Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 8 janvier 2021

Jean-Marc Coppola : « Marseille étouffe sans culture »

Statut quo pour le monde de la culture : les établissements devront restés fermés au moins jusqu’à la mi-février. À quoi ressemble Marseille la rebelle sans culture ? Marseille peut-il vivre sans culture ? Jean-Marc Coppola, adjoint communiste au Maire de Marseille, chargé de la culture pour toutes et tous, de la création et du patrimoine culturel, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur la situation politique à Marseille

« Benoît Payan est maire à 300% avec une équipe qui est déjà au travail depuis six mois de manière collégiale et collective. »
« Il y a tellement de défis à relever dans cette ville qui a vécu une incurie de gestion de puis 25 ans qu’il faut qu’on soit à la hauteur de l’espoir qu’on a suscité. »
« Les Marseillais-es ont voté pour un changement et un projet et il faut souligner le courage et l’honnêteté de Michèle Rubirola en disant qu’elle n’était pas forcément à sa place mais qu’elle voulait être utile aux Marseillais-es. »

Sur la concertation avec l’Etat

« La concertation était le souhait de Jean Castex quand il a été nommé Premier ministre. J’espère que les décisions qui seront prises après concertation avec les élus seront suivies d’effets. »
« On est dans une République. Ce que l’on peut contester c’est l’efficacité réelle de cette mesure [couvre-feu à 18h]. »
« Il y a toujours cette incohérence sur le maintien des transports collectifs, des lieux de culte ou des grands centres commerciaux pendant que des lieux culturels - où aucune étude ne montre qu’ils sont des lieux de cluster - restent fermés. »

Sur la culture à Marseille

« Les acteurs culturels à Marseille se portent assez mal, comme partout ailleurs. »
« Les acteurs culturels s’étaient préparés à accueillir à nouveau les publics. »
« Leur activité est utile et essentielle contrairement à ce qui a été dit. »
« Il y a des petites structures qui souffrent et qui risquent de fermer définitivement. »
« On a besoin d’une table ronde pour que l’ensemble des collectivités et l’Etat puissent soutenir le secteur culturel. »

Sur les actions de la mairie pour le secteur culturel

« Nous avons maintenu le niveau de financement pour les associations culturelles malgré les baisses d’activité et les reports. Nous avons même augmenté certaines subventions pour les structures les plus fragiles. »
« Il faut que l’ensemble des collectivités et de l’Etat s’engagent. »
« Les moyens restent concentrés pour Paris. »
« Nous ne sommes pas à la hauteur pour lutter contre cette crise sanitaire et soutenir l’activité durablement. »

Sur les alternatives possibles dans le secteur culturel

« Pour ce gouvernement, la culture n’est pas une activité émancipatrice. »
« J’ai été très agréablement surpris de l’engagement très fort des acteurs cultuels qui ont notamment mis en place des protocoles beaucoup plus rigoureux que ceux qui étaient imposés d’en haut par le gouvernement. »
« Il faut continuer de s’oxygéner l’esprit et de laisser vivre la culture : c’est vital. »
« Les conditions de précaution et de sécurité sont réunies dans les salles spectacles. Nous avons besoin de ces salles pour nous retrouver et faire voguer notre imaginaire parce qu’on en a besoin pour imaginer la société de demain et pour faire vivre notre démocratie qui est malmenée. »
« L’ensemble de nos démocraties sur notre planète sont malmenées. »
« Marseille étouffe sans culture. »

Sur les projets culturels à Marseille

« Nous voulons développer l’éducation artistique et culturelle des enfants de zéro à onze ans. C’est le moment de la construction de la personnalité. »
« Si l’on veut des citoyens capables de penser par eux-mêmes, ça commence par l’accès à la culture. »
« On veut développer la mondialité culturelle c’est-à-dire une ouverture au monde et notamment à la Méditerranée. Ça passera par la reconnaissance de la mixité de notre ville qui fait notre richesse. »

Sur les prochaines échéances électorales

« Je ne crois pas aux modèles mais ce qu’on a initié doit inspirer la stratégie pour les départementales, les régionales et même la présidentielle. »
« Il faut à tout prix s’unir et se rassembler autour d’un projet. »
« Il faut rassembler toute la famille de gauche progressiste, écologiste, citoyenne, humaniste. »
« Même à Marseille on aurait pu être encore plus rassemblés. »
« J’appelle de mes voeux à un rassemblement le plus large possible et on trouvera ensuite les femmes et les hommes capables de porter les projets. »
« Je suis optimiste pour 2022 parce qu’il y a assez de gens lucides, conscients et responsables et qui ne laisseront pas faire les choses. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.