Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 6 mai 2019

Marc Endeweld : « Macron a une proximité inquiétante avec des gens dans le viseur de la justice »

Après une première enquête sur Emmanuel Macron publiée chez Flammarion en 2016, le journaliste Marc Endeweld revient avec Le grand manipulateur (Stock), un livre-enquête sur les réseaux, inquiétants, du président de la République. Il est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur les conditions de l’enquête 
« J’ai eu des pressions et on m’a fait passer des messages. »
« Côté politique, il y a eu des coups de pression très clairs - y compris de la part de proches du président de la République. »

 Sur le financement de la campagne d’Emmanuel Macron 
« Il ne faut pas croire que tout le patronat était derrière Emmanuel Macron. »
« Les très grands patrons ont pu aider Emmanuel Macron en termes d’influence. »
« Fin décembre 2016, l’équipe de campagne de Macron n’avait récupéré que 5 millions d’euros, ce qui n’était pas suffisant. »
« Macron n’a obtenu des prêts bancaires que dans la dernière ligne droite de la campagne, c’est-à-dire fin avril 2017. »

 Sur la nature des réseaux financiers et politiques d’Emmanuel Macron 
« J’ai découvert qu’Emmanuel Macron, pour arriver au pouvoir, s’est appuyé sur énormément de réseaux qui étaient préexistants dans le monde politique français - qui travaillaient pour la gauche comme pour la droite et dans les secteurs du renseignements, de l’armement, de la Françafrique, du grand commerce international -. »
« Tout ce très vieux monde a pu se présenter auprès d’Emmanuel Macron pour offrir ses services. »
« Emmanuel Macron a utilisé tout le monde sans distinction même si parfois, ils en a oubliés - ce qui a pu lui causer quelques soucis. »

 Sur le vieux monde 
« Pour contourner les partis politiques traditionnels, pour contourner la génération de technocrates qui étaient dans ces partis, il s’est appuyé sur des jeunes pieds nickelés mais aussi sur une vieille génération politique, de plus de 65 ans, qui était membre des cabinets ministériels, notamment sous la cohabitation Balladur/Mitterrand. »
« Celui qui est apparu comme l’homme neuf en politique ne s’est appuyé que sur des vieux réseaux de droite comme de gauche et, dans sa pratique politique, ça a des conséquences terrifiantes parce qu’il a une pratique du pouvoir extrêmement rétrograde et verticale, basée sur le secret et le cloisonnement. »

 Sur l’affaire Benalla 
« La presse a énormément documenté les réseaux françafricains d’Alexandre Benalla. »
« Emmanuel Macron lui-même a rencontré énormément de gens de ces réseaux-là, notamment ceux de la Françafrique. »
« Emmanuel Macron, sans complexe, est dans la continuation. »
« Le Sénat a fait son travail d’enquête mais, sur une partie de l’affaire Benalla, on devrait s’intéresser sur le pourquoi il avait autant de passeports de service et de passeports diplomatiques. »
« On n’a aucune indication sur ce que M. Benalla a fait dans ses déplacements africains. »

 Sur les liens avec Nicolas Sarkozy 
« Sur le plan politique, il y a énormément de décisions d’Emmanuel Macron qui avaient été prises ou qu’aurait voulu prendre Nicolas Sarkozy durant son quinquennat. »
« Au-delà d’un rapprochement politique avec Nicolas Sarkozy, les liens sont beaucoup plus anciens qu’on a bien voulu le dire. »
« Il y a un tas de réseaux de la droite qui se sont mis au service d’Emmanuel Macron, soit parce que Fillon était en perte de vitesse, soit parce qu’ils ne voulaient pas de Fillon. »
« C’est très inquiétant que le président de la République actuel soit dans une si forte proximité avec des gens qui sont dans le viseur de la justice. »
« Quand il y a eu la garde à vue de Sarkozy, Emmanuel Macron l’a appelé (…). Et, dans le même temps, il ne parle plus à François Hollande. »
« Pendant la campagne, il a utilisé la Hollandie jusqu’au bout et, depuis qu’il est au pouvoir, il a abandonné une partie de ses anciens amis du Parti socialiste. »

 Sur la perspective de 2022 
« Emmanuel Macron a investi ces réseaux, y compris le réseau des grands patrons, aussi et avant tout pour assécher ses concurrents. »
« Macron s’est comporté comme un banquier d’affaires qui a procédé à une OPA sur un groupe économique – un peu comme un cheval de Troie - sur les lieux de pouvoir méconnus du grand public. »
« Aujourd’hui, Macron est dans un enjeu à long terme : il vise sa réélection en 2022. »
« Macron veut définitivement casser le rapport PS/LR et veut également le faire sur le terrain financier c’est-à-dire qu’il veut assurer des financements pérennes à En Marche, son hégémonie politique sur plusieurs années. »
« Il y a une guerre sourde pour le contrôle de l’Etat à tous les niveaux. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Les plus lus

5 novembre 2019
Par Amandine Mathivet

Au turbin !

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.