Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 24 mars 2022

« Les candidats du centre à l’extrême droite n’ont pas fait du climat un enjeu de leur programme »

L’association Réseau Action Climat a évalué les programmes de 8 des 12 candidat-es à l’élection présidentielle. Benoit Granier, responsable alimentation, est l’invité de la Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

 Sur la notation de Réseau Action Climat  
« Les programmes des candidats ne sont pas assez précis et contiennent des mesures de court et moyen termes. »
« Notre méthode a été de confronter les programmes des candidats et des candidates à une grille de 37 mesures structurantes que nous avons identifiées avec notre réseau, pour mettre la France sur la voie de la neutralité carbone. »
« Si on regarde dans les débats et les discours, la question climatique est insuffisamment évoquée du fait des médias. »
« Si on regarde les programmes, la question du climat est évoquée de manière invariable. Le climat est au cœur des programmes de Jean-Luc Mélenchon et de Yannick Jadot. Il est aussi assez présent dans celui d’Anne Hidalgo. Dans une certaine mesure aussi dans celui de Fabien Roussel. À l’inverse, il est complètement absent des programmes d’extrême droite. Et il n’est pas assez présent dans les programmes de Valérie Pécresse et d’Emmanuel Macron. »
« Il y a un choix qui a été fait des candidats du centre à l’extrême droite de ne pas faire du climat un enjeu majeur de leur programme et de leur discours. »

 Sur Emmanuel Macron  
« Macron pêche sur pas mal d’éléments. Tout au long de son quinquennat, on a eu beaucoup d’annonces et peu de réalisations concrètes. »
« Dans le programme d’Emmanuel Macron, il y a très peu d’annonces. La transition écologique, c’est une page de son programme. Rien sur les enjeux climatiques internationaux ou sur le verdissement du budget de l’Etat. Rien sur le train, les transports collectifs ou le vélo. Rien sur l’énergie. »
« Il ne fait aucune proposition sur le développement de l’agro-écologie, de l’agriculture biologique, la sortie de l’élevage industriel, sur la baisse de la consommation de viande. Rien non plus sur le soutien aux agriculteurs pour aller vers des modèles plus durables. »

 Sur les projets des candidats de droite et d’extrême droite 
« Le programme de Pécresse manque de précision, comme celui d’Anne Hidalgo. Avec Pécresse, comme avec Macron ou les candidats d’extrême droite, on a l’impression que les enjeux liés au changement climatique n’ont pas été complètement saisis. »
« Pécresse est restée sur des schémas qui consistent à croire que le développement technologique va régler seul le problème du défis climatique. »

 Sur Fabien Roussel  
« Autant les autres candidats ont des propositions homogènes, autant chez Roussel il y a des choses très bien et d’autres très mitigées. »
« Roussel a des bonnes propositions sur la restauration scolaire ou sur la renégociation des règles commerciales internationales sur l’agriculture. »
« Sur la consommation de viande, si on n’a pas une réduction du cheptel industriel (…), les objectifs climatiques de la France ne seront pas atteignables. »

 Sur le nucléaire 
« Si un candidat ou une candidate ne souhaite pas sortir du nucléaire voire relancer la construction de réacteurs, il peut toujours cocher les autres 35 propositions du Réseau Action Climat. »
« Le Réseau Action Climat estime que la relance du nucléaire n’est pas une bonne solution pour atteindre les objectifs climatiques de la France. »
« Le nucléaire répond pas à l’urgence climatique dans la mesure où la construction de nouveaux EPR ne produiraient pas d’électricité avant 2037. Or la décarbonation du secteur énergétique doit aller beaucoup plus vite. »
« Le nucléaire est un pari risqué quand on voit les déboires de l’EPR de Flamanville ou la vulnérabilité du nucléaire face aux crises, le risque d’incident nucléaire… »

Les candidats et candidates à la présidentielle : allié-es ou pas de Réseau Action Climat ? 
« Il est important de faire en sorte que les promesses annoncées soient concrétisées. »
« On a pu se rendre compte pendant le quinquennat Macron que beaucoup de promesses n’avaient pas été tenues. »
« Sur le quinquennat écoulé, on a eu pas mal d’écoute de la part des députés de la France insoumise et du Parti socialiste ainsi que des sénateurs et sénatrices écologistes, certains députés de La République En Marche aussi peuvent être très réceptifs mais les députés centristes et Les Républicains le sont par contre beaucoup moins. »
« Avec le Réseau Action Climat, on mène aussi un travail d’analyse et de décryptage via les médias ou directement au grand public. »
« Le nucléaire a un coût qui empêche d’investir massivement dans les énergies renouvelables. La France est déjà particulièrement à la traine sur ce sujet : seulement 19% de nos énergies renouvelables en sont issues, ce qui fait de la France le seul pays de l’Union européenne qui n’a pas atteint ses objectifs en la matière. »
« Nous préconisons le 100% énergies renouvelables. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.