Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 25 novembre 2019

Louis Boyard : « Marine Le Pen est une ennemie du mouvement du 5 décembre »

Demain, les étudiants se mobilisent contre la précarité et préparent déjà les mobilisations du 5 décembre prochain. L’ancien président de l’Union nationale lycéenne, aujourd’hui étudiant en droit, Louis Boyard, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

POUR ÉCOUTER CETTE MIDINALE EN PODCAST
>> sur Spotify
>> sur Apple

 

VERBATIM

 

 Sur la mobilisation des jeunes 
« Les jeunes ont toujours envie de se mobiliser. »
« Ce qui est difficile, c’est qu’on est constamment réduit à notre condition de “jeune”. »
« C’est difficile pour les jeunes de se mobiliser d’eux-mêmes s’il n’y a pas un contexte autour qui leur permet d’être légitimé derrière. »
« Aujourd’hui, avec le 5 décembre, avec l’étudiant qui s’est immolé aussi, on a un contexte de bouillon de personnes en colères : ça devient insurrectionnel et ça va en motiver certains. »
« La plupart des organisations de jeunesses commencent déjà à préparer la date du 5 décembre. Les jeunes sont réceptifs, donc il va y avoir une mobilisation de jeunes. »

 Sur le mot d’ordre 
« Il y a plusieurs mots d’ordre mais demain, les étudiants se mobilisent contre la précarité. »
« Quand on mobilise contre la précarité, on ne se mobilise pas seulement pour une augmentation des bourses ou revoir tout le système qui organise la solidarité étudiante mais on se mobilise contre tout le système. »
« C’est un cliché, quand on est jeune, de dire qu’il faut remettre en cause le système capitaliste parce que ça fait un peu “soixante-huitards”, un peu “jeunes qui pensent le monde sans savoir comment”. Mais je pense qu’aujourd’hui, quand on est jeune, on ne peut pas s’opposer au gouvernement et à la précarité sans remettre en cause tout un système. »

 Sur les étudiants 
« Dans plein d’universités, il y a des opérations “cantine gratuite” où les étudiants peuvent manger gratuitement. »
« Dans les universités, la mobilisation est en train de monter. »
« On ne parle jamais des sujets jeunesse en tant que tels et cette mobilisation a l’avantage de faire rentrer la jeunesse dans le débat public. »
« Il y a un sentiment de revanche (…). Et si tout le monde y va [le 5 décembre], c’est parce que tout le monde a une revanche à prendre par rapport à ce qu’on leur a enlevé l’année dernière, surtout chez les lycéens. »

 Sur le rôle de Christophe Castaner dans les semaines à venir 
« Le 5 décembre me fait très peur même si je suis très optimiste quant à la mobilisation qu’il va y avoir. »
« Dans la tête de Christophe Castaner, il y a deux camps : celui de l’ordre et celui du désordre. Et, selon lui, on fait partie du désordre… et, de facto, j’ai très peur de sa réaction. »
« Je pense que ça va être extrêmement violent, pas du côté des manifestants - pas plus que d’habitude - mais du côté de la police. »

 Sur la convergence des luttes 
« Il y aura une convergence contre la réforme des retraites et tout le monde va essayer de faire reculer le gouvernement. »
« Cette convergence ne se fera pas seulement contre cette réforme mais aussi contre les petites choses qu’on a perdues l’année dernière : pour les étudiants, ça va être Parcoursup. Pour les lycéens, ça va être Parcoursup et la réforme du lycée. Pour les cheminots, ça va être la réforme de la SNCF. »
« Après le 5 décembre, il va être temps de réfléchir au débouché politique. »

 Sur les perspectives politiques à gauche 
« Je ne vois pas quel mouvement à gauche peut s’imposer plus que les autres même si la France insoumise, pour moi, reste au-dessus des autres partis. »
« L’outil France insoumise est fait pour les municipales mais c’est aussi un mouvement qui est fait pour mobiliser, notamment pour le 5 décembre. »
« S’il doit y avoir un débouché politique, c’est pour essayer de faire démissionner ce gouvernement. Et que tout le monde revienne aux urnes. »
« Je m’inquiète de savoir si le 5 décembre ne va pas plus profiter au Rassemblement national avec les divisions de la gauche. »
« Marine Le Pen n’a absolument pas sa place dans les manifestations du 5 décembre. »
« Marine Le Pen est une ennemie du mouvement du 5 décembre. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.