte dans les villes moyennes et les petites villes. »

 Sur ce que fait le DAL contre les expulsions 
« Contre les expulsions, on va faire des piquets. »
« Il faut des mobilisations dans les quartiers, dans les immeubles. »
« Il y a des maires communistes qui prennent des arrêtés anti-expulsions depuis des années. »
« On encourage les maires des grandes et des petites communes à prendre des arrêtés anti-expulsions et anti-coupure d’énergie. »
« 250.000 familles ont été privées d’énergie en 2017. »

 Sur le droit au logement en tant que droit 
« Le droit au logement, c’est un demi-droit. »
« Tant que le droit au logement ne sera pas dans la Constitution, le droit de propriété sera toujours plus fort. »
« Sans logement, on ne peut plus vivre dans notre société. »
« Âge moyen de décès dans la rue : 48 ans. C’est une condamnation à mort avec torture. »
« Il faut encadrer les loyers à la baisse, taxer la spéculation immobilière et foncière. »

 Sur le logement et les gilets jaunes 
« Je pense que la problématique du logement va monter chez les gilets jaunes. »
« Une partie des gilets jaunes est propriétaire de son logement et ne rencontre pas forcément pas les mêmes difficultés que les gens dans les zones urbaines importantes. »
« Les habitants des grandes villes ne sont pas encore très mobilisés. »
« Si le gouvernement veut redonner du pouvoir d’achat, il faut agir sur le prix du logement. »
« Nous souhaitons l’unité avec les associations de locataires et avec les gilets jaunes. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.