Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 4 octobre 2019

« La Manif pour tous est l’un des plus gros mouvements sociaux récents… et ça, ça nous a énervés »

Thibault et Alex ont initié un rassemblement antifasciste pro-PMA et contre la Manif pour tous qui aura lieu dimanche prochain place de la République à Paris à partir de midi, en marge de la manifestation anti-PMA. Ils sont les invités de la Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

L’événement sur Facebook
>> https://www.facebook.com/events/1358656584302382/

 

POUR ÉCOUTER CETTE MIDINALE EN PODCAST
>> sur Spotify
>> sur Apple

 

VERBATIM

 

 Sur le rassemblement antifasciste pro-PMA contre la Manif pour tous du dimanche 6 octobre 
« La Manif pour tous est l’un des plus gros mouvements sociaux de ces dernières années… et c’est un mouvement réactionnaire – et ça, ça nous a énervés. »
« A la base, notre projet, c’était de bloquer la Manif pour tous (…). Sauf qu’en termes de nombre de gens, ça paraissait assez compliqué. »
« On est parti sur un rassemblement déclaré à République à Paris pour ne pas leur laisser la rue ce jour-là. »

 Sur les anti-PMA et la Manif pour tous 
« Je ne crois pas que tous les anti-PMA soient des fascistes mais dans la Manif pour tous, il faut se rendre à l’évidence : tout leur service d’ordre est assuré par plein de groupes skinhead et néonazis. »
« Dans ce mouvement énorme qu’est la Manif pour tous – où il n’y a quasiment que des réacs homophobes –, il y a aussi des groupes fascistes. »

 Sur le climat actuel 
« La France est un pays qui est relativement réactionnaire en général. »
« La bataille actuelle, ce n’est pas uniquement la PMA : dimanche, on va avoir des fascistes et des réactionnaires dans la rue. Et ce n’est pas un problème qui concerne uniquement la communauté LGBT. »
« Tous les médias trouvent terrible le discours d’Eric Zemmour et pourtant, qui est-ce que l’on a le lendemain dans la matinale de France Inter ? Jean-Marie Le Pen ! »
« Il y a une montée des fascistes qui sont vraiment à l’extrême droite, très présents dans l’espace public et médiatique mais aussi une montée de l’autoritarisme au sein du gouvernement avec une répression extrêmement forte. »
« L’antifascisme est un sujet tout à fait actuel. »
« Le libéralisme, le progressisme libéral incarné par la République en Marche, fonctionnent extrêmement bien avec le fascisme : c’est une assurance-vie, notamment au niveau des élections. »
« Le libéralisme, en temps de crise, peut très bien s’accommoder du fascisme pour reprendre du poil de la bête. »

 Sur les débats actuels sur la PMA 
« Ce n’est pas parce que la loi sur la PMA va passer qu’il faut laisser certaines personnes laisser répandre leur parole homophobe partout. »
« Pendant les débats sur le mariage pour tous, quand tu étais une personne queer ou LGBT+ et que des gens manifestaient dans la rue par milliers contre tes droits, c’était extrêmement agressif. »
« Si personne ne se mobilise contre la Manif pour tous, tu peux rapidement te sentir très seul.e en tant que personne concernée. »
« On est en 2019 : il faut réussir à faire évoluer sa mentalité. »
« Pour certains, ouvrir la PMA aux couples de femmes, l’enfant manquerait d’un père… Mais en disant cela, ils ignorent complètement la situation de milliers d’enfants qui sont élevés par des mères célibataires… »
« Le projet de loi bioéthique aurait pu aller encore loin, notamment ouvrir la PMA aux hommes trans. »
« Si on ouvre la PMA à toutes, il faut l’ouvrir à tous aussi. »
« La plus grosse critique contre la GPA, c’est la marchandisation du corps des femmes. Mais c’est un faux argument : on a des manières d’imposer des régulations qui permettent que les femmes puissent décider pour leur corps. »

 Sur les suites du mouvement et des luttes en général 
« A l’entre-deux-tours en 2002, pour l’élection de Jacques Chirac, il y avait près de deux millions de gens dans la rue. En 2017, pour l’élection d’Emmanuel Macron, où étaient les gens ? Pas dans la rue. »
« L’antifascisme va être amené à se réinventer et à évoluer pour qu’il soit plus populaire. »
« Il faut que plus de gens puissent se revendiquer antifascistes. »
« Il ne faut pas que les idées d’extrême droite et réactionnaires prennent l’espace public, médiatique et sur internet. »
« Il faut une remise en valeur des luttes queer : il faut plus de gens qui rejoignent des luttes plus radicales. »
« Cette année, c’était les 50 ans des émeutes de Stonewall. Aujourd’hui, ça s’est transformé en Pride et ce n’est presque plus que de la célébration. »
« Il y a toujours des discriminations, même encore dans la loi ! »
« Les stratégies de luttes vont aussi devoir mieux coexister : il y a eu la Marche pour le climat il y a deux semaines dans laquelle Greenpeace a demandé à ce que les gens quittent la manif pour que les flics puissent arrêter les méchants black blocs – c’est le symptôme d’une vraie maladie à gauche… si tant est que Greenpeace soit encore de gauche. »
« Il y a des stratégies non violentes. Il y en a d’autres qui sont plus violentes. Elles doivent pouvoir coexister. Même si je tiens à préciser que dans les têtes de cortège, il n’y a pas de violences envers les personnes en général – et même ça, on devrait pouvoir le discuter. »
« Il faut réfléchir à la façon d’inclure un maximum de personnes dans nos luttes tout en respectant les stratégies de chacun. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.