Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 11 septembre 2019

Laurent Russier : « On demande l’égalité et ça sera à la justice de trancher »

Les maires de Saint-Denis, de Stains, de l’Ile-Saint-Denis, d’Aubervilliers et de Bondy s’apprêtent à déposer un recours contre l’Etat pour rupture d’égalité. Une première. Laurent Russier, maire de Saint-Denis, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur la tribune de Valérie Pécresse 
« Il y a énormément d’amalgames qui sont faits. »
« On avait essayé de montrer qu’elle avait une vison plus sociale, plus équilibrée de la réalité de nos territoires, apparemment non. »
« Dans les quartiers populaires, l’Etat ne joue pas son rôle. »
« La mission d’évaluation parlementaire a montré qu’on avait un Etat qui n’agit pas en Seine-Saint-Denis de manière égalitaire avec l’ensemble des autres départements de la région parisienne ou du territoire français. »
« Il y a des endroits où il faut continuer à construire du logement HLM. »
« On n’est pas opposé aux démolitions quand elles se justifient d’un point de vue dysfonctionnement urbain et si c’est travaillé avec les habitants. »
« Où est le plus grand des ghettos ? Là-dessus, Valérie Pécresse ne dit rien : ce sont les élus de droite, qui sont dans des égoïsmes locaux, et qui ne sont en rien contrariés par le fait de ne construire aucun HLM. »
« Cette tribune sort trois jours après l’annonce du dépassement du 10.000€/m2 à Paris avec l’effet contagieux sur l’ensemble de la région parisienne. »
« Cette métropole devient de plus en plus ségrégative. »

 Sur le film “La Vie Scolaire” de Grand Corps Malade 
« Ce film rencontre un succès parce qu’il montre une réalité complexe et fine de la vie quotidienne des quartiers. »

 Sur le recours des maires de la Seine-Saint-Denis contre l’Etat 
« Les dotations globales de fonctionnement, qui sont versées aux collectivités, sont inégalement réparties. »
« Sur l’éducation, on n’a pas les mêmes moyens dans nos quartiers : des enseignants moins formés, plus jeunes, un turnover très important et une médecine scolaire indigne d’un pays comme le notre. »
« On demande l’égalité et ça sera à la justice de trancher. »
« On veut juste être traité à égalité : ça s’appelle la dignité. »
« Quand Saint-Denis gagne 25.000 habitants en 15 ans, on n’a pas un seul policier supplémentaire. C’est vrai aussi sur les autres grands services publics : l’éducation, santé, transports. »

 Sur l’accueil des migrants et l’expulsion des familles syriennes 
« La Ville de Saint-Denis est reconnue pour sa tradition d’accueil. »
« Saint-Denis est la ville qui a mis le plus de locaux à disposition de l’Etat pour les sans-abris. »
« Dire que la ville de Saint-Denis ne peut rien, c’est totalement à côté de la plaque parce qu’on fait beaucoup. »
« C’est le rôle de l’Etat d’assurer un bon accueil des migrants. »
« On ne peut pas faire des leçons à Salvini en Italie et d’un autre côté ne pas être capable de gérer la situation pour une petite dizaine de milliers de migrants sur une région de onze millions d’habitants. »
« Le problème, ce n’est pas qu’on manque d’hébergements d’urgence : la Seine-Saint-Denis est le département qui a le plus important système d’hébergement d’urgence. »
« Le problème, c’est que les possibilités sont totalement saturées : il y a tellement un déficit à Paris, dans les Hauts-de-Seine et dans d’autres départements, que beaucoup d’habitants trouvent refuge en Seine-Saint-Denis. »
« On n’est pas en capacité d’héberger tout le monde à Saint-Denis. »
« Je n’ai eu aucune proposition - y compris des membres de ma majorité - pour me dire quel local on pourrait réquisitionner. »

 Sur les élections municipales 
« On veut tout faire pour se mettre d’accord. »
« Par rapport aux dangers du Rassemblement national, des discours comme ceux de Valérie Pécresse ou de La République En Marche, je ne veux pas que, demain, à Saint-Denis, il se passe la même chose qu’à Pantin ou certains arrondissements parisiens : 20, 30 voire 40% d’augmentation de l’immobilier en cinq ans. »
« Cet appel à l’unité, c’est l’appel que font les Dionysiens. »
« Ça serait une première qu’un maire sortant qui a réussi à faire vivre une majorité, ne soit pas à nouveau candidat. »
« Qu’on me montre à quel endroit la division a permis de rassembler plus. »

 Sur le projet métropolitain du Grand Paris 
« On a déjà tellement à faire dans nos communes mais nous devons aller plus loin. »
« Sur le logement, si on n’est pas unis : les lois du marché sont plus fortes. »
« Sur au moins trois enjeux, on a besoin de travailler ensemble et je demande à Paris de travailler avec nous : le logement, l’écologie, l’emploi et l’insertion. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.