Accueil | Par Pierre Jacquemain | 25 avril 2018

Louis Boyard : « Le seul moyen de se faire entendre, c’est d’appeler à des blocages de lycées »

Où sont passés les étudiants dans les mouvements sociaux ? Pour en parler, le tout nouveau président de l’Union Nationale des Lycéens, premier syndicat lycéen de France, Louis Boyard, est l’invité de La Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur la place de la jeunesse 
« La jeunesse est attaquée par le gouvernement Macron. »
« Toutes les réformes nous concernent. »
« Nous sommes tous victimes Den la politique d’austérité d’Emmanuel Macron donc on se sent solidaires. »
« On a un gouvernement qui est dans le déni et qui n’a pas d’argument contre nous. »
« On a un gouvernement qui a un mépris pour la jeunesse, on ne se sent pas pris en considération (…). On est un petit peu une variable d’ajustement. »
« Il n’y a pas de vision globale de la jeunesse. On se sent être des chiffres et ça témoigne bien d’un mépris de la part du gouvernement. »

 Sur la politique d’Emmanuel Macron 
« Elle est agressive, autoritaire et déconnectée de la réalité. »

 Sur les revendications de l’UNL 
« Plus de moyens dans nos écoles. On ne peut pas apprendre à 30 élèves dans une classe. »
« Plus de moyens pour la jeunesse, un vrai accompagnement sur l’orientation et un changement de pédagogie. »

 Sur la mobilisation des étudiants 
« Il y a un mouvement social qui est en train de se mettre en place. »
« C’est pas parce qu’une fac à été délogée qu’on va arrêter de se mobiliser, au contraire, nous ça nous remonte encore plus. »

 Sur la mobilisation des lycéens 
« Nos professeurs, dans nos classes, nous ont expliqué Parcoursup à la sauce du gouvernement. PAs une seule fois le mot « sélection » n’a été prononcé. »
« Il a fallu déconstruire cette propagande du gouvernement et encourager les lycéens à se mobiliser. »
« On ne compte même plus le nombre d’élèves qui sont passés en conseil de discipline pour avoir tenté de bloquer leurs lycées. »
« Tous les jours on doit aider des lycéens parce qu’ils risquent de se faire virer. »
« C’est très dur d’organiser une assemblée générale parce qu’il faut une autorisation du proviseur. »

 Sur les suites de la mobilisation post vacances 
« Les lycéens sont présents dans les manifestations. »
« On a du faire face à la répression administrative et à la répression policière. »
« Pleins de lycéens sont déjà prêts pour bloquer leurs lycées dès la rentrée. »
« On va appeler à des blocages des lycées parce que c’est le seul moyen que l’on a de se faire entendre. »

 Sur la convergence des luttes 
« La convergence des luttes n’est pas une finalité, c’est un moyen. »
« Il faut lutter contre la politique d’austérité d’Emmanuel Macron, ça passe par la convergence des luttes. »
« On ne voulait pas de Marine Le Pen, on ne voulait pas d’Emmanuel Macron, aujourd’hui on a les deux. »

Sur le 5 mai - Fête à Macron
« Nous n’y appelons puisque c’est une date politique et nous sommes un syndicat en revanche nous y serons, j’y serai, nos adhérents y seront certainement. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.