Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 17 avril 2020

« Le confinement pour les personnes âgées au-delà du 11 mai pose un vrai problème »

Pour toute décision concernant les droits de l’homme, le gouvernement doit consulter la CNCDH (Commission nationale consultative des droits de l’homme). Alors que nos droits sont confinés, que pense la CNCDH de l’épreuve collective que nous traversons ? Est-elle entendue ou consultée par le gouvernent ? Jean-Marie Burguburu, président de la CNCDH, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur l’Observatoire des mesures de l’Etat d’urgence sanitaire 
« Il est apparu dans ces circonstances particulières, que la mission de la CNCDH, que la mission pouvait être pleinement effectuée avec cet observatoire. »
« À l’évidence, l’état d’urgence sanitaire est attentatoire aux droits de l’homme (…) donc il fallait voir m’impact des mesures qui sont prises sur la société et les citoyens. »
« Les droits de l’homme sont les droits des citoyens. »
« On pourrait penser que le gouvernement aurait du nous consulter préalablement [s’agissant de la décision de l’Etat d’urgence sanitaire]. Hélas, il ne le fait pas toujours. Et en l’espèce, il ne l’a pas fait. »

 Sur les risques liés à l’Etat d’urgence sanitaire 
« François Sureau s’est érigé en gardien des libertés et il a raison. »
« La CNCDH a une mission : surveiller les droits de l’homme, donc surveiller les libertés. Et le risque existe. »
« Notre Etat de droit est bousculé. »
« On aurait pu consulter le Conseil constitutionnel et la CNCDH. »

 Sur la liberté de la presse et le droit à l’information  
« Il faut laisser au président le choix de ses moyens d’information. »
« Il est un peu curieux que la première interview écrite du président soit donnée au Financial Times alors qu’il y a des supports de la presse écrite française qui sont dignes de recevoir l’interview présidentielle. »

 Sur le droit à l’accès à la santé 
« Le droit à la santé est consacré par la déclaration universelle des Droits de l’Homme. »
« Il faut bien admettre que la France a été en retard et n’était pas assez préparée. »
« Auparavant, les masques n’étaient pas obligatoires parce qu’on n’en avait pas et ils deviendront obligatoires quand on en aura. Mais on ne sait pas quand on en aura. »

 Sur les Ehpad et les personnes âgées  
« L’Etat d’urgence sanitaire aggrave, accentue et met en relief les inégalités. »
« Dans les Ehpad, le confinement est quasiment impossible. »
« Il faut des exercices de sociabilité pour ne pas laisser ces personnes en dérive, seules dans leurs chambres. »
« On a commencé que tardivement à compter les morts dans les Ehpad. »
« Le confinement pour les personnes âgées au-delà du 11 mai pose un vrai problème : à supposer qu’il ait un fondement médical, des voix de juriste s’élèvent pour dire que ça serait inconstitutionnel. »

 Sur l’application de traçage (#StopCovid) 
« À l’évidence, le traçage numérique des citoyens, c’est Big Brother qui arrive et c’est la fin de la vie privée. »
« Il faut surveiller ce projet de très près. »

 Sur les migrants et les centres de rétention 
« Les centres de rétention, à défaut d’avoir été fermés, ont vu leurs populations baisser considérablement. »
« Hélas, même si la population de ces centres a diminué, elle n’est pas à zéro. On pourrait envisager d’ouvrir les portes de ces centres. »
« On pourrait envisager sérieusement de régulariser - au moins momentanément - la situation des personnes en situation irrégulière. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.