Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 11 mai 2020

Marie-George Buffet : « Il faut un plan de relance pour le sport amateur »

Reprise de l’école, retour au travail, utilisation des transports en commun, état des lieux du sport amateur : en ce 11 mai, premier jour-étape du déconfinement, Marie-George Buffet, députée PCF de Seine-Saint-Denis et ancienne ministre de la jeunesse et des sports, est l’invitée de la Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur la prorogation de l’état d’urgence sanitaire 
« La prorogation de l’état d’urgence n’est pas justifiée : on pouvait imaginer le déconfinement sans passer par cette loi. »
« Le gouvernement actuel fait appel de façon régulière au système des ordonnances : le rôle de contrôle du Parlement sur l’action de l’exécutif est complètement nié. »
« Il y a une forme de banalisation de la remise en cause des droits des individus. »
« Le système de recours à l’urgence sanitaire autorise l’augmentation du temps de travail et a remis en cause les droits syndicaux. »
« On est dans une politique d’exception qui perdure et qui me fait craindre pour l’avenir. »
« Normalement, le Conseil constitutionnel devrait jouer son rôle et rappeler l’exécutif au respect de notre Constitution. »

 Sur la reprise de l’école 
« Je suis partisane d’une reprise de l’école parce nos enfants, et en particulier nos adolescents, ont besoin de retrouver le cadre scolaire »
« Là où il y a eu erreur sur la reprise de l’école, c’est le fait du prince : pourquoi le 11 mai ? Pourquoi pas après ou avant ? Toute l’équipe éducative a été soumise à ce diktat. »
« Les préfets comme les élus sont d’accord : on a besoin de prendre le temps. La rentrée ne peut se faire à marche forcée. »
« A la Courneuve ou à Montreuil : les maires ont décidé de prendre le temps car les équipes éducatives et le personnel de service ont besoin de se coordonner et qu’il faut convaincre et rassurer les familles que leurs enfants seront en toute sécurité dans le milieu scolaire. »
« Je regrette que, parce que nous sommes en zone rouge [en Seine-Saint-Denis], les collèges restent fermés. »

 Sur les inégalités dans la reprise de l’école 
« Quand, dans une commune, il y a seulement deux classes, on peut trouver des solutions plus facilement que quand nous avons des écoles qui comportent 200 élèves. »
« Les inégalités territoriales et sociales ne vont pas être résolues par cette rentrée telle qu’elle a été conçue. »
« Dans les villes de ma circonscription, beaucoup de gens très modestes vont garder leurs enfants chez eux parce qu’ils n’ont pas confiance dans le système mis en place et qu’ils ont peur. »
« Beaucoup de foyers où la maman ne travaille pas ou quand les grands-parents partagent le même logement, les enfants vont rester chez eux. Et ça, je le regrette. »
« L’idée que l’on puisse décider si on envoie ou non son enfant à l’école est inacceptable. »
« La rentrée devait être obligatoire. »
« Laisser la responsabilité aux familles de choisir si oui ou non leurs enfants retourneront à l’école, c’est se défausser de sa responsabilité. »
« Si, dans une école, les garanties sanitaires ne sont pas respectées, je soutiens les enseignants qui décident d’exercer leur droit de retrait parce qu’ils ont la certitude qu’ils ne peuvent pas accueillir les enfants dans de bonnes conditions pour les enfants et pour eux-mêmes. »
« L’Etat s’est défaussé sur les familles et les équipes éducatives. »

 Sur les enseignants pendant le confinement – et après 
« Les enseignants ont répondu présents pendant toute la période de confinement. »
« Les enseignants ont fait un effort extraordinaire pour suivre l’ensemble des enfants, ceux qui avaient des facilités pour pouvoir poursuivre leur scolarité parce qu’ils avaient le matériel internet ou des parents qui pouvaient les seconder, et ceux qui n’avaient pas les moyens nécessaires. »
« Les enseignants ont fait en sorte que le moins d’enfants possibles soient mis de côté pendant le confinement. »
« Je sais bien que la porte-parole du gouvernement n’a pas vu les enseignants travailler mais je ne sais pas où elle est… »
« Les enseignants ont fait preuve d’un savoir-faire remarquable – et heureusement qu’ils ont été là pendant toute la période du confinement. »

 Sur la situation dans les transports 
« On dit à la fois aux gens d’être responsables et qu’il faut repartir travailler mais on ne leur donne pas les conditions pour le faire dans des conditions sanitaires qui soient garanties. »
« La ligne 13 est déjà un enfer tout au long de l’année, mais comme les transports ne sont pas garantis à 100%, forcément, on va voir des scènes où les gens vont être les uns contre les autres. »
« C’est comme pour l’école : on dit qu’il faut reprendre mais on ne met pas en place les conditions nécessaires pour que cela se fasse dans de bonnes conditions. »
« Le gouvernement portera une responsabilité s’il y a une reprise de la pandémie. »
« Il faut créer les conditions de la reprise. Ca n’a pas été fait. »

 Sur le sport 
« Le sport est, comme la culture, une source d’épanouissement pour les individus. »
« Nous avons besoin de garantir à la pratique sportive une reprise. »
« Je pense à l’ensemble des clubs qui permettent à des enfants, des jeunes et des adultes qui leur permettent de pratiquer une activité sportive de façon encadrée qui vont se trouver en grande difficulté au niveau de la trésorerie. »
« Certaines familles vont hésiter à remettre leurs enfants dans des clubs au sortir du confinement par peur du danger. »
« Il faut un plan de relance pour le sport amateur. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.