Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud | 29 septembre 2021

« La hausse brutale du prix de l’électricité vient du caractère européen de ce marché »

Malgré le peu de sources fossiles dans la production d’énergie française, l’augmentation du prix du gaz a un impact sur la facture d’électricité des ménages. Pourquoi ? La réponse avec Nicolas Goldberg, Senior Manager Energie chez Columbus Consulting. Il est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur la hausse des prix du gaz et de l’électricité
« La hausse des prix de l’électricité et du gaz est brutale. »
« Concernant l’aspect structurel de cette hausse, on ne peut oublier le rôle du changement climatique. Depuis de nombreuses années, on a augmenté le coût à la tonne de CO2 émise. On est aujourd’hui à 60 euros la tonne émise donc forcément, cela a des répercussions sur le prix du gaz - puisque c’est un combustible fossile. »
« Concernant l’aspect conjoncturel, il y a la reprise économique et la concurrence que se livrent entre eux les différents continents pour avoir accès à ce gaz fossile. Et les méthaniers ont plutôt aujourd’hui comme destination l’Asie que l’Europe. »
« En France, on se dit souvent que l’électricité, ce n’est que du nucléaire et de l’hydraulique donc c’est bien parce que c’est 100% décarboné. Mais en réalité, on n’y est pas encore : on a un peu de gaz en France mais surtout, on en a beaucoup en Europe. Beaucoup de centrales à gaz sont utilisées en Europe pour faire de l’électricité. »
« Le marché de l’électricité est européen : il y a beaucoup d’interconnexions parce que ça permet de mutualiser les investissements et de mieux partager les énergies renouvelables (par exemple, quand il n’y a pas de vent quelque part, il y en a peut-être ailleurs…). »
« Les prix de l’électricité sont fixés en fonction de la dernière centrale que l’on a appelée après que les autres sources renouvelables ont été épuisées. »

Sur les leviers pour limiter cette hausse des prix du gaz et de l’électricité
« Dans ce qu’on paie en gaz ou en électricité, il y a en général un tiers de taxes (TVA, ICFE, CTA…). Pour limiter la hausse du prix, on peut donc baisser ces taxes - ce qui a été exclu par le gouvernement à ce stade. »
« On pourrait aussi imposer à EDF une régulation du prix de vente de son énergie nucléaire. Aujourd’hui, d’ores et déjà, EDF doit vendre un quart de son énergie nucléaire à 42 euros - contre 120 euros sur le marché. »
« Si on veut relever le défi climatique dans des conditions socialement acceptables, on a surtout besoin de plus de régulation et d’investissements colossaux à faire dans des moyens de production d’énergie bas carbone, soit énergies renouvelables, soit nucléaire, soit les deux, faits à un niveau national ou européen. »

Sur les conséquences de la mise en concurrence de l’énergie
« Quand on a voulu ouvrir le marché de l’électricité et faire émerger une concurrence en cassant les monopoles, on a cassé aussi EDF. »
« Sur ceux qui envoient la facture, il y a effectivement une grosse concurrence. Mais sur la production, il y a très peu de concurrence : c’est EDF qui assure la très grande majorité de la production. »
« Le marché ne pourra jamais se dire qu’il va faire des investissements sur 30 ans qui tiennent compte du changement climatique : on a besoin d’un pilotage d’Etat et de l’Europe. »
« Les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire sont des énergies qui fonctionnent à coûts fixes, même s’il y a des coûts de maintenance et des coûts de matières premières mais très faibles. »
« Plus on déploiera de moyens de production d’électricité bas carbone, plus on va manger sur la part des fossiles qui reste gargantuesque aujourd’hui et donc plus on pourra entretenir une baisse des marchés. Mais sans régulation, on risque d’avoir des yoyos. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.