Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud, Pierre Jacquemain | 4 janvier 2021

Jean-Louis Rocca : « Avec son vaccin, la Chine entend s’affirmer comme le leader des pays en voie de développement »

L’un des grands virages de 2021 sera sans doute l’affirmation du rayonnement de la Chine dans le monde. Un monde de plus en plus dépendant de la Chine. Un tournant décisif pour un pays dont l’économie repart et qui semble s’être sorti de la crise sanitaire. Jean-Louis Rocca, sociologue, professeur à Sciences Po, chercheur au CERI (Centre de recherches internationales) et spécialiste de la Chine, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur la Chine et la crise sanitaire  
« La Chine est dans la même situation que beaucoup de pays asiatiques : des pays qui ont réussi pour l’instant - même s’il y a une nouvelle vague du coté de la Corée du Sud - en fermant complètement leurs frontières. »
« On a réussi en Chine à contrôler les choses. »
« Même si les chiffres [de la Chine] sont à relativiser, si on devait multiplier les taux par dix et même cent, on resterait à des taux très faibles. On aimera bien avoir 2400 nouveaux cas en France [24 nouveaux cas ont été enregistrés hier en Chine]. »
« L’économie chinoise est la seule économie qui repart parce qu’ils ont réussi à préserver la vie économique et sociale. »
« Il y a en Chine une structure organisationnelle qui permet un contrôle efficace des populations. »
« Les villes chinoises sont constituées de grandes résidences isolées les unes des autres et donc le contrôle de la population politique et sanitaire est relativement aisé. On a des structures qui sont basées sur l’idée que l’on habite dans des ensembles, dans une communauté qui va pourvoir à tous les besoins. »
« La méthode du mouvement politique, de la mise en place de mesures d’urgence, est une longue tradition en Chine contre les grands fléaux : inondations, épidémies, tremblements de terre. Et il y a en Chine, une habitude face aux catastrophes naturelles, de réagir extrêmement vite. »
« Il y a aussi en Chine, un certain sens civique. »

 Sur la Chine dans la scène internationale  
« La Chine n’a pas le choix. A la surprise générale et des chinois et du gouvernement chinois, la Chine est devenue une grande puissance économique et on ne s’y attendait pas à ce point là. »
« Quand on a une puissance économique de ce type, il faut continuer. Il y a une sorte de contrat social en Chine qui consiste à dire que le parti garde les manettes, que les chinois ne crient pas trop fort et que le gouvernement garantit la prospérité. » 
« La Chine est devenue tellement forte dans le domaine économique qu’elle devient forte de facto - et c’est même pas une volonté de puissance, de contrôle ou de domination du monde - et elle n’a pas le choix que d’investir à l’étranger et qu’elle essaie de jouer un rôle fondamental dans l’économie mondiale. Ça passe par la diplomatie politique, économique et cultuelle. »
« La Chine est entrée malgré elle dans un cycle de confrontation avec les Etats-Unis. »
« Avec le vaccin, la Chine joue une carte majeure avec un rôle leader des pays en voie de développement (…). La Chine a la volonté d’agir comme un champion du tiers-monde tout en soutenant les pays européens et en essayant de faire en sorte que l’Europe soit moins liée aux Etats-Unis. »
« L’influence chinoise dans le domaine politique et économique est forte mais sans commune mesure avec ce qu’était l’URSS. Donc ça reste très fragile. »
« La Chine n’a pas de projet politique pour le monde. »
« Il n’y aura pas de puissance chinoise s’il n’y a pas de puissance à l’intérieur du Parti, c’est-à-dire une capacité à maintenir le contrat social. »
« Je suis à la fois optimiste car à l’heure actuelle, le contrat social est à peu près assuré mais dès qu’il y a la moindre faille dans le contrat social, il y a des problèmes : il y a des sensibilités très fortes en matière d’environnement, en matière de sécurité alimentaire ou de marché immobilier - particulièrement instable - et qui empêche aujourd’hui la jeune génération d’accéder à la propriété. »
« Je ne vois pas en Chine aujourd’hui d’idéologie de remplacement du grand rêve américain : ce qui domine dans la société chinoise, c’est l’idéologie de la réussite individuelle. » 
« Le rêve américain, c’est un peu le rêve chinois à une différence près : la croissance économique doit être relativement égalitaire, c’est-à-dire que globalement, une très large partie de la population a réussi à profiter de la prospérité. »

 Sur la sinophobie 
« Il y a un retournement de l’opinion publique et des classes politiques en Europe et aux Etats-Unis par rapport à la Chine à qui l’on voulait imposer le respect de certaines règles. Mais le soufflé est retombé : aujourd’hui, l’Europe, les Etats-Unis et la Chine sont des partenaires économiques et politiques. »
« Il n’y a aucun intérêt, du côté américain et européen, à déstabiliser la Chine. »
 « Le paradoxe du monde connecté et globalisée et pour qui la croissance économique est nécessaire, c’est que si un élément commence à ne pas aller très bien, les conséquences peuvent être majeures. »
« Imaginons une Chine à feu et à sang à cause d’une guerre civile ou une Chine qui se démocratise, les problèmes politiques ou économiques qui en découlent peuvent être très importants. »
« Je ne crois pas à la guerre économique, politique et diplomatique avec la Chine. »
« La Chine est à la fois un concurrent majeur pour le monde occidental - et elle fait peur, autant qu’elle le faisait dans les années 1920 et 1930. »
« La Chine n’a pas réalisé le schéma habituel d’un pays en voie de développement : la croissance économique était supposée apporter la démocratie et des institutions équivalentes dans tous les pays. Et surtout, les pays en développement doivent accepter les règles qui sont édictées par les puissances dominantes (…). La Chine est décalée par rapport à ce schéma car elle n’a pas le même système politique et peut ne pas accepter les règles élaborées avant qu’elle ne rentre dans le jeu international. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.