Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 26 septembre 2018

Manifeste pour l’accueil des migrants : « Accueillir les migrants, c’est se défendre nous-mêmes »

Regards, Politis et Mediapart se sont associés pour lancer un manifeste pour l’accueil des migrants signé par 150 personnalités. Pour en parler, Roger Martelli, directeur de la publication de Regards, Edwy Plenel, cofondateur et président de Mediapart, et Pouria Amirshahi, directeur de Politis, étaient les invités de la Midinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Edwy Plenel, cofondateur et président de Mediapart 
« [Ce manifeste] s’adresse à tous ceux qui croient qu’on se protègerait, qu’on défendrait, qu’on étendrait nos droits sociaux, nos droits fondamentaux en refusant, en rejetant et en se barricadant face aux migrants. »
« Accueillir les migrants, c’est se défendre nous-mêmes, se sauver nous-mêmes. »
« Il y a une liberté fondamentale : celle de se déplacer, inscrite dans la Déclaration des Droits de l’Homme. »
« L’Humanité n’est pas assignée à résidence. »
« Accueillir les migrants, c’est défendre l’égalité des droits. »
« Ne pas accueillir les migrants, c’est faire le jeu de l’extrême droite, des ennemis de l’égalité des droits, les tenants de l’inégalité naturelle et de la hiérarchie entre les cultures, entre les origines, les apparences et les croyances. »
« La société civile est au rendez-vous de la solidarité. Maintenant, aux élus, aux politiques, aux partis politiques de se rallier à ce manifeste. »

 Pouria Amirshahi, directeur de Politis 
« C’est aujourd’hui aux responsables politiques, aux chefs d’Etat de gouvernement européens en particulier, de prendre leurs responsabilités qu’ils fuient aujourd’hui. »
« La première responsabilité des démocraties européennes, c’est de secourir et d’accueillir. »
« Si on considère que ces femmes et ces hommes ont le même droit de vivre que tous les autres, alors il faut être conséquent et renforcer le dispositif de secours humanitaire en mer. »
« Pour être conséquent et logique, on accueille ces personnes et on leur donne tous les droits, les mêmes droits qu’à tous. »
« Le discours de l’extrême droite a largement dépassé ses propres frontières : il avait contaminé une bonne partie de la droite et contamine maintenant une partie de celles et ceux qui pourtant se réclamaient du camp des démocrates. »
« Il existe, en France, des Justes (…). Il ne faut pas les laisser ces femmes et ces hommes seuls. »
« Celles et ceux qui croient, comme la fait la gauche au pouvoir, que pour diminuer le Front national, il fallait en reprendre les termes, les mots, le verbe, se trompent lourdement. Ceux-là, pour l’Histoire, ne grandiront pas la gauche et se grandiront pas eux-mêmes. »
« Toutes celles et ceux qui n’ont cessé de courir après l’extrême droite, comme Manuel Valls ou d’autres, ont non seulement sombré eux-mêmes mais n’ont même pas su empêcher le Front national de progresser. Au contraire. »
« Aujourd’hui, il faut assumer que la France a les moyens – et même le devoir – ces hommes et ses femmes qui sont en Méditerranée. »
« Bien sûr, il faudra agir sur les causes mais en attendant, ils sont là. Bien sûr, le patronat pourrait s’en servir comme main d’œuvre corvéable à merci, c’est pour cela qu’il faut leur donner des droits et les régulariser. »

 Roger Martelli, directeur de la publication de Regards 
« Les flux des migrations se font d’abord vers le sud. »
« Si l’on accentue les difficultés de pays qui sont déjà en difficulté, comment peut-on vouloir arriver à un monde pacifié, stable et dans lequel on puisse se trouver en sécurité. »
« C’est une illusion totale [que de vouloir stopper les flux migratoires]. »
« Les migrations sont constitutives de l’histoire de l’Humanité. »
« Que serait l’Europe, que serait la France s’il n’y avait pas eu, depuis des millénaires, des migrations ? »
« L’idée que l’on peut empêcher et tarir les migrations est une illusion totale. »
« Les frontières, les clôtures, les murs n’empêchent pas les déplacements ; cela ne provoque que de la misère, de la violence et finalement, la fabrication des clandestins c’est-à-dire d’une main d’œuvre corvéable à merci, qui elle pèse sur le marché du travail. »
« Le manifeste appartient d’abord à ceux qui l’ont signé. »
« Mediapart, Politis et Regards prendront leurs responsabilités pour l’animation du débat public. »
« Il faut mener le combat idéologique, politique contre l’extrême droite sans lui faire aucune concession. »
« Nous allons organiser une grande soirée publique. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Edwy Plenel : « J’ai envie de me faire l’avocat du diable pour relancer ce débat. Est-ce que, finalement, le libéral ce serait les péchés ? Est-ce que quand même la situation dans laquelle nous sommes ne prouve pas et ne donne pas des gages de réussite à cette alliance d’un libéralisme économique et d’un libéralisme politique, à la fois du dynamisme des entrepreneurs et de la liberté des individus au nom de laquelle, d’une certaine manière, nous nous sommes battus au Kosovo » (LCI, 12 juin 1999).

    Citation extraite d’un article :
    Corruptions passées, corruptions présentes (réponses à Laurent Mauduit)
    par Frédéric Lordon, 19 juillet 2012

    A la lecture des propos d’E Plenel, grand chantre du libéralisme et de « mondialisation heureuse » lorqu’il dirigeait le journal le Monde , devenu depuis homme de gôôche, donneur de leçons, grand moralisateur , ayant fait campagne pour le oui au traités constitutionnel européen qui institutionnalise le TINA, qui a appelé à voter Macron pour faire « barrage » à M Lepen dont ce dernier est train de faire le lit ; à la lecture de ces propos et de ce qui suit , on comprend beaucoup mieux pourquoi lui et ses deux confrères ne veulent surtout pa aborder la question des causes des migrations actuelles, pour mieux les comprendre et mieux les combattre (les causes). Toutes les migrations ne se valent pas , certaines sont inéluctables d’autres ne sont pas nécessairement.

    « Apprendre , apprendre, apprendre, pour comprendre et agir »
    Comme disait Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine . Non l’important pour ces trois journalistes, qu’ils en ont conscience ou pas , est de préparer la campagne électorale de LREM , qui comme l’a indiqué leur président« le roi de la terre »,ce sera le camp progressiste (lui Jupiter) qui a « réussi » contre « ceux qui ne sont rien » , en faisant de la question migratoire LE PROBLÈME numéro un de cette élection et de la France. Marine Lepen ne pouvait pas rêver mieux.

    Tout ceci me fait penser à M Valls pour qui « expliquer » le terrorisme c’est déjà « l’excuser ».

    Refuser de faire une différence entre une immigration « choisie » , et une immigration forcée, au péril de sa propre vie, dans des conditions inhumaines, parfois sur plusieurs années, c’est de l’obscurantisme.

    L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) recense près de 17000 morts et disparus en Méditerranée depuis 2014 . Alors on fait quoi , on se contente de les accueillir dignement et tant pis pour ceux qui n’arrivent pas au bout du voyage ?

    Gege Le 1er octobre à 11:20
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.