Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 17 janvier 2018

Lina N’gazi : "Tout ce que fait Macron depuis le début de son mandat, c’est précariser la jeunesse."

On donne trop peu la parole aux lycéens alors que c’est eux qui seront le plus directement affectés par la réforme actuelle de l’entrée à l’université. Aujourd’hui, Lina N’gazi, secrétaire nationale de l’UNL-SD, est dans #LaMidinale pour nous parler blocages, tirage au sort et place de la jeunesse.

Vos réactions (10)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur la sélection à l’entrée de l’université 
« Nous voulons montrer au gouvernement que les lycéens sont contre tout principe de sélection. »
« La sélection va augmenter la compétition et la pression qui existent déjà. »
« Cela va aussi être une sélection sociale car les élèves les plus défavorisés sont aussi ceux qui ont les moins bonnes conditions d’études. »
« Si le gouvernement veut instaurer un tirage au sort, c’est bien parce qu’il n’y a pas assez de moyens alloués aux universités. »

 Sur la mobilisation contre l’actuelle réforme
« Notre objectif est très simple : nous allons nous battre jusqu’au retrait de la réforme. »
« A l’avenir, nous pensons que le mouvement va s’amplifier. »
« Dans mon propre lycée, il y a des professeurs qui nous soutiennent. »
« Dans mon lycée, on nous a menacés, si on faisait un blocus, de sanctions très fortes. »
« Les 22 000 nouvelles places dans les universités et les BTS à la rentrée prochaine ne seront absolument pas suffisantes. »
« Oui, bien sûr, nous comptons nous mobiliser sur le projet de loi Asile et immigration. »

 Sur le modèle d’enseignement supérieur idéal
« Nous voulons une éducation dans un esprit de solidarité et d’entre-aide. »
« Les universités, ça aide les élèves à ouvrir leur esprit, à leur apporter des clefs de compréhension du monde. »
« La jeunesse va affronter des défis, comme le défi écologique, et nous aurons besoin d’une population qualifiée pour faire face à ces défis. »
« L’éducation ne doit pas s’adapter à l’économie de marché. »
« Chaque étudiant doit avoir une place à l’université. »

 Sur le passage de la plateforme APB à la plateforme Parcoursup 
« Avant, on classait les vœux par préférence. Plus maintenant. On a peur que cela crée une lenteur dans le système parce que les réponses vont être envoyées au compte-goutte. »
« La réduction du nombre de vœux de 24 à 10 va créer une auto-censure de la part des élèves. »

 Sur la représentativité et la place de la jeunesse 
« On a demandé son avis au Conseil supérieur de l’éducation, il a voté contre la réforme mais le gouvernement est passé outre. »
« Le problème, c’est qu’il existe des organes représentatifs des lycéens, des jeunes mais quand ils prononcent leur avis, personne ne les écoute. »
« Dans le mouvement de La France Insoumise, on a l’impression d’être plus représentés et plus écoutés. »
« Tout ce qu’a fait Macron depuis le début de son mandat, c’est précariser la jeunesse. »

Vos réactions (10)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bonjour
    Entièrement d’accord avec vous le but de Macron c’est de précarisé, la jeunesse et les travailleurs dans leur ensemble.
    La fléxisécurité annoncé, par Macron, c’est plus la fléxibilité que la sécurité...On le remarque dans tout les projets de loi , sur le travail, le chômage.....C’est le modèle libéral, plus Allemand, US, GB, que le modèle nordique.

    BOB Le 19 janvier à 12:34
  •  
  • On n’a qu’une envie , en entendant ce lamento puéril, c’est de dire à cette jeune écervelée qui " a l’impression (?) d’être plus représentée et plus écoutée (?) dans le mouvement LFI :" méfie-toi des faux amis des lycéens , étudie et passe ton bac ".

    Rita Q Le 20 janvier à 19:17
       
    • @rita - peut etre auriez vous ete plus convaincue s’il s’agissait de l’interview de la representante d’un syndicat lyceen plus compréhensif sur les reformes en cours ?

      A moins que ce ne soit tout simplement le fait qu’elle soit engagée à son âge dans un mouvement qui ne peut pas nier son implication citoyenne ou politique qui vous dérange ?

      Quoiqu’il en soit, il y a fort à parier qu’au "passe ton bac d’abord" que vous lui adressez, celle ci n’aurait pas manquer de vous rétorquer du coup, arguments à l’appui, "pourquoi faire ?"

