Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 17 décembre 2018

Jean-François Barnaba : « De plus en plus de gilets jaunes veulent investir le champ institutionnel »

Au lendemain de l’acte V des mouvements des gilets jaunes, quel bilan des mobilisations ? Quelles sont, aujourd’hui, les principales revendications ? Une liste gilets jaunes aux européennes est-elle envisageable ? Pour en parler, Jean-François Barnaba, gilet jaune, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur la participation à l’acte V du mouvement des gilets jaunes 
« Essoufflement est un terme orienté qui vise à accélérer les difficultés de mobilisation. »
« Il y a effectivement eu une moindre participation sur la manifestation parisienne vu que le contexte tant climatique que lié au terroriste ou aux terribles violences de ces deux dernières semaines, n’était absolument pas favorable. »
« Énormément de gilets jaunes souhaitent s’ancrer sur leur territoire : à ce niveau-là, il y a eu un vrai maintien de la mobilisation. »
« Il y a de la fatigue mais dans la motivation et l’intensité localement, il n’y a aucun phénomène de reflux. »
« Comme la structuration [de notre République] n’est pas réellement démocratique il n’y a que [les actions violentes] qui provoquent l’émoi médiatique et par voie de conséquence, l’émoi du politique. »

 Sur les revendications des gilets jaunes (et le référendum d’initiative citoyenne notamment) 
« Le RIC est une perspective très importante et essentielle pour ce mouvement. »
« Le socle de revendications lié à la vie courante et au pouvoir d’achat est toujours là. »
« Il faut permettre de poser des questions et obtenir des majorités sur toutes sortes de sujets. »
« Notre pays souffre d’une hypercentralisation. »
« Dans les communes, il y a de véritables réussites et une implication citoyenne qui ne demande qu’à avoir des moyens supplémentaires pour pouvoir modifier le pays. »
« Il faut que tout puisse passer par une expression populaire et démocratique. »

 Sur le rapport des gilets jaunes au politique 
« Il y a une forme de dépolitisation et de dégoût de la part de beaucoup de Français parce qu’ils ont fait confiance à droite, à gauche ou ailleurs et qu’ils se sont toujours fait avoir. »
« Même des propositions qui pouvaient retenir l’attention ne débouchaient pas sur une véritable adhésion. »
« Les gens font leurs propres expériences : face à un pouvoir qui ne bouge pas, il va bien falloir changer. »
« Pour que la confiance revienne, il faut que les gens portent leurs projets eux-mêmes. »
« Imaginons que le mouvement des gilets jaunes investissent le champ institutionnel et devienne une force importante au Parlement, chacun reconnaîtra les siens : les gilets jaunes vont porter la parole populaire et des projets de loi qui iront dans ce sens-là. »

 Sur l’entrée des gilets jaunes dans le champ institutionnel (notamment aux prochaines élections européennes) 
« L’acte VI des gilets jaunes, ce sera de continuer l’action sous des formes diverses – tant que ça reste dans un cadre non-violent et républicain, c’est l’imagination au pouvoir ! »
« Au-delà de l’acte VI, il y a la nécessité d’investir le champ institutionnel : de plus en plus de gilets jaunes le souhaitent et s’organisent pour. »
« Je ne me suis jamais caché [d’essayer de monter une liste gilets jaunes pour les élections européennes]. »
« Il faut que les listes de gilets jaunes s’agrègent avec des personnalités marquantes de la vie citoyenne de ce pays aux compétences techniques indiscutables pour leur donner de la crédibilité. »

 Sur le rapport des gilets jaunes aux syndicats et à la grève 
« Les adhérents de la CGT et d’autres syndicats sont jaunes, fondamentalement. »
« Par rapport au mouvement des gilets jaunes, il y a eu un sacré retard à l’allumage, ce qui n’a pas arrangé la défiance à l’égard des corps intermédiaires dont les syndicats. »
« A titre personnel, je pense que la grève serait un prolongement légitime du mouvement des gilets jaunes. »
« Monter de Montpellier, de Bordeaux ou de Lille pour manifester à Paris, c’est un coût de combien ? C’est un ou deux cadeaux de Noël. »
« Ce ne sera pas aux gilets jaunes de se rapprocher de tel ou tel mais à tel ou tel de voir quels sont ses convergences avec les gilets jaunes. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.