Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 19 avril 2021

Karima Delli : « Pour changer la France, nous allons gagner les Hauts-de-France »

La gauche et les écologistes ont une candidate unique dans les Hauts-de-France. L’enjeu : faire tomber Xavier Bertrand (dont le regard se tourne désormais vers l’Élysée) et battre l’extrême droite. Karima Delli, candidate de la gauche et des écologistes, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur Karima Delli
« Je ne serais pas arrivée là si l’école de la République n’existait pas. Merci les profs. »
« Je pense que comme tous les enfants d’ouvriers, j’ai hérité du labeur. On est solidaire, on se serre les coudes et on sait ce que c’est que travailler pour réussir. »
« Quand j’étais petite, je rêvais toujours de piquer des chaussures de ma mère. »
« On est libre de pouvoir rêver de ce que l’on veut mais encore faut-il avoir le pouvoir de rêver. »
« Je me suis engagée en politique parce que ça n’est pas un hobby. Ça n’est pas un loisir. Je veux changer la vie des gens en mieux et en bien. »
« On a abandonné les classes populaires et elles sont invisibilisées. »
« Les classes populaires sont un peu ma deuxième famille et je suis là pour leur dire que je ne les laisserai pas tomber. On porte les mêmes valeurs de solidarité et de fraternité. »
« Dans la région des Hauts-de-France, on doit pouvoir relever la tête. »

Sur le bilan de Xavier Bertrand
« En 2015, Xavier Bertrand nous avait promis de faire le plein emploi dans les Hauts-de-France. Aujourd’hui, on ne compte plus le nombre d’entreprises qui ferment. »
« Les cyniques ont laissé mourir l’industrie d’hier sans anticiper l’industrie de demain. »
« Xavier Bertrand est très fort en communication. Beaucoup de bla-bla mais pas de résultat. »
« C’est une région [les Hauts-de-France] où l’espérance de vie est de trois ans de moins que les autres français. C’est inacceptable. »
« Xavier Bertrand est has been. C’est l’homme du passé. »
« On a tout pour faire de la région des Hauts-de-France, l’avant-garde de la transition écologique et de la justice sociale. »
« Bertrand n’a pas de bilan. »
« Le mandat de Xavier Bertrand a été une perte de temps. »
« C’est pas les Hauts-de-France qui intéresse Bertrand : son regard est tourné vers l’Elysée. Moi, mon regard est vers Beauvais, Arras, Saint-Omer, Boulogne, Créil. Ça fait une grande différence. »

Sur le rassemblement de la gauche et des écologistes dans les Hauts-de-France
« Les premières conquêtes sociales en France sont nées dans les Hauts-de-France. »
« Les Hauts-de-France c’est aussi une histoire d’ouvriers. »
« On a un héritage extraordinaire dans les Hauts-de-France et personne ne pourra nous l’enlever. »
« On n’a pas attendu de faire le grand rassemblement : on l’a fait et je l’incarne. »
« Je suis convaincue qu’on va gagner les Hauts-de-France. »
« Pour changer la France, il faut gagner les Hauts-de-France. »
« Le rassemblement ne s’est pas fait dans les douleurs et dans les cris. »
« J’ai l’habitude au Parlement européen de faire dégager des majorités. Il faut être inflexible sur ses valeurs mais il faut surtout respecter ses partenaires. »
« La clef de la réussite c’est de gagner et nous, nous voulons gagner. On va gagner parce qu’on veut changer la vie des gens. »
« Je veux rendre les gens plus heureux. »
« Nous avons deux piliers : l’urgence climatique et l’urgence sociale. »

Sur les jeunes et la tentation RN
« Nous sommes la première génération et je suis à l’image de la région. »
« Nous sommes la première génération qui subissons les gaz à effets de serre mais nous sommes aussi la dernière qui pouvons y remédier : pour le climat et pour l’emploi. »
« Il nous reste deux mois pour faire participer toutes les bonnes volontés. »
« Il est grand temps que la jeunesse pense à son avenir. »
« Je dis aux jeunes : rejoignez-nous. Vous êtes en capacité de déjouer les pronostics. »
« Je n’ai pas d’obstacle et je ne me mets pas d’obstacle. Je n’ai qu’un objectif : faire gagner les Hauts-de-France. »
« On va envahir les rues, envahir les cœurs, envahir les esprits pour changer la donne. »

Sur la division dans les autres régions
« À situation exceptionnelle, rassemblement exceptionnel. »
« Dans les Hauts-de-France on a pris nos responsabilités. »
« On a été six ans, hors du conseil régional et c’est beaucoup trop. »
« Nous n’avons pas fait un accord tiède ou un accord pour se faire plaisir. On a fait un accord de convictions. »
« On n’a pas fait ce rassemblement pour être un modèle pour les autres régions. On a fait ça parce que ce qui nous anime c’est de changer la vie des gens. Et de gagner. »
« On ne laissera pas la région à la dérive comme elle l’est aujourd’hui. »
« Je ne donne pas de leçon aux autres. Si les autres régions veulent nous voir comme un laboratoire politique, c’est à eux d’en juger, pas à moi. »
« Ma préoccupation, c’est ma région. »

Sur la réunion des personnalités de gauche à Paris
« C’est toujours bien de discuter et j’ai compris qu’ils allaient se revoir un peu plus tard et je leur souhaite bonne chance. »
« Ma préoccupation c’est de tout faire pour que la victoire qu’on va arracher dans les Hauts-de-France soit un atout pour créer une dynamique au niveau national. »
« Je dois gagner les Hauts-de-France. »
« Ma préoccupation aujourd’hui, ça n’est pas la question de la présidentielle. »

Sur l’UE et le Covid
« Heureusement qu’il y a eu l’Union européenne sur les vaccins. On aurait attendu Sanofi en France et personne ne serait vacciné. »
« L’union européenne a fait un vrai bond d’autant plus que la santé ne relève pas de sa compétence. »
« Il faut que l’Union européenne mène des politiques de prévention. »
« La crise sanitaire vient d’un ébranlement de nos écosystèmes et de la biodiversité. Donc l’Europe doit comprendre qu’il faut prendre en compte l’urgence climatique. »
« Si nous n’arrêtons pas aujourd’hui l’érosion de la biodiversité, les virus vont se multiplier. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • " Sur l’UE et le Covid
    « Heureusement qu’il y a eu l’Union européenne sur les vaccins. On aurait attendu Sanofi en France et personne ne serait vacciné. »
    « L’union européenne a fait un vrai bond d’autant plus que la santé ne relève pas de sa compétence. »"

    Tout est dit

    dan93 Le 19 avril à 21:38
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.