Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud | 20 octobre 2021

« Les inégalités fracturent la société, enferment dans la pauvreté et abiment la planète »

Les 1% les plus riches possèdent plus de la moitié des richesses de la planète : c’est l’objet de la dernière campagne d’Oxfam France. Pauline Leclère, responsable de campagne de l’ONG, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur la dernière campagne vidéo d’Oxfam France sur les inégalités 
« L’objectif de notre campagne, c’est déplacer les inégalités dans le quotidien des gens pour leur faire prendre conscience de cette réalité. »
« Il faut aussi rappeler que l’on est tous et toutes concernés par les inégalités : cela fracture, divise, enferme des personnes dans la pauvreté et abime la planète car les 1% les plus riches sont aussi ceux qui polluent le plus. »

 Sur l’accroissement des inégalités et ses conséquences 
« Si on regarde les deux dernières années, il y a des tas de pays dans le monde qui ont fait des manifestations immenses et qui se sont révoltés pour dire leur colère et leur indignation face à l’aggravation des inégalités ou de la pauvreté. Souvent, cela part d’une décision politique comme l’augmentation du prix du ticket de métro, une nouvelle taxe, une augmentation des salaires des députés ou une prise de conscience du salaire mirobolant des PDG. »
« La prise de conscience et la demande sont là. Le problème, ce sont les choix politiques : non seulement, on n’en fait pas assez contre les inégalités mais on fait surtout des choix politiques qui les aggravent. »
« Les politiques fiscales favorisent les ultra riches : en France, la suppression de l’ISF et la mise en place de la flat tax, des services publics sous-financés, la mise sous pression de notre modèle social, la non-régulation des entreprises… »
« Oxfam France sollicite le pouvoir citoyen pour faire pression sur les décideurs politiques. »
« Les inégalités ne sont pas une fatalité : on peut changer les choses. »

 Sur les inégalités en temps de pandémie 
« Les inégalités s’aggravent, notamment pendant la pandémie. »
« Il y a une augmentation du nombre de milliardaires sur la planète et le risque de diminution de la pauvreté dans le monde a commencé à ralentir. »
« Ce qui montre le dysfonctionnement de notre système économique, c’est que des milliardaires se sont enrichis pendant la pandémie. »

 Sur le rôle de plaidoyer auprès des décideurs politiques 
« Avec Oxfam, on fait des campagnes pour atteindre les gens mais on fait aussi du plaidoyer, c’est-à-dire que l’on va voir les décideurs politiques (députés, sénateurs et cabinets ministériels) pour porter nos propositions. On est plus ou moins entendu. »
« Le président de la République a une vision très claire et diamétralement opposée à ce que nous on défend, notamment sur la question du ruissellement. »
« Certains députés sentent bien ce qui se passe : ils voient bien que les gens veulent plus de justice fiscale et sociale. »

 Sur les liens entre inégalités et pauvreté 
« Notre objectif, c’est de faire le lien entre inégalités et pauvreté. »
« L’enjeu, c’est de transformer la colère en mobilisation. »
« Les solutions, c’est l’impôt bien sûr mais aussi l’augmentation des bas salaires et la question du partage des richesses dans les entreprises. »

 Sur la pertinence de la lutte contre les inégalités 
« La déconnexion entre les 1% les plus riches qui ont le pouvoir et le reste fait peur. »
« Constater l’indécence de la situation de la répartition des richesses nous amène à croire que ça va craquer. »
« Les inégalités, ce n’est pas un débat idéologique : c’et une question de justice et de bon sens. »
« J’ai envie de dire aux très riches qu’ils ont intérêt à ce que la société soit plus égalitaire parce qu’on est tous perdants. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.