Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud, Pierre Jacquemain | 16 mars 2021

Lucas Chancel : « La pénurie de vaccins contre le Covid-19 est en partie organisée »

De plus en plus de voix s’élèvent de par le monde pour demander la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19. L’une d’elle est Lucas Chancel, économiste et co-directeur du laboratoire sur les inégalités mondiales à l’École d’économie de Paris. Il est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur la nécessité de lever les brevets sur les vaccins contre le Covid-19 
« Aujourd’hui, il y a des pays du monde qui ont accès au vaccin - même s’il y a des problèmes d’approvisionnement - quand d’autres n’ont pas du tout accès au vaccin. »
« En Afrique, il y a 0,003% de la population qui est vaccinée. Il faudra attendre 2022 pour que seulement une faible partie de la population africaine soit vaccinée. »
« Il y a un problème éthique d’inégalités entre les pays et les citoyens du monde mais c’est aussi un problème pour les pays riches parce qu’en laissant des pans entiers de la population mondiale non vaccinée, on court le risque de développer un nouveau variant qui pourrait être résistant au vaccin et qui pourrait contaminer tout le monde. »
« Il est dans l’intérêt de tous d’avoir un accès global aux vaccins. »
« Des firmes, Pfizer, BioNTech, AstraZeneca ou Moderna, ont développé des vaccins au cours de l’année 2021 avec beaucoup d’aides publiques (pour Moderna, cela a été financé à quasiment 100% par des fonds publics) mais elles ont développé des brevets à des fins commerciales pour pouvoir bloquer l’utilisation, la production, la commercialisation ou des recherches supplémentaires qui seraient faites par d’autres firmes dans d’autres régions du monde et qui pourraient en produire ! »
« Les pays riches, depuis octobre à l’OMC où tous les pays du monde sont représentés, disent “circulez, y’a rien à voir, on ne lèvera pas les brevets”. »

 Sur les blocages à la levée des brevets sur les vaccins 
« Les blocages qui existent depuis octobre dernier sur la levée des vaccins me font penser aux discussions et aux débats houleux lors de l’épidémie de SIDA : des laboratoires pharmaceutiques dans les pays du Nord ont développé des traitements contre le SIDA et des pays comme l’Afrique du Sud et l’Inde qui disaient pouvoir produire ces traitements 100 fois moins cher - et sauver des millions de vies. Mais les pays du Nord voulaient bénéficier des retombées économiques du travail fourni pour la recherche… »
« Il y a eu le développement au début des années 2000 d’un cadre à l’OMC. Mais il ne suffit pas. »
« Certains brevets ont été levés [au moment de l’épidémie de SIDA] mais de façon très spécifique, sur certains produits, dans certains pays. Mais ce n’est pas ce qui est demandé pour les vaccins contre le Covid car cela mettrait les pays en voie de développement à risque de batailles juridiques… »
« Les pays émergents demandent la levée sur tout le matériel médical, sur tous les traitements, sur tous les vaccins pendant la période de la pandémie. C’est quelque chose de nouveau mais les pays riches y auraient tout intérêt parce qu’il y a aujourd’hui, pas assez de vaccins produits dans le monde. »
« Accéder à la demande de levée des brevets des pays pauvres, ca ne veut pas dire moins de vaccins en Europe ou aux Etats-Unis. Ca veut juste dire plus de vaccins dans le monde. »

 Sur le rôle de la France dans le blocage de la levée des vaccins 
« En France, il y a des capacités de production qui ne sont pas utilisées, tout comme dans les pays émergents. »
« La France n’a pas une place marginale en Europe et c’est l’Europe qui négocie à l’OMC pour les 27. »
« La France s’est engagée à faire du vaccin un bien public mondial. Il faut mettre en rapport nos actes avec nos paroles. »

 Sur l’appât du gain dans le blocage de la levée des vaccins 
« Un des arguments des détracteurs de la levée des brevets, c’est de dire qu’on va casser le marché car il n’y aura plus d’investissements par les firmes qui ont fait des travaux exceptionnels qui les ont juste faits parce que derrière, elles savaient qu’elles auraient ces profits. »
« Pfizer a déjà annoncé 15 milliards de dollars de revenus avec toutes les dividendes qui vont avec. »
« Est-ce que toutes les personnes qui travaillent dans les firmes pharmaceutiques s’arrêteraient de travailler dès lors que les droits de propriété de ces firmes seraient levés ? »
« Les vaccins à ARN messager n’apparaissent pas en 2021 : tout est là depuis une dizaine d’années, financé par la recherche publique. Il a juste fallu beaucoup de cash, c’est-à-dire d’investissement privé notamment, pour les mettre sur le marché. »

 Sur l’aspect géopolitique de la bataille pour la levée des vaccins 
« Aujourd’hui, l’Union européenne et les Etats-Unis bloquent la levée des brevets sur les vaccins face au reste de la planète. La Chine est pour la levée des brevets. Peu importe ses raisons, elle va en tirer un bénéfice géopolitique. »
« L’Union européenne se tire une balle dans le pied en laissant cette nouvelle géopolitique de la lutte contre le Covid au rival systémique qui est la Chine. »
« La demande de l’Afrique du Sud et de l’Inde, co-signée par l’ensemble du groupe les moins avancés en Afrique et d’autres pays dans le monde, c’est que l’ensemble des brevets sur les vaccins mais aussi sur tout le matériel médical. »
« Aujourd’hui, tous les pays émergents n’ont pas les capacités de produire. Mais certains les ont : ils pourraient alors produire et revendre à d’autres pays mais beaucoup moins cher. »

 Sur la pénurie de vaccins 
« La pénurie de vaccins que l’on observe aujourd’hui est en partie organisée : on décide de ne pas mettre à disposition davantage d’outils productifs et de chaînes de production, de chercheurs et d’ingénieurs pour produire ces vaccins. »
« Des pans entiers de l’économie pourrait être réquisitionnés pour produire beaucoup plus vite et vacciner de manière plus importante. »
« S’il y a une levée des brevets sur les vaccins, les perdants seront les actionnaires des laboratoires pharmaceutiques. »

 Sur le rôle d’Emmanuel Macron 
« Emmanuel Macron fait de l’enfumage : d’un côté, il dit publiquement que le vaccin est un bien public mondial et de l’autre, il ne porte pas la voix d’une Europe qui arrêterait de bloquer sur la levée des brevets. »
« Emmanuel Macron essaie de se rattraper en disant qu’il va donner à travers le mécanisme de l’OMS Covax, quelques millions de doses mais cela reste des miettes, de la charité. Et une vision anachronique de l’aide : on donne les miettes restantes plutôt que d’aider les pays partenaires à développer leurs propres capacités d’adaptation. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.