      Carlos Le 21 janvier à 13:25
  •  
  • Je pense également que le mouvement va s’amplifier si les gens (lycéens, étudiants et familles) constatent que c’est nettement pire qu’avant ,attendons...Ne pas oublier qu’une partie de la jeunesse est pour une jeunesse à deux vitesses (tous les petits fils et filles à Papa qui s’identifient à Macron et qui sont plus nombreux qu’on ne pense....).Ce n’est plus la jeunesse Devaquet ou celle du CPE.L’idéologie de droite a gagné du terrain depuis.Donc agir mais en restant lucide !

    Dominique FILIPPI Le 21 janvier à 10:23
  •  
  • Il faut raison garder en tout, ou du moins s’y essayer ! la rapidité brutale avec laquelle LRM , son Président et son premier ministre, mettent en oeuvre des réformes dont les dossiers étaient gardés au chaud sous l’ancien quinquennat Hollande et PS, a de quoi inquiéter ou révolter.
    Cependant, la jeunesse lycéenne et étudiante,par, définition a toujours été une situation temporaire et donc précaire. S’il est sympathique de voir une jeune fille prendre conscience que l’éducation , comme toute autre activité , se trouve confrontée aux logiques comptables et rentables du capitalisme néo libéral , et de s’inquiéter de son "post bac", il n’en demeure pas moins qu’il faut lui suggérer de passer son bac et bosser pour franchir les prochaines étapes plutôt que de perdre son temps à copiner avec LFI qui ne cherche qu’à instrumentaliser la jeunesse pour la faire défiler un jour prochain ? sous sa bannière populiste sur les Champs Élysées.

    Rémi C Le 21 janvier à 14:48
       
    • @Rémi - J’imagine que cette jeune fille n’aspire pas à rester en terminale éternellement et qu’en plus de son engagement citoyen et politique, elle s’astreint à fournir des efforts supplémentaires pour dans un premier temps, passer son bac, puis dans un second temps, accéder à l’enseignement supérieur... ce qui probablement s’avèrera plus compliqué après la réforme validant la sélection selon des critères qu’il appartiendra à chaque université de mettre en place. Il est heureux qu’elle s’en soit rendu compte et que sa prise de conscience aboutisse à une protestation collective salutaire qui montre que toute la jeunesse n’a pas pour seul horizon, comme beaucoup d’esprits chagrin l’assènent souvent, des considérations futiles et nombrilistes...
      Je lui souhaite donc bien du courage car si la précarité a toujours été le fardeau des jeunes selon vous Rémi, il risque bien de continuer à faire parti de son quotidien jusqu’au soir de sa vie... C’est en l’occurrence l’avenir qu’on lui prépare, et elle a raison de s’en inquiéter !

      Après qu’elle "copine" avec la France Insoumise (dont je suis sympathisant pour ne rien cacher) ou le PCF ou tout autre formation politique dont elle se sentirait proche, j’espère bien qu’elle n’en tirera aucune certitude, mais le réflexe de questionner et d’interroger chaque situation difficile à laquelle elle sera confrontée dans sa vie...

      carlos Le 21 janvier à 19:30
    •  
    • "cette jeune fille " sympathique " copiner" "passer son bac"

      quel paternalisme ! , quelle condescendance !, des arguments estampillés " V C d’origine " a coup sur ( C : mot en 3 lettres finissant par N)

      cette jeune fille comme vous dites est déjà une citoyenne engagée et elle n’as surement que faire de vous conseils , confis et pédants.

      buenaventura Le 22 janvier à 16:01
    •  
    • Et voilà, le gaucho de service qui se réveille et nous livre sa nalyse psychologisante sur la difficulté d’être lycéenne sous Macron. la question n’est pas d’ être une apprentie citoyenne avant d’avoir eu son bac ( ce fut mon cas), mais la question est déjà de savoir choisir ses vrais amis politiques. Et là, il faut avouer que le tri est vite fait.

      Babette L Le 22 janvier à 21:08
    •  
    • A moins que la question soit plutôt de savoir si l’on apprend plus de choses en se confrontant au monde, ou bien lorsqu’on vous fait la leçon...

      Carlos Le 22 janvier à 21:56
  •  
  • Babette et qui sont ils les "vrais amis politiques " les vôtres surement !

    buenaventura Le 23 janvier à 18:56
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.