Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 17 avril 2019

Manon Aubry : « Le mot gauche est en jachère et il faut ressemer les graines »

Elections européennes, allocution et « annonces » présidentielles, grand débat national... On fait le point avec l’invitée de #LaMidinale : Manon Aubry, tête de liste La France insoumise.

Vos réactions (6)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur l’allocution du président de la République 
« Je ne suis pas experte, ni architecte, ni bâtisseuse, mais quand j’entends les spécialistes, ils disent que c’est ambitieux. »
« Les cinq ans annoncés par Emmanuel Macron [pour reconstruire Notre-Dame-de-Paris], ça a tout l’air d’être une annonce politique plutôt que pragmatique. »
« Tout est bon pour donner l’impression qu’Emmanuel Macron est aux commandes d’une France au travail. »
« Son allocution était assez creuse. »

 Sur les annonces qui ont fuité dans la presse 
« Il n’y a pas de hausse du SMIC ou de revalorisation des minima sociaux. »
« Il y a quelques rustines qui sont faites et qui coutent de l’argent et on entend déjà qu’il va falloir travailler plus pour les financer. »
« C’est plein d’incohérences. »
« Il joue sur les mots parce que peut-être qu’il ne va pas fermer d’école mais il va fermer des classes. Peut-être qu’il ne va pas fermer des hôpitaux mais il va supprimer des lits. »
« Sur les retraites, c’est un pas en avant, deux pas en arrière, on n’y comprend plus rien. »
« Même s’il y aura des mesures qui peuvent être intéressantes à la marge, ça se voit que c’est du rafistolage. »
« C’est une opération de communication là ou il aurait dû faire une vraie révolution fiscale. »

 Sur les baisses d’impôts 
« Si l’on veut faire de l’impôt sur le revenu un impôt progressif, il faut bien plus de tranches. Nous proposons 14 tranches - contre 5 à l’heure actuelle - pour le rendre véritablement progressif. »
« Macron essaie de donner quelques cadeaux pour une population très identifiée. »
« Les niches fiscales, on ne les connait pas très bien, mais il y en a énormément et elles ont été multiplié par deux en l’espace de dix ans. Ça coute un pognon de dingue pour le coup. »
« Les premières niches fiscales, c’est le CICE qui va couter 40 milliards d’euros cette année, et le crédit d’impôt recherche. Deux crédits d’impôts qui sont utilisés par les entreprises et ça coute beaucoup d’argent à l’Etat sans retour sur investissement. Sans produire d’effets sur l’emploi et la recherche. »
« Il faut qu’une cathédrale brûle pour que les plus riches donnent de l’argent à l’Etat. J’aurais envie de leur répondre “payez vos impôts d’abord et que LVMH rapatrie ses 300 filiales des paradis fiscaux”. »
« Le budget de la culture et du patrimoine, c’est 300 millions d’euros : c’est un tiers de moins que ce qui a été collecté en l’espace de quelques heures. »

 Sur les élections européennes 
« L’objectif, c’est de faire le plus possible et d’envoyer le plus de parlementaires. »
« On a l’impression que les institutions européennes sont loin de nous parce qu’on fait tout pour qu’elles soient le plus loin de nous. En réalité, elles sont présentes dans notre quotidien. »
« Quand on se lève le matin et qu’on mange des céréales, si elles ont été produites avec du glyphosate, c’est une autorisation de l’UE. Quand on prend les transports pour se rendre au travail, la fermeture des petites lignes de train et des petites gares, c’est aussi une conséquence de l’UE. »
« Notre quotidien est régulé par l’UE et c’est à nous, les citoyens, de reprendre la main. »

 Sur la ligne politique de la France insoumise 
« Souvent, on nous désigne du doigt de manière un peu dogmatique sur la question des traités. »
« Les traités européens empêchent d’investir massivement dans la transition écologique notamment avec la règle des 3% de déficit, alors qu’on sait que la transition écologique nécessite au moins 30 milliards d’euros par an pour aller vers 100% d’énergie renouvelable. »
« Les traités européens imposent des accords de libre-échange. L’UE signe à tour de bras des accords de libre-échange avec des pays du monde entier et fait venir de l’autre bout de la planète des marchandises qui sont déjà disponibles en France. »
« Les traités européens imposent cette forme de compétition entre les pays européens en empêchant l’harmonisation fiscale. »
« C’est important de comprendre les contraintes posées par ces traités européens. Nous, nous disons qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. »
« On est en faveur de la coopération entre les peuples européens mais pas sur cette base donc il faut se donner les moyens de changer les bases de la construction européenne. »
« La France a un poids important dans l’UE et on peut peser dans le rapport de force pour changer ces traités européens et rompre avec ses règles. »

 Sur la gauche 
« Je suis de gauche, clairement. »
« Le mot gauche est relativement dévoyé dans le contexte politique actuel. »
« Le mot gauche est en jachère et il faut ressemer les graines. »
« L’entretien avec Claire Nouvian [dans Libération] était l’occasion d’exposer nos désaccords sur la vision de l’Europe. »
« Claire Nouvian et Raphaël Glucksmann, pour lesquels j’ai beaucoup de respect, ont une vision très naïve de l’Europe. »
« Leur Europe serait au-dessus de tout. Mon combat, c’est la justice sociale, fiscale et environnementale. Et je le place au-dessus de la construction européenne telle qu’elle est. Et je veux mettre la construction européenne a son service et non l’inverse. »
« Je ne fais pas confiance au PS, avec lequel s’allie Place Publique, pour opérer les ruptures dont nous avons besoin alors qu’ils sont eux-mêmes responsables de la situation et qu’ils ont gouverné pendant des années avec la droite européenne. »

