Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud | 31 mai 2021

Jérôme Gleizes : « El Aaraje a participé à la manif de soutien aux policiers. Pas Simonnet. Le choix est simple »

Les écologistes se retrouvent en situation d’arbitre sur la législative partielle à Paris qui verra s’affronter, le weekend prochain, une candidate socialiste, Lamia El Aaraje, face à une candidate insoumise, Danielle Simonnet. Jérôme Gleizes, conseiller de Paris, élu de Paris 20è, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur le résultats d’EELV à la législative partielle 
« Le résultat des écologistes est d’autant plus encourageant qu’il s’agit d’une circonscription qui ne nous est pas la plus favorable. »
« On a encore du travail à faire pour expliquer notre différence par rapport aux autres. »

 Sur le second tour PS/LFI  
« À ce stade, on n’a pas encore décidé de donner de consigne de vote. »
« C’est aux électeurs et aux électrices de choisir. »
« D’un côté, on a Anne Hidalgo qui dit qu’on est des irresponsables, qu’on est contre la République et qui continue de considérer qu’on est utile que pour apporter des voix. D’un autre côté, on a Jean-Luc Mélenchon qui tape de manière assez inconsidérée sur les écologistes à l’échelle nationale. »
« Le choix est simple : entre quelqu’un qui a appelé à participer à une manifestation de soutien aux policiers et un autre qui ne l’a pas fait : les électeurs ne vont pas se tromper sur le deuxième tour. »
« LREM fait un choix anti Danielle Simonnet plus qu’un choix pros El Aaraje [la candidate socialiste]. »
« Le soutien de LREM à la candidate socialiste est un mauvais soutien. C’est le plus mauvais soutien qu’ils peuvent apporter à Lamia El Aaraje. »

 Sur la manifestation des policiers 
« À gauche, il y a un avant et un après lié à cette manifestation. »
« Je ne pense pas que Yannick Jadot n’a pas changé : il n’est pas devenu du jour au lendemain pro-policier. »
« Ce qui se passe dans la société française est très inquiétant : la gauche ne doit pas faire la même erreur que dans les années 30. »

 Sur les régionales en Ile-de-France 
« L’objectif pour tous les partis politiques - en dehors du rassemblement national - c’est d’aller chercher l’électorat perdu, celui qui ne va plus voter. »
« Il aurait fallu un accord entre les trois candidats de gauche. »
« Les trois candidats ont chacun leur qualité et qui n’arrivent pas à se départager. »
« Audrey Pulvar est un peu un anachronisme vis-à-vis du Parti socialiste. »
« Du côté de Clémentine Autain et de Julien Bayou, ils ont tellement fait de choses ensemble ces dix dernières années, qu’on ne comprend pas qu’ils s’opposent aujourd’hui. »
« Il est peu probable que les trois candidats fassent moins de 10% et qu’ils ne passent pas le second tour. »
« La confrontation entre les trois candidats n’a pas encore eu lieu. »
« On va peut-être assister à un effondrement d’Ile-de-France en commun dès lors qu’il y aura un débat entre les candidats. »
« Notre problème en Ile-de-France n’est pas Jordan Bardella mais Valérie Pécresse qui défend un discours très populiste. »
« La région Ile-de-France est une région qu’on a déjà gouverné ensemble - de Clémentine Autain en passant par le Parti socialiste et les écologistes. »
« On a besoin de redonner espoir aux habitants franciliens. »

 Sur la réunion des gauches et des écologistes initiée par Jadot  
« C’est le désastre pour le moment. »
« J’ai salué l’initiative de Yannick Jadot. »
« Eric Piolle est un meilleur candidat. »
« On a un problème d’incarnation, de programme et de stratégie. Ça fait beaucoup à un an des élections pour s’en sortir. »
« J’espère qu’il y aura un sursaut après les régionales. »
« Ce qui m’inquiète le plus, c’est la déconnexion entre la présidentielle et les législatives. »

 Sur Eric Piolle et le mois décolonial 
« Il se peut que toute information n’ait pas été donnée sur la nature de l’organisation du festival. »
« Eric Piolle a été clair : il n’a pas été question d’interdire le festival du mois décolonisé. »
« Il y a eu une erreur de positionnement. C’est une défense un peu maladroite [quand Piolle explique qu’une institution publique n’a pas à financer un ‘festival militant’]. »
« Piolle a découvert une partie du contenu des débats au dernier moment et ça ne se fait pas. » 

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.