Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud, Pierre Jacquemain | 3 mars 2021

Manon Aubry : « Il faut rappeler aux multinationales qui commande : c’est nous, pas les lobbies ! »

La semaine prochaine, le Parlement européen est appelé à voter un texte visant à durcir les règles pour les multinationales qui ne respecteraient pas les droits humains et environnementaux. L’eurodéputée Manon Aubry plaide pour un devoir de vigilance et lance une mobilisation citoyenne #QuiCommande pour contrer la mobilisation sans précédent des lobbies. Elle est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur le devoir de vigilance 
« Le modèle des grandes entreprises font faire le sale boulot à leurs fournisseurs. C’est Nike et Zara qui vont exploiter le travail forcé des Ouïgours en chine ; c’est Mc Do qui va exporter du soja issu de la déforestation en Amazonie ; c’est Apple qui produit grâce à l’extraction du cuivre et du cobalt dans les mines au Congo avec du travail des enfants ; c’est Nestlé qui utilise des enfants esclaves en Côte d’Ivoire. Les exemples peuvent être multipliés. »
« Les entreprises sont exemptes de toutes responsabilités et le principe du devoir de vigilance c’est d’exiger de ces entreprises qu’elles soient responsables de tout ce qui se passe dans leur chaîne de production sans se dédouaner sur les fournisseurs. »
« Ces entreprises devront donc prévenir les risques pour éviter les violations des droits de l’homme et la destruction de l’environnement. Et s’il y a violation, les entreprises seront punies, y compris dans la justice française. »
« Les victimes de l’autre bout du monde pourront demander des comptes à la justice française - y compris les multinationales qui ne sont pas françaises à partir du moment où il s’agit d’un produit qui est acheté sur le sol français. »
« Le principe du devoir de vigilance consiste à se dire que les entreprises ont une double responsabilité : transparence dans la chaîne de production et analyse des risques et adresser ces risques et en payer les conséquences si les violations sont avérées. »
« La loi sera la même en Europe et s’adresse à toutes les entreprises. »
« Il faut dissuader les entreprises de saccager les droits de l’homme et l’environnement. »

 Sur les lobbies  
« Les lobbies sont extrêmement actifs. Ils sont à la fois puissants et discrets : ils capturent la démocratie. »
« Les lobbies se mobilisent en ce moment pour vider le texte de sa substance : il s’agit de BusinessEurope qui est l’équivalent du mède européen et l’AFEP qui est lobby des multinationales du CAC40 en France : ensemble ils essaient de dire que ce texte est inapplicable. »
« Les lobbies multiplient les arguments fallacieux. »
« Les arguments des lobbies trouvent de l’écho sur les bancs de la droite, d’où notre inquiétude que le texte s’en retrouve vidé de sa substance en amont du vote la semaine prochaine. »
« Il y a un front favorable au texte qui va de LFI/LaGauche aux verts en passant par les socialistes et une partie du groupe Renew dans lequel siège la République en marche. »
« LREM n’est pas ultra fan de la question de la responsabilité des multinationales mais ils se disent que c’est une victoire à peu de frais si on se colle au texte français : sauf que notre texte est beaucoup plus ambitieux que le texte français. »
« Pour le moment, on a un front majoritaire sur ce texte mais je ne sais pas jusqu’à quel point il ne va pas s’effriter jusqu’au vote (…). Le texte est passé assez largement en commission. »
« Depuis que je suis au Parlement européen, c’est peut-être le texte le plus progressiste que j’ai vu en matière de régulation des multinationales et quand ils [les eurodéputés] risquent de s’en apercevoir et de s’attaquer plus encore au texte. »

 Sur les alliés dans le combat contre la toute-puissance des multinationales 
« On essaie de travailler avec les PME parce qu’elles ne sont pas directement concernées par le texte sauf celles qui interviennent dans des secteurs à risque comme les minerais. »
« On essaie de développer des arguments à destination des libéraux du type : ce n’est pas juste car la concurrence est faussée quand on a d’un côté des multinationales qui exploitent les travailleurs et de l’autre, des petites PME qui respectent le droit du travail. »

 Sur l’initiative #QuiCommande 
« L’idée est de créer un contre-lobby citoyen plus fort que celui des multinationales : comme le dit Alexandria Ocasio-Cortez, ils ont l’argent mais nous, on a les gens. »
« Le plus grand nombre est en faveur que Nike, Amazon, McDo, Apple, Vinci et Nestlé, quand ils saccagent la planète, ils doivent rendre des comptes. »
« Il faut démontrer que c’est nous, consommateurs et citoyens, qui devons commander à la fois parce que nous commandons les produits lorsqu’on les achète mais surtout parce que nous devons commander politiquement. »

 Sur l’hypothèse d’un second tour Macron-Le Pen 
« Il faut se battre pour éviter d’avoir à se poser la question du second tour Macron-Le Pen. »
« Ca nous arrive de faire un parallèle entre les dérives autoritaires de Macron et celles d’Orban mais je ne mets pas un signe égal entre les deux. »
« Emmanuel Macron avec ses lois liberticides et le recul inédit sous la Cinquième République a préparé le terrain à Marine Le Pen. Il n’est plus son rempart mais son marche-pied. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.