 Sur l’après européennes 
« L’agenda de la FI, à la veille et au lendemain des européennes, ne doit pas changer : c’est un agenda qui pose un projet politique clair, élaboré dans le cadre des élections présidentielles et qui est solide avec ses livrets thématiques. Un projet qui pose une ambition climatique et sociale comme les deux faces d’une même pièce. »
« La FI est lancée dans une opération qui vise a fédérer le plus largement possible, à fédérer le peuple avec des gens qui viennent de tous horizons. »
« Il faut être très clair et c’est le désaccord que l’on a avec le reste de la gauche : il faut une rupture fondamentale avec l’UE telle qu’elle existe. »
« On doit fédérer les citoyens d’où qu’ils viennent. Il ne faut pas de tambouille, pas d’accords d’appareils et qui ont abouti aux déceptions qu’a connu la gauche ces dernières années. »
« Il faut fédérer le peuple avec la gauche. »

Vos réactions (6)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Elle n’utilise pas le terme "capitalisme". Sortir de l’UE ou du capitalisme ? Ce n’est pas la même chose.
    Sur le terme "gauche" : d’accord avec elle mais va falloir se mettre d’accord avec JLM. Bon courage.

    PIERRE93 Le 18 avril à 08:06
  •  
  • Manon Aubry n’a pas non plus utilisé le mot ’socialisme’. Son argument selon lequel le mot ’gauche’ serait en jachère n’est pas valide. Les notions de gauche et de droite n’ont pas de contenus idéologiques fixes, constitutifs de sa définition. La gauche moderne, macroniste, a compris qu’il fallait rejeter le concept de socialisme. Elle n’en est pas moins la gauche et sur le plan sémantique le mot qui la désigne n’est pas en jachère.

    Longtemps la gauche s’est identifiée au socialisme, avec des interprétations sur le sens à donner au mot déjà très différentes, depuis même l’origine du mouvement ouvrier : rien n’est compatible entre le socialisme au sens marxiste et la social-démocratie. L’évolution récente a clarifié le lien entre le mot et la chose : les modernes ont acté la disparition du socialisme et le disent tandis que les anciens continuent à ne pas le dire.

    Glycère Benoît Le 18 avril à 10:03
       
    • Et sinon, la santé, ça va ?

      pierre93 Le 18 avril à 15:50
  •  
  • Bonjour
    "la gauche moderne macroniste " !!??, tu veux dire la "gauche" libérale ou la nouvelle droite ?....

    Bob Le 19 avril à 17:31
  •  
  • @bob. Je veux dire la gauche qui a compris que le socialisme est une imposture, qu’il ne faut plus faire semblant de le cacher aux électeurs et qu’il est possible de continuer à faire de la politique après. Le point d’orgue de cette évolution est que les notions de droite et de gauche ne sont pas essentialisées, ce qui ne nuit pas, pour un moment donné, à leur rôle de marqueurs politiques. Je l’ai déjà dit ici, où l’on est volontiers accroc à des doctrines pourtant orphelines depuis longtemps de leur postérité.

    Dans tout pays démocratique il y a toujours une gauche et une droite, alors qu’il n’y a pas toujours des partis adeptes du socialisme. Le monde anglo-saxon est un exemple intéressant à ce propos : le socialisme n’y existe pas, sauf à titre fantomatique. Pourtant il y a bien une gauche et une droite : aux Etats-Unis le parti démocrate est la gauche, le parti républicain la droite. Au Royaume-Uni, à gauche c’est le labour et à droite les tories.

    Vous serez rompu aux subtilités de la politique quand vous aurez compris que les guillemets que vous utilisez pour désigner la gauche sont superflus.

    Glycère Benoît Le 19 avril à 22:53
  •  
  • Hem... La FI est bien partie pour se prendre le mur aux européennes. Toujours ces lubies de dire qu’il est possible de changer l’UE de l’intérieur et de ce fameux rapport de force qu’il faut mettre en place ; dans le premier cas c’est une utopie dont il devient urgent de se réveiller et dans le second cas la réussite mènerait directement à l’éclatement de l’UE, donc quoi qu’il en soit c’est une perte de temps. Je soupçonne les dirigeants de la FI (et peut-être Manon Aubry elle-même) d’en être parfaitement conscients mais de faire, ce qu’ils réprouvent pourtant publiquement, de la politique politicienne. Ils voient dans les sondages qu’une majorité des citoyens ne veut pas sortir de l’UE et ils les caressent dans le sens du poil. Quant à la "gauche" ce terme ne veut plus rien dire et il me semble qu’il est grand temps d’en faire le deuil. Je remercie d’ailleurs les gilets jaunes de m’avoir fait prendre conscience que ce combat droite / gauche est justement ce qui disperse nos forces et que l’essentiel n’est pas là. Quand on imagine une mère de famille qui ne peut nourrir ses enfants que 2 jours sur 3 quelle importance de savoir pour qui elle vote ? Est-ce que le fait qu’elle préfère LFI, RN, LR, (...) change quoi que ce soit à l’indécence de nos gouvernements successifs d’avoir permis que cela soit possible ? Plus globalement il me semble que le temps des partis est révolus et que celui d’un vrai RIC (au sens d’Etienne Chouard) est venu.

    Franck B. Le 20 avril à 09:54
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.