Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 13 novembre 2020

Karl Ghazi : « Des pans entiers du commerce sont en train de s’écrouler »

Le gouvernement a fait le choix de maintenir les commerces fermés pour quinze jour encore, laissant entrevoir la possibilité d’une réouverture le 1er décembre – si toutefois l’évolution de la crise sanitaire le permet. Karl Ghazi, porte-parole de la CGT commerce de Paris, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur le maintien de la fermeture des commerces 
« On comprend la dimension sanitaire et on ne conteste pas la gravité de la situation même si on conteste la gestion chaotique et l’imprévoyance du gouvernement face à une deuxième vague qui s’annonçait depuis quelques temps. »
« Ce qu’on ne comprend c’est la manière dont le gouvernement accompagne les entreprises en difficultés. » 
« Il faudrait une intervention plus énergétique de l’Etat. »
« Il faut des contre parties aux aides de l’Etat en matière de protection de l’emploi. »
« Certaines entreprises se saisissent de la crise du Covid pour fermer boutique et supprimer des emplois. »

 Sur prêt garantit par l’Etat 
« Si on ne fait qu’aggraver l’endettement des entreprises, les salariés vont finir par le payer. »
« C’est les salariés qui vont payer l’endettement des entreprises. »
« Le PGE permet à des magasins comme la FNAC ou Darty d’obtenir des aides colossales de l’Etat mais s’ils doivent rembourser ces aides, il est fort probable qu’ils cherchent d’abord à les rembourser sur le dos des salariés. Donc ces aides devraient n’être données qu’à la stricte condition du maintien de l’emploi. »

 Sur la situation de l’emploi dans le commerce 
« On a des suppressions d’emplois en cascade. Tous les jours. C’est impressionnant. On n’a jamais vu ça. »
« Le commerce est dans une situation qui rappelle celle de la sidérurgie il y a 40 ans. »
« Il y des licenciements secs dans les hôtels-cafés-restaurants alors qu’on sait que leur activité va reprendre. L’Etat ne fait rien pour empêcher cela. »
« On est dans une situation catastrophique en matière d’emploi. »
« Des pans entiers du commerce sont en train de s’écrouler - comme le commerce de l’habillement par exemple. »
« Dans l’habillement, un quart voire un tiers des effectifs sont menacés. »
« Il y a beaucoup d’entreprises, celles qu’on appelle les indépendants, qui disparaissent sans faire de bruit parce qu’il n’y a pas de PSE, il n’y a pas de statistiques. Ils passent sous les écrans de radars de la DIRECCTE et de l’inspection du travail. »

 Sur la possibilité de Noël de sauver l’année des commerces 
« Une année sans Noël est insurmontable pour le petit commerçant. Mais une année avec Noël ne va pas forcément le sauver parce que Noël est déjà intégré dans ses budgets. »
« Sans une intervention contrôlée et maîtrisée de l’Etat, le désastre va être consommé. »
« Le commerce de détail physique abordait la période de Noël déjà très affaibli par la croissance très importante du commerce en ligne. »

 Sur la possibilité de choisir collectivement les biens essentiels et les non-essentiels 
« Si le choix de déterminer collectivement ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas, il existerait pour tout. Mais ces mécanismes démocratiques n’existent aujourd’hui pas. »
« Ce qui amène à une surconsommation de biens inutiles, c’est ce qui sous-tend le système que l’on combat. »
« Il est vain, quand on nous propose des biens nouveaux à la consommation, d’imaginer que les gens vont changer de comportement alors que l’offre continue de se diversifier de manière extrêmement vive. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bravo Regards !!

    Vous posez une vraie question sur la situation politique. pas besoin d’être complotiste pour comprendre que Macron veut la mort du petit commerce ou se désintéresse complètement de son sort et de son rôle dans la société. Ce qui d’un point de vue pratique revient au même.
    Bon concrètement on fait quoi à gauche pour les travailleurs indépendants ?
    Si LFI veut aller et doit aller au-delà de la gauche, il faut faire des propositions audacieuses vis-à-vis de gens qui trop souvent ont des très faibles revenus. Que faire ?

    Cyrano78 Le 14 novembre à 20:07
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.